L’EAO-CAD devient « Entraide et Solidarités »

Pas de commentaire
Publié le 20 mai 2017 dans Actualités

AG1

C’est une nouvelle vie qui commence pour l’Entr’Aide Ouvrière, institution tourangelle qui s’apprête à fêter ses 70 ans. Une deuxième vie pleine d’initiatives et de projets, et sous un nouveau nom : ENTRAIDE ET SOLIDARITES.
Après un long processus de consultation, en effet, l’assemblée générale du 18 mai 2017 (ordinaire et extraordinaire), a voté ce changement de nom par 121 voix contre 7 et 16 abstentions. Il s’agissait de moderniser son image, échapper aux confusions, et mieux traduire la réalité de ses activités. Avec aussi un slogan adapté aux réalités d’aujourd’hui : « Agir en Touraine contre les exclusions« . Parce que les exclusions sont aujourd’hui multiples et diverses, les solidarités doivent l’être également.
En réponse à plusieurs intervenants attachés au nom d’Entr’Aide Ouvrière et à son fondateur, l’abbé Gaston Pineau, la présidente, Marie-Paul Legras-Froment, a donné l’assurance que rien n’était renié, ni des valeurs d’origine ni des acteurs de la création de l’Entr’Aide Ouvrière, tout en réaffirmant le caractère absolument laïc de l’association. On notera que son nouveau nom ne sera officiel qu’après publication au JO, et il va de soi qu’il n’entrera que progressivement en application sur les différents supports de communication.

L’assemblée générale, riche de la participation d’environ 150 personnes – adhérents, salariés, représentants d’organismes et d’associations partenaires – a voté à l’unanimité tous les rapports présentés (qu’on peut lire sur ce site dans la rubrique « L’ASSOCIATION »). S’agissant des comptes, après deux années excédentaires, 2016 se solde par un déficit comptable de 129 000 €. « Un déficit maîtrisé, assurait le commissaire aux comptes, qui ne remet pas en cause les grands équilibres financiers. Mais il faut rester prudent, d’autant que l’environnement, très mouvant, se complexifie… »
Et en ce moment par exemple, il met à mal la trésorerie comme l’ont expliqué la présidente et le directeur Eric Le Page : « Depuis des mois, nous attendons une réponse du Conseil régional sur le financement des actions de lutte contre l’illettrisme. Avant la réforme, elles étaient financées par le Département (150 000 € par an) et des fonds européens (100 000 €). Le Département a bien voulu assurer les crédits jusqu’à fin juin. Mais le Conseil départemental considère que ces actions relèvent de la formation, désormais de la compétence régionale. Nous avons multiplié les démarches et contacts, en vain jusqu’alors, et demandé un rendez-vous au président de la Région. Notre inquiétude est très vive, car si la Région ne prend pas le relais au 1er juillet, la pérennité d’au moins cinq emplois est compromise, ainsi que l’investissement de 66 bénévoles sur tout le département… » D’autre part, la trésorerie de l’association souffre en ce moment des retards de paiement de l’État : plusieurs subventions au titre de 2017 n’ont toujours pas été versés depuis le début de l’année. « Pendant ce temps il faut pourtant payer les salaires, les charges et le reste… » !

DES NOUVEAUTES SUR LES RAILS

Pour mieux faire face à toutes ces évolutions, en renforçant notamment l’organisation mais aussi l’adaptabilité de l’association, le nouveau « Plan stratégique » a été adopté pour 2017-2020. Sans attendre,
des initiatives sont prises et des nouveautés sur les rails. Ainsi, depuis le début de l’année, l’association accompagne vers l’insertion des réfugiés hébergés dans des familles qui assurent le gîte et le couvert. C’est notre opération « Familles solidaires ». Mais nous manquons toujours de familles volontaires à Tours et dans l’agglomération (1). Cette année également a débuté, grâce à la Fondation de France, un service de préparation à la sortie des détenus à la maison d’arrêt de Tours, pour lutter contre la récidive en facilitant leur réinsertion.
Par ailleurs, un projet de « lits d’accueil médicalisé » est à l’étude, pour l’hébergement de personnes démunies atteintes de maladies chroniques ou invalidantes. En lien avec ce projet, l’association recherche de nouveaux locaux dans l’agglomération. Enfin, la maraude vient d’être dotée d’un nouveau véhicule, grâce à une subvention du député de Tours-centre sur sa réserve parlementaire.

A la suite de l’assemblée générale, le conseil d’administration – qui accueille un nouveau membre, Philippe Leconte, et une « stagiaire », Martine Deligné – a reconduit le bureau, puis composé les commissions et groupes de travail pour la nouvelle année. Rappelons qu’à l’exception des finances, les commissions – vie associative, bénévolat, communication, prison-justice – sont ouvertes à tout adhérent (se signaler au secrétariat de direction : infos@entraideouvriere.org).

(1) Les personnes intéressées peuvent se renseigner au 02.47.05.48.48, ou : familles.solidaires@entraideouvriere.org

AG2


Ajoutez votre commentaire