Une première « Maison digitale » à Tours

Publié le 01 déc 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

maison-digitale

Sur le modèle des « maisons » d’Afrique et de Madagascar, où des femmes se forment pour aller vers l’emploi, une « Maison digitale » s’est ouverte à Tours en novembre. Grâce au financement de la Fondation Orange, animée par Marie-Françoise Sacré, l’Entr’Aide Ouvrière a pu aménager et équiper un local dans l’enceinte de son siège. L’opération a été préparée par la responsable de son Centre de formation, Nathalie Dreano, et ses collègues, entourés d’une équipe de bénévoles sous l’égide de Martine Gaudeau.
Dix femmes volontaires, éloignées de l’emploi, ont été sélectionnées pour se former durant huit mois – à raison de trois demi-journées par semaine – au numérique et à la communication. Plusieurs nourrissent déjà un projet professionnel sous le statut d’auto-entrepreneur, qu’elles vont parachever ici. Au printemps prochain, toutes devront trouver une entreprise pour y effectuer un stage.
A l’ouverture de cette formation, toutes se montraient très émues et reconnaissantes, car la plupart ne s’étaient jamais rien vu proposer pour progresser vers l’autonomie par l’emploi. Le jour de l’inauguration, où la présidente de l’EAO-CAD, Marie-Paul Legras-Froment, accueillait notamment Etienne Bordry, directeur régional d’Orange, les acteurs de cette initiative inédite en région Centre-Val de Loire ont reçu félicitations et remerciements.
Une initiative que vont suivre sur la longueur quatre étudiantes de l’Ecole supérieure des Techniques d’Edition numérique, dont le projet est d’écrire un livre sur le parcours des stagiaires de cette première Maison digitale.

Délinquance, prison : mieux vaut prévenir

Publié le 01 déc 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

lycee

Samedi 19 septembre, Philippe Leconte et Monique Carriat, membres de la commission Prison-Justice de l’EAO-CAD et visiteurs de prison, sont intervenus dans une classe de seconde du Lycée Paul-Louis Courier de Tours, invités par Pierre Cadenne, professeur d’histoire-géographie .
Cette intervention faisait suite à des rencontres entre enseignants et membres de la commission, et à un travail préalable du professeur avec les lycéens : questions sur l’image qu’ils se faisaient de la prison avant l’intervention et après, sur ce qui leur manquerait le plus s’ils devaient vivre enfermés, etc.
Les chefs d’établissement ou enseignants qui souhaiteraient une semblable intervention peuvent adresser un mail à l’intention de Monique Carriat à infos@entraideouvriere.org

jnp

Le débat avec les lycéens fut intéressant, et leur travail a été exposé mercredi 23 novembre lors des « Journées nationales Prison ». Ce jour-là sur le boulevard Heurteloup, les passants étaient interpellés non seulement par un stand et des militants de l’Entr’Aide Ouvrière, du Genepi, de l’association des Visiteurs de prison et de la CIMADE. Mais surtout peut-être par la reconstitution d’une cellule de la Maison d’arrêt, avec son « mobilier » sommaire et des bruitages. Philippe Leconte était à l’origine de ce travail destiné à montrer la réalité des conditions d’incarcération, et à engager les discussions à partir de ce témoignage matériel aussi bien qu’humain.
Dans la même semaine, l’Entr’Aide Ouvrière a pris une part active à la mobilisation nationale contre les violences faites aux femmes, notamment par le biais de la soirée ciné-débat du CNP aux Studio le 24 novembre.

Les réfugiés en Touraine ont encore besoin de quelques « familles solidaires »

Publié le 29 nov 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Il y a des migrants qui sont en France depuis des mois, qui ont fait le parcours administratif de la demande d’asile, qui ont obtenu l’asile, mais qui sont toujours en CADA (Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile), voire à la rue.
Pour ces « réfugiés statutaires », qui ont fait le choix de rester ici et qui ont obtenu la protection de la France, le gouvernement a lancé en août dernier un programme d' »hébergement citoyen ». La ministre du Logement et de l’Habitat durable, Emmanuelle Cosse, a fait appel à des associations qui accepteraient d’organiser l’hébergement de ces réfugiés dans des familles, mais aussi de les accompagner vers leur intégration .
Seule en région Centre Val de Loire, et comme seulement dix autres associations en France, l’EAO-CAD a obtenu cet agrément. Nous avons une longue expérience du travail en faveur des plus défavorisés, mais cette opération, innovante au plan national, est également inédite pour nous. L’Entr’Aide Ouvrière, qui connait le potentiel de générosité des Tourangeaux, a relevé le défi de la solidarité et baptisé cette opération « familles solidaires ». L’objectif est de faire sortir au moins 50 réfugiés des CADA, ou de la rue. Uniquement des majeurs, des hommes seuls souvent, mais aussi des couples avec ou sans enfant(s) ou des parents isolés, en tout cas des personnes volontaires, motivées, connues des structures d’accueil depuis plusieurs mois, et chez qui aucun problème n’a été détecté. Ils ont le droit de travailler, d’accéder à un logement, et perçoivent le RSA s’ils ont plus de 25 ans, ou s’ils ont au moins un enfant. Mais ne sont pas tout à fait en mesure d’accéder à l’autonomie complète.
La recherche de familles d’accueil, lancée depuis trois semaines, a déjà porté ses fruits. Mais il nous faut trouver encore des foyers en Indre-et-Loire – voire des personnes seules – qui acceptent d’héberger un ou plusieurs réfugiés pendant trois mois renouvelables. Il ne s’agit pas seulement de leur assurer le gîte et le couvert. Mais de vivre une rencontre qui permette à ces personnes, qui ont fui la guerre ou les persécutions, de franchir un nouveau pas vers leur insertion. Nous rencontrons les familles candidates et les réfugiés volontaires, avant toute mise en relation, pour rechercher le meilleur accord possible. Un « contrat d’accueil »prévoyant les droits et devoirs des deux parties jusque dans les détails de la vie quotidienne, est signé également avec l’association.
Car le rôle de l’Entr’Aide Ouvrière est aussi d’accompagner le refugié dans ses démarches pour apprendre le français, se préparer à la vie autonome, trouver un logement, un travail, etc. Le rôle de l’association consiste aussi à gérer si nécessaire les conflits éventuels, voire la rupture du contrat le cas échéant. L’Entr’Aide Ouvrière a recruté pour cela un travailleur social, aidé d’un conseiller en insertion professionnelle, bientôt de deux jeunes en service civique, qui peuvent s’appuyer sur notre Centre de formation et les autres services de l’EAO-CAD. La « famille solidaire » n’est donc pas seule, loin de là, dans ce qui peut être une très riche expérience humaine.
L’EAO-CAD compte en outre sur ses bénévoles pour l’aider dans cette tâche et, comme chaque fois que possible, fait appel aux associations partenaires et à leurs propres réseaux.

POUR POSTULER OU SE RENSEIGNER : 02.47.05.48.48
familles.solidaires@entraideouvriere.org

« Un toit pour tous » ? Du chemin à faire !

Publié le 05 nov 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

vue-densemble

Il y a encore du travail en perspective pour les associations ! On se dit en effet qu’il faudra d’autres rencontres comme cette journée d’échanges, baptisée « Un toit pour tous », avant de pouvoir dire que le mal-logement est éradiqué en Touraine…et en France. Que tout un chacun a un toit sur la tête, et une dignité retrouvée. C’était ce vendredi 4 novembre, salle des fêtes de Saint-Pierre-des-Corps, à l’initiative de SOS Familles Emmaüs, de l’Entr’Aide Ouvrière et du Collectif Roosevelt 37.

Une journée qui pourrait pousser au pessimisme et à la résignation, tant elle a pointé d’entraves et d’obstacles au progrès. Mais qui peut tout aussi bien, si on voit le verre à moitié plein, encourager les efforts militants et l’action collective. La principale conclusion, en effet, serait pareillement balancée : les politiques publiques ne vont jamais assez loin en matière de logement social, mais il suffirait d’une volonté politique forte pour tout réorienter.
Devant plus de 130 personnes Marie-France Beaufils, sénatrice-maire, a estimé d’emblée qu’il fallait évidemment poser les questions de fond, dont la question foncière. Car les communes n’ont plus les ressources suffisantes pour conduire une politique foncière. Et « si le prix des terrains continue de monter, on ne peut plus construire des logements sociaux« . Très inquiète du niveau des expulsions cette année, elle juge « essentiel de trouver d’autres solutions ».
Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, fut à la hauteur de sa réputation en dressant un tableau magistral d’une situation qui s’aggrave : 8,6 millions de pauvres (plus 1 million en dix ans), augmentation de 24% du nombre d’expulsions depuis trois ans, 140 000 SDF, plus de 20 000 personnes en bidonvilles…(http://www.fondation-abbe-pierre.fr/nos-publications/etat-du-mal-logement). « Le logement est au coeur des processus d’exclusion, affirme-t-il, et au coeur des inégalités.C’est pourquoi la question n’est pas technique mais éminemment politique. Or, elle est absente de la campagne électorale : il faut la faire prendre en compte.« . Sans attendre, il retient quatre axes pour intervenir : construire et réhabiliter (là où il y a des besoins, et en rapport avec les capacités des ménages), réguler les marchés (encadrer les loyers), lutter contre la ségrégation territoriale, et agir pour prévenir les expulsions. « Si on veut, on peut ! » lance Christophe Robert.
Il a ensuite répondu aux questions de la salle par exemple sur le rôle des banques, l’usage des fonds publics, ou les populations en situation de fragilité psychique.
mfb

Et en Touraine ?
Didier Loubet, directeur général de La Tourangelle de HLM et président de l’Union sociale pour l’Habitat Centre Val de Loire, et Grégoire Simon, directeur général de Tours Habitat, ont dressé le tableau aux plans régional et local. Sur l’agglomération tourangelle la situation est bien moins tendue qu’en Ile-de-France par exemple. Tours Habitat a cependant un problème car la demande émane essentiellement de personnes seules, alors que les petits logements manquent. Ce qui explique également qu’il y ait toujours un volant de logements vacants (de l’ordre de 2 à 3%). Les bailleurs sociaux doivent donc adapter leurs logements, et leur dernier congres a adopté 45 mesures en ce sens (http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250271411156&cid=1250271408736).
En attendant, que faire des gens à la rue ? Si les centres d’hébergement sont pleins, affirme Grégoire Simon, « c’est à 40% en raison des déboutés du droit d’asile. Les HLM ne peuvent loger les sans-papiers ni les personnes qui n’ont aucune ressource… » Tandis que Didier Loubet précise : « il n’y a pas de blocage, ces familles sont accueillies si elles sont encadrées« .
Avec le directeur de Tours Habitat et aussi la directrice de Touraine Logement, Mme Bertin, le débat portera ensuite sur l’accès au logement des ménages endettés. Six associations, dont l’UDAF et le Secours catholique, ont signé avec Emmaüs et l’Entr’Aide Ouvrière une lettre demandant aux HLM d’assouplir leurs critères d’attribution de logements pour les familles endettées. La démarche a irrité les bailleurs sociaux, qui ont expliqué ce qu’ils font déjà pour prévenir l’endettement, car les impayés (8% à Touraine Logement, soit 2 millions€) sont supportés par l’ensemble des locataires. Les associations feront valoir de leur côté tout ce qui est fait en amont de la demande de logement, trop souvent en vain. Les bailleurs, sans fermer la porte à un travail plus approfondi (comme une démarche auprès de la Caisse nationale d’Allocations familiales pour le rétablissement de l’APL dans certains cas), renvoient aux procédures telles que le DALO ou les « baux glissants » par l’intermédiaire des associations.
Un second travail en atelier portait sur le « logement participatif », dont il n’existe encore qu’un seul exemple en Touraine. Il a conclu à une définition en quatre points : un habitat conçu en groupe en vue de vivre ensemble, qui facilite la convivialité et la solidarité, qui favorise les relations intergénérationnelles, et qui soit économe en énergies et en espaces.
L’aspect foncier de la question du logement était précisément le sujet de Marc Kaszinski, ancien directeur général de l’Etablissement public foncier du Nord-Pas de Calais. Il a détaillé le rôle des EPF et des « organismes fonciers solidaires » pour décharger les collectivités du poids du foncier. Enfin Francis Gouas, président de la CAPEB-37 (Confédération des artisans et des petites entreprises du Bâtiment), en passionné du patrimoine, a expliqué que beaucoup de logements vides – il y en a deux millions – pourraient être facilement réhabilités et convertis aux économies d’énergie.
En conclusion Marie-Paul Legras-Froment, présidente de l’EAO-CAD, a d’ores et déjà donné rendez-vous aux associations partenaires pour d’autres échanges. Notamment l’an prochain pour les 70 ans de l’association, en demandant sur quel thème elles aimeraient travailler et partager.

Christophe Robert Christophe Robert

Dire la misère, pour la refuser

Publié le 09 oct 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

jm

jm1jm2

Au sein du « collectif 17 octobre », l’Entr’Aide Ouvrière a pris part cette année encore à l’organisation de la 29ème « journée mondiale du refus de la misère », qui avait pour thème la culture. Le slogan « cultivons nos liens, partageons nos cultures » a été mis en application à Tours dès le mercredi 12 octobre lors d’une soirée-débat ( café-géo) autour de  » pauvreté et exclusion sociale : Quelles luttes? Quelles actions? Quelles politiques mettre en œuvre? ». Puis, samedi 15 octobre place Jean-Jaurès, par une mobilisation citoyenne et une chaîne humaine de solidarité.
Mais c’est évidemment lundi 17 octobre devant le centre social Pluriel(le)s , au Sanitas, que la manifestation a touché le grand public. Les stands des diverses associations ont permis échanges et partages d’informations et de témoignages autour d’un « café citoyen », d’un atelier d’expression poétique et artistique, de contes, de chants, etc. Et en clôture, un « hommage aux victimes de la misère » était rendu sur une « reconstitution » de la dalle du Trocadéro.

Spécial femmes : une « Maison digitale » pour se former aux outils numériques

Publié le 04 oct 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

L’Entr’Aide Ouvrière (EAO-CAD), avec l’aide précieuse de la Fondation Orange, vient de mettre sur pied une nouvelle structure de formation baptisée « Maison digitale ». Le but est de permettre à des femmes de 18 à 50 ans, actuellement « éloignées de l’emploi », de réintégrer le monde du travail ou de créer leur propre activité grâce à une bonne connaissance des outils numériques.
Dix places sont à pourvoir dès ce mois d’octobre, la seule condition étant de maîtriser la langue française. La formation se déroulera du 8 novembre prochain au 30 juin 2017, sur un total de 356 heures réparties en trois modules (le projet professionnel, le numérique, la communication) complétés par un stage en entreprise. Les cours seront dispensés au siège de l’association, le mardi matin, le jeudi après-midi et le vendredi matin.

Renseignements complémentaires au 02.47.75.18.90 ou par courriel : nathalie.dreano@entraideouvriere.org

Au foyer Albert-Camus, des bénévoles relèvent leurs manches

Publié le 04 oct 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

camus-1
En une journée, ce 4 octobre, le hall d’accueil du CHRS Albert-Camus, à Tours nord, a bien changé d’allure ! Cet espace qui est aussi un lieu de rencontres et d’activités, a pris un sérieux coup de jeune…de clarté, et de propreté. En effet, il a été entièrement repeint par une vingtaine de bénévoles, grâce à l’association UnisCité (http://www.uniscite-solidarite-entreprises.fr/entreprise-solidaire/) qui était déjà intervenue ici pour rénover certains appartements.
UnisCité, qui est née il y a une vingtaine d’années pour encadrer les services civiques, dispose maintenant de soixante antennes en France, animées par six permanents. Leur travail consiste à mobiliser des entreprises pour qu’elles mettent des bénévoles à la disposition d’associations ou de diverses oeuvres sociales. « Les entreprises y trouvent intérêt, explique l’animateur régional Nicolas Monier, car mener une action commune qui a du sens soude leurs salariés aussi bien qu’un séminaire. Et pour ces derniers, se mettre ne serait-ce qu’une journée au service d’une cause sociale, fait tomber les barrières et amène les gens à se rencontrer… »
En région Centre-Val de Loire, UnisCité a mobilisé l’an dernier environ 1200 bénévoles venus d’une dizaine d’entreprises. Au foyer Albert-Camus l’an dernier, c’était la Caisse d’Epargne. Et cette fois il s’agissait de huit salariés du laboratoire pharmaceutique MSD (groupe Merck) : ils ont travaillé et sympathisé toute la journée, repas compris, avec des résidents et des salariés de l’Entr’Aide Ouvrière. Dans la bonne humeur, et pour le mieux-être de tous. Merci à eux.
Pour joindre UnisCité : Nicolas Monier au 06.99.36.46.80
camus-2

L’EAO-CAD aux « journées du bénévolat »

Publié le 04 oct 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

img_8296

Tout le week-end dernier à la mairie de Tours, l’EAO-CAD était au nombre de la centaine d’associations qui présentaient leurs demandes et leurs besoins en matière de bénévolat. Des contacts ont été pris parmi les quelque 2 500 visiteurs de ce « salon » organisé par France Bénévolat Touraine. Pour connaitre les possibilités et les moyens d’agir avec l’Entr’Aide Ouvrière, lire sur cette page (colonne de droite), « Devenir bénévoles à l’EAO-CAD ».

Mobilisation pour un chantier exceptionnel

Publié le 30 sept 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités
Une partie de l'effectif du chantier "Villa Rabelais" Une partie de l’effectif du chantier « Villa Rabelais »

La ville de Tours a été sélectionnée par le Ministère de la Culture, avec Dijon, Rungis et Lyon pour être « Cité internationale de la Gastronomie ». A la suite, une association a été mise sur pied, qui a pour objectif de promouvoir le repas gastronomique à la française. C’est l’ancienne faculté de Droit, boulevard Béranger, qui sera sa vitrine, elle devient la Villa Rabelais : un lieu ouvert au public avec une bibliothèque scientifique, un espace de conférences, des expositions, des formations professionnelles, des ateliers cuisine, un jardin aromatique.
Après les travaux, un chantier « ménage » s’est ouvert, couvrant pas moins de 1200 m2, 54 pièces, fenêtres, carreaux, extérieurs. Et c’est l’Entr’Aide Ouvrière qui a emporté le marché ! Une belle opportunité, mais un délai de réalisation très court : deux semaines pour se mettre en ordre de bataille…
Le Service d’Insertion Par l’Activité Economique de l’Entr’Aide se mobilise alors pour mettre à la disposition de la Villa Rabelais 16 salariés en insertion qui vont réaliser 400 heures de ménage répartis sur 4 jours.
Le Centre de Formation de l’Entr’Aide Ouvrière a organisé en parallèle une formation « Entretien des Locaux » pour les salariés en insertion recrutés sur le poste d’Agent de Propreté dans nos chantiers d’insertion : trois jours d’apprentissage des produits de nettoyage et d’entretien, des gestes et postures à adopter : méthode et sécurité. Une salle de formation a été installée dans la Villa Rabelais pour une mise en application sur place immédiate, ce qui constituait un nouveau champ d’expérimentation pour nos salariés, avec de nouveaux matériaux, etc.
Le vendredi 23 septembre, tout était prêt pour l’inauguration de la Cité Gastronomique !

Un jour pas comme les autres à la Chambrerie !

Publié le 30 sept 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La ChambrerieLes bénévoles de la Fondation O - 1 En effet, au matin du 23 septembre, Véronique Livéra, son équipe et les résidents de la Chambrerie attendent des salariés du groupe Onet qui, dans le cadre de la journée solidarité logement, viennent rénover l’accueil. Chaque année, la Fondation Onet organise ainsi une journée dédiée à la remise en état ou à la rénovation de locaux pour les plus démunis. Cette année, c’est l’Entr’Aide Ouvrière qui était sélectionnée pour bénéficier de cette aide.
A la Chambrerie, l’accueil est aussi le lieu de vie principal, c’est l’endroit où l’on se retrouve pour manger, discuter, plusieurs espaces y sont aménagés : cafétéria, salon, poste informatique, repos, bar, bibliothèque, proximité avec la cantine, avec l’extérieur aussi.
Mais vendredi matin, les affiches sont décrochées, les meubles débarrassés, les murs sont lessivés et tout est prêt : peinture, matériel, nouvelle signalétique, décoration…Dès 8h30, c’est l’arrivée des bénévoles Onet : présentations, découverte des locaux, distribution de tee-shirts aux couleurs de la Fondation Onet. Résidents, salariés volontaires de l’établissement, salariés du groupe Onet, tout le monde participe aux travaux. Briefing, démonstrations, répartition des tâches, Mohamed Moussaoui est aux commandes ! Chacun s’applique à remplir sa mission avec beaucoup d’attention, les murs, les portes, les radiateurs sont repeints, les chaises aussi sont poncées, repeintes aux nouvelles couleurs, les tabourets sont relookés.
A la fin de la journée, aucun détail n’est oublié, le nécessaire pour passer la nuit est remonté. Un très grand merci à Elodie, Stéphanie, Christophe, Raymond, Nathalye, Manuel, Julien et Vincent ainsi qu’à tous les participants qui ont permis cet évènement, contribuant ainsi à l’amélioration de la qualité de vie des résidents de la Chambrerie.

Le foyer Dolbeau bien dans son quartier

Publié le 29 juin 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

« Prenons place », tel est le nom joliment trouvé de la manifestation qui réunit chaque année, sur le site Mame, les forces vives associatives du quartier Lamartine à Tours. Et le foyer Germaine-Dolbeau de l’EAO-CAD y tenait un stand en ce mois de juin, preuve de son intégration à la vie locale et de sa volonté d’y tisser des liens toujours plus étroits.
place2
place1

Des aides précieuses pour l’Entr’Aide ouvrière

Publié le 28 juin 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Zonta chèque (NR)
Le Zonta club de Tours, club service international dont le but est de promouvoir le statut de la femme, a donné cette année encore un coup de pouce apprécié à l’EAO-CAD, pour le centre Albert-Camus qui héberge des femmes et des familles en difficulté. Après une soirée de musique classique à Fondettes, à l’occasion de la Journée internationale des droits des Femmes, la présidente Marie-Noëlle Barrier (à gauche) a remis un chèque de 1 500 € à Marie-Paul Legras-Froment. Cette contribution sera utilisée pour la rénovation et la décoration des chambres d’accueil des femmes en difficulté et de leurs enfants.

CHINON REMISE DE CHEQUES ANYSETIERS
De son côté l’antenne de Chinon de l’Entr’Aide Ouvrière a reçu un don également de 1 500 € de l’association des Anysetiers, à l’occasion de leur assemblée générale présidée par Jean-Pierre Morvan. Solène Body, responsable de cette antenne (à droite sur la photo), a expliqué en remerciement que l’épicerie solidaire l’Embarcadère ne dispose pas d’un financement pérenne, bien qu’elle présente un intérêt certain : elle permet aux plus démunis de se procurer des aliments à faible coût – mais jamais gratuitement – et surtout d’être accueillis, écoutés, informés, de suivre des ateliers collectifs qui leur permettent de développer leur savoir-faire et « de retrouver leur dignité ».

Le député reçu à l’antenne de Chinon

Publié le 16 juin 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

baumel 1

baumel 3

Jeudi 9 juin, notre antenne de Chinon a reçu M. Laurent Baumel, député de la 4ème circonscription d’Indre-et-Loire, accompagné de son attachée parlementaire Véronique Paisant. Venu à la rencontre de l’Entr’Aide Ouvrière pour une journée « terrain », il a été accueilli par Solène Body, responsable de l’antenne, en présence notamment d’Annick Morice, administratrice. Le député a montré beaucoup d’intérêt pour tous les services rendus par notre association dans le Chinonais.
La journée a commencé autour d’un café, dans les locaux de l’EAO-CAD rue du 11 novembre. Jean-Luc B., travailleur en insertion et Eric C., hébergé par l’association, étaient venus partager ce moment et témoigner de leur parcours.
Puis, visite de l’épicerie solidaire où Laurent Baumel a posé beaucoup de questions relatives à son fonctionnement, et montré un grand intérêt pour la démarche participative qui préside aux animations programmées régulièrement à l’Embarcadère.
Enfin, dans les locaux de l’association CLAAC (Culture, Loisirs, Accueil et Animation en Chinonais), un moment très convivial a suivi autour d’un repas préparé par des bénévoles et des bénéficiaires de l’épicerie solidaire. Beaucoup d’échanges et de conversations ont eu lieu sur des sujets très divers. Merci à tous les participants pour cette journée réussie, et bien sûr à nos visiteurs pour le temps qu’ils ont bien voulu nous consacrer.
Jackie Rogeon
baumel 2

Une AG résolument tournée vers l’avenir

Publié le 02 juin 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

AG 1

De l’avis de tous, l’assemblée générale de l’EAO-CAD, samedi 28 mai au foyer Albert-Camus de Tours-nord, s’est déroulée de façon dynamique et les interventions ont été intéressantes. La présentation des rapports, avec supports audiovisuels, a été allégée, mais chacun avait reçu ou pouvait se procurer sur papier les textes et chiffres détaillés qui rendent compte de l’exercice 2015 de l’association. Celui-ci se solde, pour la deuxième année consécutive, par un résultat financier positif (de 231 000 €, sur un budget de plus de 11 millions €) qui ne compense pas les pertes cumulées des années précédentes.
Les rapports moral et d’orientation peuvent être consultés sur ce site à la rubrique « L’ASSOCIATION ». Un rapport moral où la présidente, Marie-Paul Legras-Froment, évoquait « la misère venue d’ailleurs » pour insister : » L’accueil inconditionnel des personnes en situation de détresse, qui est écrit dans notre projet associatif, interdit le tri des personnes en fonction de leur statut ou de leur nationalité. Plus que jamais les valeurs de solidarité, de fraternité et d’hospitalité guident nos prises de position et nos actions« .
Les invités politiques – Jean-Patrick Gille, député, Alexandra Schalk-Petitot, maire-adjoint de Tours, Vincent Louault, conseiller départemental délégué à l’insertion – ont tous salué le travail de l’EAO-CAD et remercié l’association y compris quand elle dérange et « secoue » les pouvoirs en place au nom de ses valeurs et de son engagement envers les plus démunis. Tous reconnaissent son professionnalisme, mais soulignent la force du bénévolat, « qui fait toute la différence« . Le nouveau directeur départemental de la Cohésion sociale, Xavier Gabillaud, a été tout aussi clair et encourageant : « l’enjeu, c’est la co-construction des politiques publiques qui, sans relais, sont hors-sol. Les associations ne sont pas de simples opérateurs, on a besoin d’interlocuteurs porteurs d’expertise, responsables et forts. La parole des usagers et résidents est essentielle« .
L’avenir en débat
Du temps avait été dégagé pour permettre aux adhérents de s’exprimer notamment sur ce que l’association pourrait faire de plus et de mieux. Les interventions posent les jalons d’une réflexion qui va se poursuivre, entre adhérents et avec les salariés et bénévoles, en particulier au sein des diverses commissions et groupes de travail. L’EAO-CAD réaffirme également sa volonté d’agir chaque fois que possible, en partenariat avec les autres associations du secteur.
Une équipe reconduite
L’assemblée générale a reconduit les administrateurs sortants et a élu trois nouvelles administratrices : Annick Bourret, Dominique de Lannoy et Annick Morice. Trois autres bénévoles participeront au conseil comme « stagiaires » : François Curis, Frédéric Fleury et Martine Gaudeau-Sedilleau.
Réuni le 1er juin dans cette nouvelle composition, le conseil a désigné son bureau : présidente Marie-Paul Legras-Froment, vice-présidents Monique Carriat et Patrick Minier, trésorier Jean-Noël Rouet, trésorier adjoint François Ferrisse, secrétaire Jean-Paul Mercier, membre Bernard Bonnin.
Les commissions ont été composées (Finances, Vie associative, Bénévolat, Communication, Prison-Justice) et il est rappelé qu’à l’exception de celle des finances, elles sont ouvertes à tout adhérent.
Tous les salariés qui ont contribué à cette AG ont été chaleureusement remerciés
Tous les salariés qui ont contribué à cette AG ont été chaleureusement remerciés

Visite du président du Conseil départemental

Publié le 18 mai 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

iae1iae2

Le président du Conseil départemental, Jean-Gérard Paumier, tenait à voir concrètement ce que fait l’EAO-CAD sur le terrain, et à rencontrer des bénéficiaires de ses activités. Il ne lui était pas possible de tout visiter, mais mardi 17 mai il s’est rendu sur deux des sites de l’association, accompagné de Nadège Arnault, vice-présidente en charge des affaires sociales, Vincent Louault, élu délégué à l’insertion et au RSA, et Fabrice Perrin, directeur général adjoint responsable de la Solidarité.
Au Service d’Insertion par l’Activité économique, à Chambray, la délégation accueillie notamment par la présidente et le directeur général de l’EAO-CAD, a parcouru l’atelier de recyclage de palettes avant de rencontrer quelques salariés en contrat sur des chantiers d’insertion (entretien, maintenance, espaces verts, bâtiment, restauration…). Ceux-ci ont pu évoquer leur parcours et leur projet de sortie vers une embauche ferme. Les élus ont ainsi repéré des améliorations possibles en matière de recrutement des salariés en insertion, et de débouchés : le Département peut multiplier les passerelles entre les chantiers d’insertion et les entreprises, notamment par le biais des clauses sociales dans les marchés publics. Et Jean-Gérard Paumier, qui est aussi président de Val Touraine Habitat, pense que le bailleur social peut également faire plus, par exemple en segmentant davantage ses marchés de travaux.
La visite s’est poursuivie à Tours par le foyer Germaine-Dolbeau, dans le quartier Lamartine, où il fut cette fois question de l’hébergement et de l’accompagnement des différentes catégories de personnes accueillies, et des difficultés rencontrées pour leur accès à un logement autonome.
En commentant ainsi une (petite) partie de ses activités, l’association a pu montrer une nouvelle fois le bon usage qui est fait des deniers publics.
dolbeau

Amicale rencontre des bénévoles

Publié le 01 avr 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

IMGP5766
IMGP5775

A l’invitation de la commission Bénévolat de l’EAO-CAD, animée par Françoise Joyeux, vingt-cinq bénévoles intervenant dans différents services, ainsi que quelques candidats au bénévolat, se sont retrouvés le 24 mars au foyer Albert-Camus. La présidente Marie-Paul Legras-Froment et le directeur général, Eric Le Page, ont présenté les différentes activités de l’association. Et chacun a pu les interroger ou s’exprimer sur son expérience de bénévole, voire sur les difficultés rencontrées, avant d’en discuter autour d’un amical buffet.
Les personnes qui souhaiteraient être bénévoles à l’EAO-CAD sont priées de laisser leurs coordonnées au 02.47.31.87.00, ou sur infos@entraideouvriere.org

Chez ces gens-là !

Publié le 23 mar 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Humeur

Depuis quelques semaines les manifestations de rue et autres meetings se multiplient : paysans, auto-écoles, lycéens, étudiants… Il y a une semaine, manifestation d’un nouveau genre : les nantis, les bourgeois du XVIème s’insurgent contre la construction prochaine, en limite du bois de Boulogne, d’un centre d’hébergement pour sans-abri. En fait, il s’agit d’une réunion qui se voulait d’information, animée par la sous-préfète et un conseiller municipal, qui a tourné au pugilat voire à l’émeute ; après quelques dizaines de minutes le rassemblement a été interrompu pour des raisons de sécurité. Les quelques centaines de résidents du XVIème arrondissement ont cependant pu s’exprimer, voici quelques extraits de leurs vociférations.
Salope ! (à l’attention de la sous-préfète). Escroc ! Fils de pute ! Menteur ! Collabo stalinien ! Salopard ! Caca ! (à l’attention de l’élu municipal). Hidalgo démission ! Ça va mal finir !
Chez ces gens-là Monsieur, on ne cause pas, on insulte !
C’est un nouveau Sangatte qu’on va nous imposer au bois de Boulogne ! Il y aura de l’insécurité, du racisme, des assassinats ! Ca va brûler parce qu’on vient provoquer les gens sur leur territoire ! Les SDF et leurs chiens vont installer leurs tentes ! Les habitants ne pourront plus se promener avec leurs enfants ! On n’est pas en Corée du Nord ! Il y aura beaucoup d’insécurité, notamment pour la gent féminine !
Chez ces gens-là Monsieur, on ne cause pas, on triche !
On veut nous imposer une construction immonde sous nos fenêtres pour nous faire payer notre statut social ! Est-ce que ces gens seront à l’aise dans un quartier où les prix sont élevés ? Les gens du quartier ont dépensé un argent fou pour acheter leur appartement et on va leur mettre des Algéco sous le nez !
Chez ces gens-là Monsieur, on ne cause pas, on compte !
Ajoutons à cela que le député Claude Goasguen, maire du XVIème (L.R) a mis de l’huile sur le feu : Le bois de Boulogne n’est pas une réserve foncière ! Si le centre se fait ce sera un nouveau Sangatte. Je ne veux pas que ce soit une réserve de gens en déshérence !…

Malgré cette hystérie collective, les représentants de la mairie de Paris ont pu s’exprimer (un peu !) au milieu des horions : Le centre d’hébergement d’urgence ne recevra pas de migrants. Il est inacceptable que des personnes continuent à dormir dehors faute de solution d’hébergement. La détermination de la Ville est totale et inentamée ! Le XVIème est le seul arrondissement qui ne dispose pas de structure d’hébergement d’urgence !…
Une brave femme déclarait pour finir qu’ils allaient tous partir pour la Suisse, la Belgique ou le Luxembourg. Ce n’est peut-être pas une mauvaise idée ! Chargez vite vos grosses berlines avec vos sacs Vuitton et vos valises Hermès pleines de devises et laissez la France aux Français qui ont du cœur, à ceux qui pensent solidarité, entraide.
Une fois de plus l’abbé Pierre, le père Pineau et bien d’autres doivent se retourner dans leur tombe.
Pierre TRINSON

Les résidents-photographes de la Chambrerie ont rencontré les étudiants de l’ITS

Publié le 18 mar 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Avec les étudiants lors de l'inauguration de l'exposition à l'ITS.

Après l’exposition de photos titrée « La galère, et après… » au Centre d’hébergement de la Chambrerie à Tours nord, l’aventure continue : le groupe de résidents-photographes (Mérita, Youssouf, Bruno, Marie-Françoise, Salissou et Sokol) a été reçu le 10 mars à l’Institut du Travail Social de Tours par un groupe de futurs moniteur-éducateurs. L’exposition y est installée jusqu’au 28 mars. L’inauguration « a permis des échanges nourris sur le parcours des six résidents présents. Ils ont fait preuve d’une grande générosité en parlant d’eux et souhaitent que cela permette la prise de conscience de ce qui se passe chaque jour, pas très loin de nous. Le groupe d’étudiants a été bienveillant et chaleureux, ce qui a permis des témoignages sincères et intenses » rapporte Adeline Goyer, éducatrice à la Chambrerie.
Les résidents ont remercié l’EAO de leur avoir permis de porter leur parole devant de futurs travailleurs sociaux. Ce moment laissera des marques dans les mémoires et « une complicité est née entre les étudiants et les résidents, le genre de complicité qui vient très vite lorsqu’on vit un moment important. La preuve qu’il suffit parfois de peu de choses pour gommer les préjugés… »

Les résidents ont aussi formulé le souhait que l’aventure ne s’arrête pas là. Ils aimeraient exposer aux cinémas Studio, et à la « maison du peuple » qu’est la mairie ! Et puis certains se prennent à rêver à une rencontre avec d’autres CHRS dans d’autres villes, à une expo collective, qui seraient des occasions de partir ensemble avec leur projet. A suivre donc.

Français langue étrangère : appel à bénévoles

Publié le 11 mar 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Le Centre de Formation de l’Entr’Aide Ouvrière a un besoin urgent de nouveaux bénévoles en « FLE » (Français langue étrangère), pour lancer de nouvelles actions dès avril.
Les personnes intéressées doivent se manifester dès que possible auprès du siège de l’association, elles seront ensuite contactées pour un rendez-vous.
EAO-CAD, tel.02.47.31.87.00
courriel : infos@entraideouvriere.org

Les bénévoles invités le 24 mars

La commission ad hoc invite tous les bénévoles de l’EAO-CAD jeudi 24 mars à partir de 17h30 au CHRS Albert Camus (26 Rue Albert-Camus à Tours nord) pour fêter le printemps autour d’une collation. La présidente présentera l’Association, et des bénévoles de différents services rendront compte de leur expérience. Ces témoignages seront suivis d’échanges et nous permettront de mieux connaître les différents secteurs d’intervention des bénévoles.
N’hésitez pas à inviter d’autres personnes intéressées par le bénévolat à l’EAO-CAD.

Colère contre le président du Bas-Rhin

Publié le 11 fév 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Le président du Conseil départemental du Bas-Rhin a décidé de supprimer les financements du Département pour l’hébergement, les accueils de jour et l’accompagnement social des personnes et familles sans-abri (au total – 640 000 €). La FNARS, à laquelle adhère l’EAO-CAD, craint « un effet de contagion sur d’autres collectivités locales« . Elle appelle ses adhérents à la vigilance à propos des risques de désengagement sur leur territoire, et le cas échéant à l’alerter pour une réaction « adaptée et collective« . Elle recense ces initiatives pour une saisine à venir de l’Association des Départements de France.
D’ores et déjà, avec les 33 autres associations nationales qui constituent le Collectif des Associations Unies, la FNARS signe une lettre ouverte au président du Bas-Rhin, exprimant « colère et consternation » après une décision « qui aura des conséquences dramatiques…Elle entrainera inévitablement des fermetures de places, une réduction des moyens des accueils de jour des sans‐abri, femmes seules ou familles, touchant une dizaine de structures, avec pour conséquence inévitable une augmentation immédiate du nombre de personnes à la rue« …

Le Collectif des Associations Unies « considère qu’il serait inacceptable que la réduction des dépenses publiques et le bras de fer entre l’État et le Département se fassent sur le dos des personnes les plus précaires et des associations qui les accompagnent…Les personnes mal‐logées n’ont pas à être otages et finalement victimes des désaccords entre l’État et les collectivités locales sur le financement des politiques de solidarité.

Pour ces raisons, le collectif vous demande d’engager une concertation avec l’État et les associations permettant de pérenniser les réponses en matière d’accueil d’hébergement et d’accompagnement des plus démunis dans le Bas‐Rhin… »

La solidarité est un plat qui se mange chaud

Publié le 07 fév 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

halles
Vingt ans déjà que la Ville de Tours organise, aux Halles, un « pot au feu géant » au profit des Restos du coeur. Ce samedi 6 février, 2 650 portions ont été vendues. La Ville y réserve un « espace de solidarité » où des associations viennent présenter leurs activités. Cette année encore, l’EAO-CAD y avait sa place, où quelques administrateurs sont venus au-devant du public. Et comme la solidarité n’est pas ici un vain mot, notre association partageait son stand avec une autre, les Halles de Rabelais, qui apporte une aide alimentaire aux étudiants tourangeaux qui en ont besoin.

Contre la dénonciation des étrangers et la violation du secret professionnel

Publié le 27 jan 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Une trentaine d’associations nationales dont la FNARS, à laquelle adhère l’EAO-CAD, estiment que le texte du projet de loi « de maîtrise de l’immigration » ouvre une brèche dangereuse sur la levée du secret professionnel dans des secteurs essentiels de la vie citoyenne comme la santé, l’école, l’emploi et le social, à travers ses articles 8, 22 et 25. Elles pensent qu' » il instaure un principe de surveillance permanente« , et déclarent :

« Alors que l’obtention d’un titre de séjour, soumise déjà à de multiples obligations, vérifications et production de preuves, leur aura été accordée, elle pourrait être remise en cause à tout instant, créant finalement un climat de doute sur la sincérité de leur situation. Ils deviendraient alors de potentiels fraudeurs, alors même qu’ils ont répondu à toutes les conditions juridiques pour obtenir leur titre.

Le projet de loi créé lui-même les conditions de ces contrôles avec la levée inédite du secret professionnel pour plusieurs organismes et leur personnel. Si les articles 8 et 25 sont votés en l’état, Pôle emploi, les écoles et universités, les établissements de santé publics et privés, les fournisseurs d’énergie et opérateurs de téléphonie, tout comme les établissements bancaires auront l’obligation, sous peine d’amende (7 500 euros) de fournir toute information que les agents de la préfecture jugeront utile pour contrôler la « sincérité et l’exactitude des déclarations et de l’authenticité des pièces » des personnes titulaires d’une carte de séjour. Le refus de transmission de ces informations par le personnel de ces organismes est même posé comme un délit par le texte de loi.

En contradiction avec les principes d’accueil largement rappelés dans les médias, ce texte ne rompt pas avec la logique répressive et suspicieuse des étrangers qui vivent en France. Les structures d’hébergement seront également sollicitées dans le cas de l’expulsion des personnes puisque l’article 22 prévoit la possibilité de venir les interpeler dans leur chambre en dehors de toute procédure pénale engagée.

Parce que les articles 8, 22 et 25 assimilent délinquants et étrangers et mettent à mal l’intégration des personnes titulaires de titre de séjour dans leur pays d’accueil, nous demandons leur suppression immédiate. »

La cafétéria du CHERPA, début d’un grand chantier « pédagogique »

Publié le 20 jan 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

cafet

Une cinquantaine de personnes se sont retrouvées le 14 janvier pour inaugurer la nouvelle cafétéria du CHERPA, le centre d’hébergement de la rue du Général-Renault à Tours. Le projet pédagogique de départ était construit autour de la volonté de faire participer les résidents à l’amélioration d’un lieu d’accueil collectif, dans lequel ils aimeraient se retrouver. La cafétéria aménagée en 1998 et non refaite depuis étant vétuste, l’équipe avait choisi avec les personnes hébergées de commencer les travaux par cet endroit.
Les résidents ont participé à toutes les étapes du chantier. Avec l’aide des travailleurs sociaux, ils ont réfléchi aux modifications à apporter, au choix des matériaux et des couleurs, à la budgétisation et à la planification des travaux. Chacun a pu s’y impliquer de manière volontaire. Ils ont utilisé et valorisé leurs compétences ( plomberie, électricité, peinture…), mais aussi donné de leur temps selon leurs disponibilités.

La volonté de l’équipe d’utiliser ce support comme un tremplin pour permettre à certaines personnes hébergées de se redynamiser sur leur projet de vie a très bien fonctionné, et tous souhaitent continuer sur cette lancée en poursuivant les travaux sur le hall d’accueil.

cafet2

« La galère et après » : une expo à la Chambrerie

Publié le 13 jan 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

IMGP5737

Le point de départ de cette initiative remonte à la fête de l’Entr’Aide Ouvrière le 26 septembre dernier, où des résidents du foyer de la Chambrerie, à Tours nord, exposaient une première série de photographies. Sur le thème « la galère et après », ils furent sept à poursuivre les prises de vue dans l’agglomération : Merita, Youssouf, Marie-Françoise, Bruno, Salissou, Gilbert et Saïda. Ils ont choisi de s’exprimer par la photo « parce que l’image est un langage universel« , expliquent-ils (tous ne parlent pas français), et en noir et blanc « pour l’intemporel« .
Ils ont ainsi illustré leur galère à travers des lieux et des moments pas forcément sombres – la Chambrerie est vue comme « une galère de luxe » – et le regard n’est pas désespéré : une vue de la gare rime avec « départ et espoir« , et une vitrine d’annonces immobilières évoque « un projet de vie, rêve ou réalité ? »…
Ces photos sont exposées au moins jusqu’à la fin du mois au Centre d’hébergement de la Chambrerie, et le vernissage a donné lieu à une petite réception chaleureuse et conviviale. Tour à tour la responsable des lieux Véronique Livera, puis Adeline Goyer, travailleuse sociale et Morgane Lecouvette, stagiaire, mais aussi des exposants, ont remercié tous ceux qui ont contribué au bon aboutissement de cette heureuse initiative. Qui en appelle d’autres, assurément.

IMGP5726

Publié le 04 jan 2016 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

voeux_web

Le préfet : « tout doit passer par le 115 ! »

Publié le 19 déc 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

prefet au 115
Le préfet d’Indre-et-Loire Louis Le Franc, arrivé à Tours il y a seulement six mois, s’est livré le 17 décembre au soir à une « tournée » du dispositif d’accueil d’urgence sur l’agglomération. Logiquement, sa première étape fut pour le 115, géré par l’EAO-CAD, portail en principe unique d’accès à l’hébergement d’urgence.
En principe unique, car les jours précédents une association tourangelle avait dirigé des familles Tchétchènes directement vers un hôtel, sans passer par le 115. La facture, c’est évidemment l’Etat qui doit la payer. Une pratique qui a provoqué une très vive réaction du préfet. Il juge en effet « inadmissible et dangereux » de ne pas respecter la procédure qui permet une gestion « professionnelle« , plus juste et plus rationnelle des flux de demandes. Dangereux parce que ces initiatives malheureuses perturbent un travail déjà difficile, créent des tensions entre les migrants, et peuvent contribuer à ouvrir des filières… Les crédits affectés à l’urgence sont passés depuis cinq ans de 6 à 8 millions d’euros par an, et le nombre de places est maintenant supérieur à 400. Le préfet reconnait que c’est encore insuffisant. Mais devant la presse et les responsables de l’association, Louis Le Franc a réaffirmé qu’il ne pouvait y avoir qu’un seul opérateur, l’Entr’Aide Ouvrière.
Les crédits sont insuffisants puisque chaque soir le 115 est encore obligé de signifier une quinzaine de refus d’hébergement, malgré l’ouverture de l’accueil de nuit depuis le plan hivernal entré en vigueur le 1er décembre. Hors dispositif hivernal, le déficit de places varie de 60 à 80 en moyenne (sur 130 appels quotidiens).
Le problème est encore plus complexe, ont expliqué Marie-Paul Legras-Froment et Eric Le Page, présidente et directeur de l’EAO-CAD, si on prend en compte la durée d’hébergement, sans cesse croissante. Ce qui fait que les places dites d’urgence n’en sont plus vraiment, et que le système est en permanence « embolisé ». En théorie, rappelle le préfet lui-même, l’hébergement d’urgence ne devrait être qu’une « mise à l’abri »…

La salle informatique dotée par Orange

Publié le 14 déc 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

informatiqueAu Centre de formation flambant neuf de l’Entr’Aide Ouvrière à Tours nord, la salle informatique a été inaugurée le 2 décembre par la présidente, Marie-Paul Legras-Froment, en compagnie de Marie-Françoise Sacré, déléguée régionale Mécénat et Solidarité de la Fondation Orange (pour le Centre-Val de Loire et la Normandie), et de Frédéric Nicolas, directeur des relations avec les collectivités locales. La Fondation, en effet, a largement contribué à l’équipement informatique de cette salle en attribuant une dotation de 2 500 euros pour l’achat des ordinateurs.
Chacun, d’ailleurs, a pu mesurer la qualité de cet équipement puisqu’un groupe de stagiaires étrangers se trouvait au même moment au travail. Les formatrices confirment de leur côté l’apport considérable du numérique en matière d’insertion.
La présidente a chaleureusement remercié la Fondation, et présenté l’association EAO-CAD en insistant sur la place donnée aux formations. Les représentants d’Orange ont expliqué pour leur part que la Fondation se veut celle du « numérique solidaire » , en apportant son soutien à l’insertion par le numérique. Présente dans seize pays, elle intervient en financement, en accompagnement (mécénat de compétence notamment) ou en fournissant des contenus. Un appel à projets est lancé chaque début d’année, et une vingtaine d’opérations par an sont ainsi soutenues.

Régionales : inquiétude des associations

Publié le 09 déc 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Vingt-huit associations nationales, dont la FNARS (Fédération nationale des Associations d’Accueil et de Réinsertion sociale), à laquelle adhère l’EAO-CAD, signent un communiqué commun à la veille du second tour des élections régionales :
Les résultats du 1er tour des élections régionales expriment à l’évidence un désarroi pour une partie de la population par rapport aux difficultés économiques et sociales, une inquiétude sur le plan sécuritaire et un sentiment d’abandon et de déclassement. Ces sentiments sont utilisés pour proposer une politique à l’opposé de notre pacte républicain et des valeurs qui fondent notre nation : réduction drastique du soutien aux plus démunis, exclusion des publics sur la base de leur nationalité, de leur origine ou de leur religion. Au lieu de rassembler, de tels choix divisent le pays, le referment sur lui-même, rompent les liens de solidarité.
Les associations de solidarité sont inquiètes car elles veulent continuer à aider et accompagner tous ceux qui en ont besoin, y compris ces minorités. C’est pour nous un devoir de répondre à l’exclusion par l’accès aux droits et aux services.
Un discours ou des décisions qui stigmatiseraient telle ou telle partie de la population représentent un danger pour notre unité nationale. Les événements dramatiques que nous avons vécus ces dernières semaines et l’expression populaire qui s’en est suivie ont pourtant démontré notre volonté de vivre ensemble.
Sans s’immiscer dans le débat politicien, les associations de solidarité ont le devoir d’être vigilantes mais aussi de refléter la diversité de nos concitoyens. Nous avons une mission d’alerte, de respect de nos valeurs et d’attention aux plus défavorisés. Il est de notre devoir d’éclairer nos concitoyens sur les enjeux et les choix de la Société que nous souhaitons pour demain, respectueuse des droits et de l’Egalité de tous.

« Journées nationales Prison » : la contribution tourangelle

Publié le 20 nov 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

IMGP5623JNP 2

Le groupe local « Concertation- Prison » a apporté sa contribution aux Journées nationales, qui se déroulent chaque année à la même époque, en prenant deux initiatives auxquelles les Tourangeaux étaient invités à s’associer.
Mercredi 25 novembre, une cellule de la Maison d’arrêt a été reconstituée boulevard Heurteloup à Tours, à hauteur de l’Office de tourisme. Il s’agissait évidemment de faire prendre conscience de la réalité des conditions de détention, de susciter la réflexion et d’engager le débat. Ce qui fut fait également à l’aide d’un questionnaire auquel bon nombre de visiteurs ont bien voulu répondre.
Et le jeudi 26, le groupe invitait à une conférence sur le thème « Moins punir par la prison pour mieux reconstruire« , animée par Karim Mokhtari, auteur du livre « Rédemption, itinéraire d’un enfant cassé », et Isabelle Larroque, directrice du Service pénitentiaire d’Insertion et de Probation d’Indre-et-Loire. Cette soirée, gratuite et ouverte à tous, avait pour but de sensibiliser le grand public aux questions que pose le système pénal français.
Le groupe local Concertation-Prison réunit l’Entraide ouvrière-Comité d’Aide aux Détenus, l’Association nationale des Visiteurs de Prison, le Genepi (à l’origine Groupement national étudiant pour l’enseignement aux personnes incarcérées), et la CIMADE (accueil et accompagnement des demandeurs d’asile).

Solidarité, unité et fraternité contre le fanatisme et l’intolérance

Publié le 20 nov 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Après les terribles drames qui ont endeuillé la capitale, Saint-Denis et le pays tout entier, la FNARS lance un appel à la solidarité, l’unité et à la fraternité contre le fanatisme et l’intolérance.

A travers cet appel, nous exprimons toute notre solidarité à l’égard des victimes du terrorisme et de leurs familles dont nous partageons l’effroi, le deuil et les souffrances.

Nous en appelons également à l’unité nationale pour combattre la barbarie et protéger les personnes du risque terroriste, dans le respect des règles de l’Etat de droit et des libertés publiques. Si l’Etat doit répondre à ces menaces, nous serons vigilants face au risque de surenchère sécuritaire et de stigmatisation visant telle ou telle communauté, qui seraient contraires aux valeurs républicaines du « vivre ensemble » et qui fondent l’action de nos associations.

Nous en appelons enfin à la fraternité pour que ces évènements terribles n’affaiblissent pas les politiques de solidarité à l’égard des plus démunis que nous accompagnons quotidiennement, notamment les personnes migrantes ou réfugiées qui sollicitent l’accueil et la protection de la France. Face aux épreuves, notre pays ne doit pas se replier sur lui-même. Plus que jamais, les valeurs de solidarité, de fraternité et d’hospitalité doivent nous guider. Elles seront les meilleurs remparts contre le fanatisme, la violence et l’obscurantisme.

Louis Gallois, Président de la FNARS

Florent Guéguen, Directeur général de la FNARS

Taxe transport et fiscalité associative : la mobilisation continue !

Publié le 09 nov 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La FNARS et six autres fédérations ont écrit au Premier ministre pour l’alerter sur la pression fiscale qui pèse sur les associations, avec notamment la disparition progressive de l’exonération de la taxe transport, et pour demander la création d’un crédit d’impôt pour l’action solidaire.

Depuis le début de l’année 2014, la FNARS se mobilise avec ses partenaires (FEHAP, UNIOPSS, Unicancer, FEGAPEI, UNAPEI, Croix-Rouge, APAJH, CNAPE) pour sécuriser le régime fiscal des associations, notamment autour de la taxe dite « versement transport ».

Depuis le statu quo obtenu en décembre 2014, la situation n’a pas évolué sur le plan légal, mais les associations continuent de se voir assujetties au paiement de cette taxe quand bien même elles remplissent les conditions d’exonération.

Le 14 octobre 2015, la FNARS et ses partenaires ont donc à nouveau saisi le Premier ministre pour demander une remise à plat de la fiscalité des associations sociales et médico-sociales privées à but non lucratif, avec la proposition de création d’un crédit d’impôt pour l’action solidaire (CIAS).

Pour tout complément d’information, vous pouvez contacter Aurélien Ducloux, chargé de mission Emploi : aurelien.ducloux@fnars.org

Non, les sans-abri ne peuvent pas attendre le plan « Hiver » pour être hébergés !

Publié le 15 oct 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La FNARS, Fédération nationale des Associations de Réinsertion sociale, à laquelle adhère l’EAO-CAD, interpelle les pouvoirs publics :
Avec la baisse des températures, la situation des sans-abri qui appellent le 115 sans obtenir de solution est critique dans de nombreuses villes.
A Paris et en Seine-Saint-Denis hier, 700 personnes à la rue (dont la moitié d’enfants) ont appelé le 115 sans obtenir d’hébergement. Dans le Rhône, 1950 personnes ont sollicité en vain un hébergement ces 15 derniers jours. Et en Haute-Garonne, ce sont 200 personnes qui sont sans solution chaque nuit*.
Ces chiffres témoignent d’une saturation extrême et inquiétante des centres d’hébergement à la veille de l’hiver.
L’Etat a annoncé dans ce contexte un renforcement des capacités d’hébergement hivernales, notamment en Ile-de-France.
Compte tenu de la situation explosive des 115, nous demandons que les capacités d’hébergement hivernales soient mobilisées dès à présent sur les territoires sans attendre le démarrage officiel du plan hiver et les températures négatives.
Le recensement des sites d’hébergement pour les familles réfugiées a démontré que des capacités inexploitées d’hébergement et de relogement existent sur l’ensemble du territoire. La FNARS en appelle à la mobilisation des préfets, des collectivités locales et des bailleurs dans les départements pour que ces capacités d’accueil soient mobilisées sur les territoires les plus tendus pour l’ensemble des sans-abri, quelle que soit leur situation administrative.
Enfin, plusieurs associations ont signalé des remises à la rue de personnes ou familles sans titre de séjour. La FNARS rappelle que le droit à l’hébergement et à l’accompagnement des sans-abri, inscrit dans la loi, est inconditionnel et ne peut varier en fonction de la situation administrative des personnes.
*Sur l’agglomération tourangelle,selon les soirs, 80 à 100 personnes restent sans hébergement.
Contact presse : Céline Figuière – 01 48 01 82 06 / 06 16 85 95 09 – celine.figuiere@fnars.org

Le Centre de Formation inauguré dans la joie et la bonne humeur

Publié le 01 oct 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Elle promettait beaucoup, cette nouvelle fête de l’Entraide Ouvrière-Comité d’Aide aux Détenus, ce samedi 26 septembre sur le site même du siège de l’association, à Tours nord. Et ce rendez-vous a tenu toutes ses promesses avec la participation de centaines de visiteurs, en famille, dans une ambiance détendue et conviviale, et une inauguration en fanfare d’un Centre de Formation aménagé par des salariés en insertion dont chacun a pu apprécier le travail.

La présidente Marie-Paul Legras-Froment n’a pas manqué de les féliciter, ni de remercier tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont contribué à la réussite de cette fête. De l’accueil au méchoui, en passant par les jeux et les animations musicales, aucune fausse note n’est venue troubler les réjouissances, et la fresque des graffeurs Topaz et Imak a été unanimement appréciée : elle rappellera pendant longtemps le souvenir de cette fête inaugurale.

La partie officielle de cette journée fut elle aussi réconfortante, et a permis de mettre en lumière les atouts du Centre de Formation rénové et agrandi. Le député Jean-Patrick Gille, spécialiste de la formation professionnelle, la vice-présidente de la Région Isabelle Gaudron, chargée de ces questions, les représentants du Département Nadège Arnault et Vincent Louault, en charge eux aussi des affaires sociales et de l’insertion, parmi d’autres élus, ont remercié l’EAO-CAD et réaffirmé leur soutien à l’association pour son travail dans ces domaines.

Le jeu du CHAMBOULTOUT

Le jeu du CHAMBOULTOUT

Entre 400 et 500 personnes étaient présentes

Entre 400 et 500 personnes étaient présentes

Le public

Le public

La pêche à la ligne

La pêche à la ligne

La fresque

La fresque

Expo la mise en boite

Expo la mise en boite

Olivier et son équipe en pleine préparation

Olivier et son équipe en pleine préparation

Le Rush

Le Rush

La fanfare

La fanfare

Au rythme de la musique

Au rythme de la musique

Accueillir les migrants dans des conditions dignes et durables

Publié le 08 sept 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La FNARS (Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale) qui regroupe près de 900 associations dont la plupart des centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) en France, et à laquelle adhère l’EAO-CAD, se joint aux mouvements citoyens appelant à l’accueil des personnes qui fuient leur pays et qui demandent une protection au sein de l’Union européenne.
La Fédération soutient et encourage également les initiatives locales, venant des maires et des collectivités locales visant à ouvrir des centres d’accueil. Nous les invitons à se mettre en contact avec les associations qui accueillent et accompagnent au quotidien sur les territoires les personnes migrantes souvent en grande difficulté sociale.
Les associations sont prêtes à héberger et à accompagner les personnes en migration, qu’elles soient simplement en transit en France ou qu’elles aient décidé d’entamer une procédure de demande d’asile dans notre pays. Quel que soit leur statut, le principe d’accueil inconditionnel des personnes sans abri doit s’appliquer dans nos structures.
Mais cet accueil, qui est une responsabilité de l’Etat, doit garantir des conditions de vie dignes, avec un accompagnement juridique et social durable. Actuellement, seul un tiers des demandeurs d’asile a accès à une place en centre d’accueil pour demandeurs d’asile en France, comme le prévoit pourtant la loi.
Face à l’urgence de la situation, la FNARS réitère sa demande de création d’au moins 20 000 places supplémentaires en CADA, d’un renforcement des plateformes de premier accueil des demandeurs et de nouvelles capacités d’accompagnement pour répondre à la crise de manière concrète et durable.
La FNARS fera le point des actions engagées et des moyens à mettre en oeuvre pour accueillir les demandeurs d’asile en France, le 10 septembre prochain à Marseille dans le cadre d’une journée nationale d’étude au cours de laquelle le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, s’exprimera. Ce sera l’occasion d’apprécier l’adéquation de la réforme de l’asile à l’afflux de migrants en Europe.
En attendant des décisions claires de l’Etat, en termes de moyens financiers et humains, à l’instar de l’Allemagne, la FNARS appelle ses associations adhérentes à rejoindre les manifestations organisées à Paris et dans les autres villes en France en faveur de l’accueil des migrants.
Contact presse : Céline Figuière – 01 48 01 82 06 – celine.figuiere@fnars.org

Un repas convivial et international !

Publié le 25 juin 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

slex2 Chacun sait qu’il est difficile de réunir les personnes hébergées par l’intermédiaire du SLEX de l’EAO-CAD (Service du logement extérieur), c’est-à-dire dans des appartements dispersés dans l’agglomération tourangelle. Des initiatives ont été prises par le passé, et l’année en cours sera marquée par (au moins) deux réalisations : à Pâques, la « chasse aux oeufs » dans le jardin Mirabeau, et ce 24 juin pour marquer le début de l’été, un repas en commun sur la pelouse du siège de l’association.
Quelques dizaines de convives, autour des travailleurs sociaux et de la responsable du service Sylvie Percheron, sont venus – c’était la règle – faire découvrir des spécialités culinaires de leur pays ou de leur région.

slex1

A Chinon : embarquement pour la fête de l’été

Publié le 25 juin 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

chinon3chinon2IMGP1896 L’Embarcadère, l’épicerie solidaire de Chinon, a réussi le 17 juin un belle fête de l’été qui a commencé par un pique-nique sur l’île de Tours. Salariés et responsables de l’EAO-CAD, bénévoles et « bénéficiaires » de l’épicerie, ont partagé ce moment de détente et de bonne humeur. Et les enfants n’étaient pas les derniers, par exemple lorsqu’ils furent « embarqués » par le talent de conteuse de Jacqueline Blondeau.

Fête été chinon

Centre de formation : reçus cinq sur cinq…

Publié le 25 juin 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

17- Entraide ouvrière insertion photo 2Cinq salariés en insertion ont suivi une formation au CACES (certificat d’aptitude à la conduite en sécurité) et ont obtenu leur diplôme. Le Centre de Formation de l’EAO-CAD a réalisé ce programme en partenariat avec Forget et Auchan Logistique, qui a mis à disposition les matériels et ses locaux de Saint-Pierre-des-Corps. Lors de la remise de ces certificats de compétence (Photo NR), qui leur permet de conduire des engins de manutention, tous les intervenants ont souligné qu’il s’agit d’un atout supplémentaire de valeur pou leur accès à l’emploi.

Développement durable : l’EAO recycle

Publié le 09 juin 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

IMGP5142 Pendant deux jours dans la galerie marchande Auchan à Chambray, l’Entr’Aide Ouvrière a présenté un échantillon des meubles de jardin fabriqués, dans son atelier d’insertion, à partir de palettes usagées. Des palettes fournies notamment par l’hypermarché Auchan, qui organisait cette année encore ce « salon du développement durable ». Banquettes, fauteuils, tables basses, cache-pots ou cache-poubelles réalisés par des salariés en insertion, ont retenu l’attention des passants et ont souvent trouvé preneurs. D’autres pièces en stock restent à vendre : les personnes intéressées peuvent prendre contact avec l’atelier avant de se rendre sur place.
Le Service d’Insertion par l’Activité économique (SIPAE) de l’Entr’Aide Ouvrière, en proposant ces « achats solidaires », souhaitait par ailleurs montrer un savoir-faire qui s’exerce également, sur des chantiers d’insertion, dans les domaines du Bâtiment (second oeuvre), des espaces verts et de la propreté.
Pour contacter le SIPAE par tel.: 02 47 27 62 84
Courriel : emploi@entraideouvriere.org

EAO et CAD rassemblées : les nouveaux responsables

Publié le 03 juin 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

A la suite des assemblées générales ordinaires et extraordinaires de l’Entr’Aide Ouvrière et du Comité d’Aide aux Détenus, samedi 30 mai 2015, les deux associations ne font plus qu’une (lire ci-dessous).
La nouvelle association dénommée EAO-CAD (Entr’Aide Ouvrière-Comité d’Aide aux Détenus) a réuni son conseil d’administration dès le mardi 2 juin. Par rapport à l’équipe sortante celui-ci enregistre deux départs (Elisabeth Rebeyrolle et Philippe Dailloux), et accueille deux nouveaux élus : François Ferrisse et Christian Rousseaux.Le CA, par ailleurs,compte trois « stagiaires » présentés à l’AG et qui seront les invités permanents de ses réunions : Annick Morice, Annick Bourret et Dominique de Lannoy.
Le conseil d’administration a ensuite procédé à l’élection de son bureau, tous étant élus à l’unanimité. Présidente : Marie-Paul Legras-Froment, vice-présidents : Monique Carriat et Patrick Minier, trésorier : Jean-Noël Rouet, secrétaire : Jean-Paul Mercier, membre : Bernard Bonnin.
Une nouvelle commission a été créée, baptisée Prison-Justice, pour prolonger les activités qui étaient celles du Comité d’Aide aux Détenus. Elle est composée de Monique Carriat (responsable), Martine Fontenis, Alain Manson, Georges Rondeau, Dominique de Lannoy, Marie-Thérèse Lauzat et Brigitte Michenaud. Commission Vie associative : Patrick Minier (responsable),Georges Mougel, Monique Carriat, Françoise Joyeux, Alain Manson, Jean Paillou, Ginette Pellou.
Commission Bénévolat : Françoise Joyeux (responsable), Monique Carriat, Martine Fontenis, Francis Berthon, Annick Morice, Marc Simonneau, Catherine Popov. Commission Communication : Jean-Paul Mercier (responsable), Christian Rousseaux, Frédérique Vallée, Pierre Trinson, François Ferrisse. Commission Finances : François Ferrisse (responsable), Jean-Noël Rouet, Bernard Bonnin, Marie-Paul Legras-Froment.
Il est rappelé que les commissions, à l’exception de celle des finances, sont ouvertes à tout adhérent, de même que le groupe chargé de la rédaction du journal Perspectives. Les bonnes volontés sont priées de se manifester auprès du siège.
Nous reviendrons ici sur les rapports et débats qui ont animé les assemblées générales.

EAO et CAD…ne font plus qu’une !

Publié le 01 juin 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Les présidentes des deux ex-associations, Marie-Paul Legras-Froment (EAO) et Monique Carriat (CAD) Les présidentes des deux ex-associations, Marie-Paul Legras-Froment (EAO) à gauche et Monique Carriat (CAD).

Au terme d’une assemblée générale extraordinaire, samedi 30 mai, l’Entr’Aide Ouvrière et le Comité d’Aide aux Détenus ont tourné une page de leur longue histoire : elles ont fusionné et ne constituent plus qu’une seule association. Le nom de la nouvelle entité accole les deux appellations, soit en abrégé : EAO-CAD. Tout donne à penser que l’effacement de l' »anomalie juridique » qui voyait les deux associations émaner du même conseil d’administration, se traduira par un renforcement des moyens et des activités du Comité d’Aide aux Détenus. Même si c’est l’EAO qui « absorbe » le CAD…
Nous reviendrons sur l’ensemble des rapports et débats de ces assemblées générales ordinaire et extraordinaire.

L’apprentissage de la mise en boîte

Publié le 29 mai 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités
Un exemple de résultat d'une photographie par sténopé Un exemple de résultat d’une photographie par sténopé

IMGP5082
Une exposition exceptionnelle vient de s’ouvrir au Pôle social et médical de l’EAO (ex-CASOUS), 2 place Jean-Meunier à Tours (contigüe à la place des Halles). Petite par la taille – elle présente une trentaine de photos – elle est peut-être une « première » à Tours par son origine et son contenu. L’initiative en revient en effet à l’équipe du PAS (Point accueil solidarité) présente trois jours par semaine place de la gare : elle a su prendre au bond le souhait de quelques-unes des personnes accueillies, qui voulaient « faire de la photographie ». Qu’à cela ne tienne, mais construisons d’abord nos appareils photo ! Et voilà comment une envie de s’exprimer par l’image se transforme en « atelier de rue »…

Construire un appareil photographique n’est à la portée de (presque) tout le monde que si on opte pour le procédé du sténopé (1). Armés de quelques boîtes métalliques ainsi transformées, ces artistes de rue ont déambulé à la recherche de sites emblématiques de Tours, et ont opéré à raison d’environ 18 secondes d’exposition pour un cliché convoité…sans viseur bien sûr ! Mais pour le travail de développement, il fallut recourir à l’aide de membres du Club photo de Parçay-Meslay. Le résultat est étonnant : ces vues en noir et blanc sont comme une balade dans le temps, dans une ambiance onirique et souvent poétique.

Lors du vernissage le 28 mai, les initiateurs et les auteurs de cette exposition ouverte à tous  – et qui va rester en place jusqu’en août – ont été félicités par de nombreux salariés, bénévoles et responsables de l’Entr’Aide Ouvrière. Prochaine réalisation du PAS avec des « gens de la rue » : une escapade en camping fin juin, avec l’aide de la Sncf.

(1) Un appareil photographique à sténopé se présente sous la forme d’une boîte dont l’une des faces est percée d’un trou minuscule qui laisse entrer la lumière. Sur la surface opposée à cette ouverture vient se former l’image inversée de la réalité extérieure, que l’on peut capturer sur un support photosensible, tel que du papier photographique. Comme l’œil, le sténopé capture des images inversées du visible (Wikipedia).

Au revoir et merci, « Dr Aude »…

Publié le 27 mai 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

IMGP5062Depuis 2008, le Dr Aude Commin-Humeau exerçait au CASOUS, devenu le Pôle social et médical de l’Entr’Aide Ouvrière, place des Halles à Tours. Elle quitte l’EAO pour raisons familiales, et sera bientôt remplacée. Mais elle n’est pas partie sans saluer, autour du verre de l’amitié, collègues et patients. Lors de cette chaleureuse et sympathique réception, elle a remercié tout spécialement le Dr Guy-Noël Teinturier, qui la précéda dans la fonction, mais aussi tous les personnels médicaux et paramédicaux avec qui elle travaillait, l’association et ses responsables, et puis également les patients : « j’ai souvent râlé, mais j’ai cheminé avec eux, ils m’ont appris l’humilité. Il y a des patients extra… » Tous ceux qui l’ont approchée savent avec quel enthousiasme et quelle passion elle a exercé ici. Une implication couronnée l’an dernier par le Prix de l’investissement humanitaire » au concours du « généraliste d’or » organisé par le quotidien Le Généraliste.

Marie-Paul Legras-Froment, présidente de l’EAO, a remercié Aude pour tout le travail accompli et pour avoir fait vivre l’idée, dans le sillage de Pierre Volovitch, « que la santé et le social sont étroitement mêlés, et que l’insertion, c’est tout ça… » Pierre Volovitch devait d’ailleurs souligner, à propos des préconisations de la toute récente loi Santé dans ce domaine, que Guy-Noël Teinturier les avait inventées ici…il y a plus de trente ans ! Enfin le directeur général, Eric Le Page, a évoqué les difficultés auxquelles se heurte l’EAO pour faire perdurer ce service médico-social, et remercié Aude : « Il faut des professionnels aussi motivés que vous pour défendre ces dossiers… » Et chacun de souhaiter au Dr Commin-Humeau une parfaite réussite pour la suite de sa carrière.

Le maire de Tours en visite au CHERPA

Publié le 21 mai 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Serge Babary l’avait promis lors d’un récent entretien avec les responsables de l’association, il l’a fait ce mercredi 20 mai : une visite au CHERPA, le Centre d’Hébergement et de Réinsertion sociale de la rue du général Renault. L’occasion pour le maire d’approfondir sa connaissance de l’EAO et de constater concrètement l’une de ses activités. Dans ce bâtiment qui appartient d’ailleurs à la Ville de Tours, il fut accueilli par Marie-Paul Legras-Froment, présidente, le directeur général Eric Le Page et le responsable du site Anthony Arlot. Deux résidents du CHERPA l’ont également accompagné lors de cette visite, au cours de laquelle les responsables ont évoqué les principaux problèmes et projets d’amélioration.IMGP5031IMGP5035

« Un logement pour tous » : la réponse du préfet

Publié le 30 avr 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

IMGP4690Au soir du 11 février dernier, l’Entr’Aide Ouvrière avait pris l’initiative d’une action de mobilisation place de la gare à Tours, sur le problème de l’hébergement d’urgence : ce « couscous solidaire » (photo ci-dessus) avait réuni des centaines de convives, des sans-abri, des passants, des militants et des salariés des associations qui s’étaient jointes à l’EAO *. Ce fut aussi l’occasion de lancer une pétition réclamant aux pouvoirs publics une réunion de tous les partenaires concernés, afin de trouver dès ce printemps des solutions durables au logement des sans-abri.

Jean-François Delage, préfet d’Indre-et-Loire, a répondu le 13 avril à la lettre du 25 février de la présidente de l’EAO, accompagnant la pétition. Il écrit : « …Comme vous l’évoquez vous-même, des places nouvelles d’hébergement d’urgence ont pu être créées au cours des dernières années. Ainsi, le nombre de places pérennes financées sur le programme 177 « Prévention de l’exclusion et insertion des publics vulnérables » est passé de 133 en 2012 à 350 en 2014.

Au sein de ce dispositif, 50 places d’hébergement d’urgence en appartement ont été mises en service fin 2014 pour augmenter notre capacité d’hébergement des familles. Je confirme que ces places pérennes ne seront pas fermées à la fin de la période hivernale.

Notre dispositif d’hébergement d’urgence est par définition limité, il est donc primordial de privilégier la sortie des personnes autonomes dont la situation administrative permet l’accès au logement locatif social, et ainsi libérer des places d’hébergement. Dans cet objectif, je vous invite à signaler à la direction départementale de la cohésion sociale les ménages pour lesquels une attribution de logement reste en attente.

Par ailleurs, je reste attentif au développement de solutions adaptées au logement des personnes qui rencontrent des difficultés particulières, notamment par la mise en service de nouvelles places de pensions de familles et par la production de logements à bas loyers (PLAI)… »

Commentaire de l’EAO

Cette réponse nous apporte la confirmation que les places créées cet hiver sont pérennisées, ce qui représente une réelle avancée. En revanche, il n’est pas fait réponse à notre souhait d’une réunion des partenaires de l’hébergement et du logement.

La création de logements « très sociaux » est également un élément positif, cependant cela n’apporte pas de réponse pour les publics hébergés dans les dispositifs d’urgence et qui ne disposent pas des autorisations de séjour leur permettant d’accéder au logement social. Sur ce point, M. le préfet  dispose du pouvoir de régulariser certaines familles hébergées depuis de nombreuses années, et maintenues dans la précarité.

* S’étaient associés à la pétition de l’EAO : Croix-Rouge, Secours catholique, Emmaüs Touraine, la CIMADE, ainsi que les signataires de la plateforme « Un toit c’est un Droit » : Réseau Education sans Frontières, Chrétiens Migrants, SUD Santé-Sociaux, Ligue des Droits de l’Homme, NPA, La Barque, la CSF Sanitas-Charcot-Rotonde, « C’est au Tour(s) du Peuple », ATTAC Touraine.

 

 

 

Mécénat de compétence : merci François !

Publié le 23 avr 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités
F.Ferrisse, P.Minier, E. Le Page et Marie-Françoise Sacré (Fondation Orange) F.Ferrisse, P.Minier, E. Le Page et Marie-Françoise Sacré (Fondation Orange)

IMGP5013

Cadre chez Orange détaché depuis l’an dernier en « mécénat de compétence » à l’Entr’Aide Ouvrière par l’intermédiaire de la Fondation du même nom, François Ferrisse a terminé sa mission auprès de la direction générale de l’EAO. Lors d’une réunion amicale, il a dit combien il avait apprécié l’accueil qui lui a été réservé dans les différents services de l’association, mesuré les avancées dans plusieurs domaines, et partagé les valeurs et les orientations qui animent les uns et les autres. Patrick Minier, vice-président de l’EAO, et Eric Le Page, directeur général, ont chaleureusement remercié François – et la Fondation Orange – pour la qualité de sa contribution en matière de gestion, de ressources humaines et de formation. Sans compter les qualités humaines unanimement reconnues par tous ceux qui l’ont approché. Mais ce n’était qu’un au revoir, car François Ferrisse n’a pas caché son souhait de continuer à oeuvrer pour les personnes accueillies à l’EAO-CAD. Bénévolement, dorénavant…

Albert-Camus à l’heure de la Commune de Paris

Publié le 26 mar 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

IMGP4782IMGP4787IMGP4777 

Soirée exceptionnelle, mardi 24 mars, au foyer d’hébergement Albert-Camus de l’Entraide Ouvrière : la Compagnie des Nuits Blanches avait transformé la salle en un petit théâtre, avec pour décor l’atelier d’un cordonnier dans le Paris du XIX ème siècle. La troupe amateur allait y donner une représentation de la pièce  Le Communard, la Pétroleuse et le Versaillais, écrite et mise en scène par Pierre Trinson (administrateur de l’EAO, secrétaire du CAD) d’une plume vive et colorée. Et les absents ont eu grand tort, car les huit comédiens pleins de talent ont fait vivre une journée dans la vie de la Commune de Paris, sanglant soulèvement du peuple contre la misère et la tyrannie, très longtemps occulté par l’Histoire et aujourd’hui encore riche d’enseignements.  Le public, composé en majorité de résidents du foyer, a salué d’applaudissements nourris cette leçon où tout est historiquement authentique, et les enfants eux-mêmes ont vibré à cette évocation enlevée comme un véritable petit polar.

Pour joindre la Compagnie : André Marandin, 02.47.54.65.27, an.marandin@wanadoo.fr

« Pot au feu géant » : un arrière-goût de solidarité

Publié le 22 fév 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

potMalgré un temps très moyen ce samedi 21 février, le « pot au feu géant » des Halles de Tours (organisé au profit des Restos du Coeur  par la Ville, les professionnels de la viande et les commerçants des halles) a drainé beaucoup de monde cette année encore. Et l’EAO-CAD était au nombre des associations qui allaient à cette occasion au-devant des Tourangeaux. Il s’agit toujours de mieux faire connaître les activités de l’association, les besoins des personnes accueillies (en centre d’hébergement, en chantier d’insertion, au centre de formation, à la « Petite maison »…) et cette fois, en outre, de faire signer la pétition « Un logement pour tous, toute l’année ! »

Avec les associations partenaires * et leurs milliers d’adhérents, les signataires de cette pétition « n’acceptent plus » qu’on laisse des gens à la rue, et réclament « un logement pour tous, toute l’année !« . Pour y parvenir dès le printemps prochain, ils demandent au préfet d’Indre-et-Loire de réunir toutes les parties concernées, afin de mettre sur pied des solutions innovantes. Elle continue de circuler jusqu’à la fin du mois de février.

Pour se la procurer : infos@entraideouvriere.org 

La retourner au plus tard le 1er mars à Entr’Aide Ouvrière, 46 avenue Gustave-Eiffel, 37100 Tours.

* Entr’Aide Ouvrière (EAO-CAD) , Croix-Rouge, Secours catholique, Emmaüs Touraine, la CIMADE, ainsi que les signataires de la plateforme « Un toit c’est un Droit » : Réseau Education sans Frontières, Chrétiens Migrants, SUD Santé-Sociaux, Ligue des Droits de l’Homme, NPA, La Barque, la CSF Sanitas-Charcot-Rotonde, « C’est au Tour(s) du Peuple », ATTAC Touraine.

 

Expédition parisienne…

Publié le 19 fév 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

IMG_1163IMG_1201

 

Au lendemain du « souper » à Tours (ci-dessous), l’Entr’Aide Ouvrière avait affrété un car pour prendre sa part à la « Nuit de la Solidarité » à Paris. Quelques impressions d’une participante :

« Rendez-vous sur le parking d’une grande enseigne tourangelle pour 44 personnes bien motivées à arpenter le pavé parisien. Personnes hébergées au CHRS de la Chambrerie , au Cherpa et à la pension de famille de Dolbeau, accueillies à la maraude et à la Barque, bénévoles au PAS et au CAD, salariés et administrateurs…toutes les composantes de l’EAO étaient réunies, après Tours la veille…Paris ! pour participer à la « nuit solidaire pour le logement ».
La foule, place de la République, des témoignages, de la musique…la découverte en direct de tous les messages « à Charlie » encore présents autour et sur la statue…et puis une déclaration des 33 associations organisatrices :
«nous exigeons une politique de solidarité beaucoup plus ambitieuse, qui permet enfin de rendre effectif le droit au logement et à l’hébergement »,   un appel lu par la chanteuse Jeanne Cherhal.

Au même moment la foule déployait des couvertures de survie dorées, rappelant qu’elles sont souvent le seul rempart contre le froid. Le voyage en car fut un peu long mais très animé à l’aller, un peu moins au retour, la fatigue se faisant sentir, mais une grande satisfaction pour les participants d’avoir contribué à cet événement… »

« Un logement pour tous, toute l’année ! »

Publié le 12 fév 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

IMGP4725IMGP4706IMGP4701IMGP4697IMGP4720IMGP4691IMGP4686

L’Entr’Aide Ouvrière ne se résout pas à la situation actuelle de l’hébergement d’urgence. Malgré le doublement du nombre de places depuis deux ans, il faut remettre des gens à la rue le matin, et laisser des familles à la rue après le 31 mars. C’est que les places dites d' »urgence », destinées à de la « mise à l’abri », sont en fait occupées durant des mois, voire des années, par des personnes qui devraient obtenir un logement. Après la conférence de presse du 8 janvier, après la manifestation nationale du 15 janvier à Paris d’un collectif de 34 associations autour de la FNARS « pour l’accès au logement des sans-abri », l’EAO a pris l’initiative d’un « souper solidaire » le 11 février place de la gare à Tours (à la veille d’un déplacement à Paris pour une nouvelle manifestation).

Beaucoup de partenaires ont rejoint l’EAO ce mercredi soir autour de son « Point accueil solidarité », qui maraude les lundis, mercredis et vendredis en alternance avec la Croix-Rouge. Et pour une première ce fut un vrai succès, chaleureux, réconfortant, et on l’espère mobilisateur. Aux accents de « la Vaginale », la généreuse et joviale fanfare de la fac de Médecine, plus de trois cents personnes sont venues partager ce moment de revendication dans la convivialité : des sans-abri, des personnes accueillies dans nos associations, des militants et des salariés de ces associations, et aussi des passants interpellés par cette manifestation aussi joyeuse qu’inattendue. Plus de deux cents assiettes du couscous préparé par le CHERPA (foyer de l’EAO rue du général-Renault) ont été offertes, et la pétition a recueilli 233 signatures.

Un couscous ne fait pas le printemps ! Mais la pétition donne son sens à cette soirée. Avec les associations partenaires * et leurs milliers d’adhérents, les signataires « n’acceptent plus » qu’on laisse des gens à la rue, et réclament « un logement pour tous, toute l’année !« . Pour y parvenir dès le printemps prochain, ils demandent au préfet d’Indre-et-Loire de réunir toutes les parties concernées, afin de mettre sur pied des solutions innovantes. Signée dès avant ce « souper solidaire » par des centaines de personnes, cette pétition continue de circuler jusqu’à la fin du mois de février.

Pour se la procurer : infos@entraideouvriere.org 

La retourner au plus tard le 1er mars à Entr’Aide Ouvrière, 46 avenue Gustave-Eiffel, 37100 Tours.

* Entr’Aide Ouvrière (EAO-CAD) , Croix-Rouge, Secours catholique, Emmaüs Touraine, la CIMADE, ainsi que les signataires de la plateforme « Un toit c’est un Droit » : Réseau Education sans Frontières, Chrétiens Migrants, SUD Santé-Sociaux, Ligue des Droits de l’Homme, NPA, La Barque, la CSF Sanitas-Charcot-Rotonde, « C’est au Tour(s) du Peuple », ATTAC Touraine.

 

 

 

La belle mission des bénévoles à l’EAO-CAD

Publié le 12 fév 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

IMGP4683

Comme chaque année maintenant, la commission Bénévolat de l’EAO-CAD avait convié les bénévoles à une rencontre le 9 févier au foyer Albert-Camus, à Tours-nord. Une bonne vingtaine d’entre eux, dont beaucoup de nouveaux, avaient pu faire le déplacement. La présidente de l’EAO, Marie-Paul Legras-Froment, leur a présenté un survol des activités de l’association, en mettant l’accent sur la nouveauté qui les concerne : le Conseil général a confié à l’EAO, qui ne l’avait pas demandé, les actions contre l’illettrisme dans le troisième secteur du département (Sud et Est), jusqu’alors conduites par la Croix-Rouge. L’Entr’Aide Ouvrière est donc maintenant en charge de ces programmes sur l’ensemble du département. L’EAO doit donc se rapprocher de la Croix-Rouge et de ses bénévoles, pour savoir si ces derniers souhaitent poursuivre leurs activités sous l’égide de l’EAO. De son côté Monique Carriat, présidente du Comité d’Aide aux Détenus, a commenté l’arrivée à la « Petite maison » d’une salariée à temps partiel, et le projet de « rapprochement » entre EAO et CAD pour ne plus faire qu’une seule association. Ce qui ne changerait rien à la situation des bénévoles.

En présence de plusieurs autres administrateurs, du directeur général Eric Le Page, des directeurs de l’Hébergement  et du Pôle social et médical, la responsable du Centre de Formation, Samia Boumedjmadjene, a ensuite présenté l’éventail des actions actuelles et les perspectives de développement. Ce service Formation, implanté dans le quartier Febvotte, rejoindra en juillet prochain le siège de l’EAO, avenue Gustave-Eiffel à Tours-nord. Son ouverture sera au centre d’une fête prévue en septembre.

Les échanges se sont poursuivis autour de la galette des Rois, où chacun a pu faire part de ses impressions ou soucis éventuels. Ainsi le Dr Jacques Patillot, médecin généraliste à Tours-nord, mais aussi médecin du Travail et expert judiciaire, qui a rejoint depuis deux mois seulement le cabinet médical de l’Entr’Aide Ouvrière, où il compte intervenir une demi-journée par semaine. C’est à la « journée des associations » où il accompagnait son épouse, bénévole contre l’illettrisme, qu’il a découvert les besoins de l’EAO dans le secteur médical. Pour avoir exercé, à l’opposé, dans les « beaux quartiers »une autre ville, il se dit impressionné par la dimension sociale et pour tout dire humaine, du travail que pilote le Dr Aude Commin-Humeau au cabinet médical de l’EAO. Dans un domaine très différent, Eliane, comptable retraitée, nous disait toute la satisfaction qu’elle retire de ses interventions contre l’illettrisme depuis trois ans, dans le quartier de la Rabière à Joué-lès-Tours…

Si vous souhaitez donner un peu de votre temps au service des personnes accueillies par l’EAO ou le CAD, merci de laisser vos coordonnées à : infos@entraideouvriere.org

Conseil de Vie sociale : le renouveau

Publié le 18 jan 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités
Valérie Lelong

La réunion du 27 novembre du Conseil de Vie sociale de l’Entr’Aide Ouvrière a vu l’élection de Valérie Lelong (Camus) comme présidente, et d’Evanie Djimi (Dolbeau) comme secrétaire. Tous les participants ont remarqué la motivation des délégués des personnes accueillies comme des travailleurs sociaux, ainsi que le nombre et la qualité des projets évoqués. Dans chaque structure de l’EAO un travailleur social est désigné pour aider les personnes accueillies à s’exprimer et à développer des animations. Et on constate un début d’animation commune à plusieurs structures. Le CVS a aussi l’intention d’organiser une fête, et souhaite que chaque mois un temps d’accueil soit consacré aux nouveaux entrants. Lors de cette réunion considérée comme un renouveau du CVS, le conseil d’administration était représenté par Marie-Paul Legras-Froment, Francis Berthon et Georges Rondeau.
Quelques jours plus tard, les personnes accueillies au CHERPA, l’un des centres d’hébergement de l’EAO, ont élu trois délégués qui sont dorénavant à leur disposition pour recueillir avis et suggestions : Skender Mehmetaj, Julie Peret et Géraldine Freydier (de gauche à droite sur la photo). Pour se faire connaitre et créer une première animation, ces nouveaux élus ont d’ailleurs organisé un pot amical qui fut l’occasion d’un échange d’idées.
Les délégués de toutes les structures sont invités à préparer leurs remarques et propositions pour le 26 février, date de la prochaine réunion du Conseil de Vie sociale.

« Merde, v’la l’hiver et ses duretés… »

Publié le 12 jan 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Humeur

En décembre, six SDF sont morts de froid dans la rue, et un maire a condamné les bancs sur lesquels certains venaient se reposer pour survivre. On s’apitoie, on proteste, on se lamente ! Je vous livre quelques strophes de Jehan Rictus, véritable poète des gueux, écrites en 1894 et1895.

Merde ! V’là l’hiver et ses dur’tés
V’là le moment de n’pus s’mettre à poils :
V’là qu’ceuss’ qui tiennent la queue d’la poêle
Dans le Midi vont s’carapater !

V’là l’temps ousque jusqu’en Hanovre
Et d’Gibraltar au cap Gris-Nez,
Les Bourgeois, le soir, vont plaind’ les pauvres
Au coin du feu … après dîner !

Et v’là l’temps ousque dans la Presse,
Entre un ou deux lancements d’putains,
On va r’découvrir la détresse,
La purée et les purotains !

Un croqui de Steinlen, contemporain de Jehan Rictus

(Extrait de « L’hiver » dans Les Soliloques du Pauvre.)

En relisant ces vers, on peut se demander si les temps ont bien changé, on compatit, on crie au malheur, on se désole mais on meurt toujours sur nos trottoirs.
Le 1er janvier à Tours, en haut de la rue Nationale, dans un passage entre deux commerces, j’ai rencontré un couple de jeunes couchés sur le pavé. Bien qu’étroitement enlacés, ils avaient froid ; la jeune fille toute souriante, malgré « l’hiver et ses duretés » m’a dit en parlant de son compagnon que c’était une bonne bouillotte. Bien entendu ils avaient appelé le 115, en vain, pas de place. Ils iraient dans la soirée voir la maraude, assurée par la Croix-Rouge ce soir-là, pour obtenir une couverture supplémentaire et sans doute boire une boisson chaude avec les trois sous ramassés dans leur chapeau ; où ont-ils couché ce soir- là ?
L’image de ce beau couple me hante, et les vers de Jehan Rictus résonnent tristement dans ma tête.
Pourtant, moi qui fus élevé il y a plusieurs décennies dans un village tourangeau où vivait un clochard (le père Blaise), un ex bagnard (Petit Louis) et quelques autres marginaux, je n’ai pas souvenir de gens contraints de coucher dehors en plein hiver. Il y avait toujours une place dans une maison, voire dans une grange à l’abri du froid. Pour la nourriture on rajoutait une assiette et on partageait une soupe, un peu de pain et de fromage.
Nous savons tous qu’un bon nombre d’entre nous ne fait pas que « plaindre les pauvres, le soir au coin du feu », mais on vit vraiment une drôle d’époque.
Pierre Trinson

Le 115, comment ça marche ?

Publié le 12 jan 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

A titre indicatif, voici le décompte des appels reçus au 115 le 27 novembre dernier, un jour « comme les autres » :
• 124 appels
• 88 appels pour demande d’hébergement
• 3 demandes satisfaites
• 85 refus (manque de places)
• 30 enfants à la rue cette nuit-là (dont 7 de moins de 3 ans)
Ainsi étalés sèchement, les chiffres ont quelque chose de glaçant, ils vous prennent aux tripes, vous laissent groggy et vous interrogent sur la société dans laquelle nous vivons. J’ai passé une soirée au côté des personnes qui ont la charge de répondre aux appels pour en comprendre le fonctionnement.

Le 115 est géré par l’Entr’Aide Ouvrière sous l’autorité de Thierry Gheeraert, directeur du Pôle social et médical, et de Floriane Sarrade-Loucheur, chef de service. Cinq travailleurs sociaux se relaient, par équipes de deux, sept jours sur sept de 15 heures à 22 heures, pour répondre aux appels téléphoniques d’hommes ou de femmes en recherche d’un hébergement d’urgence pour la nuit, ou en difficulté (maladie, froid, faim…). Leur premier travail est de faire le point sur le nombre de places disponibles dans toutes les structures de l’agglomération qui disposent de places d’urgence : la Nuitée, le foyer Albert Thomas, le foyer Paul Bert, les CHRS CHERPA et Camus, certains hôtels… Les données qui doivent être communiquées par ces structures sont souvent absentes et il faut les obtenir par téléphone. Hélas, le nombre de places libres est toujours dérisoire. Il ne faut pas croire que les chiffres cités en préambule sont choisis, ils sont le reflet des situations quotidiennes du 115.
Les appels, au nombre d’environ 3 000 par mois, émanent soit directement des personnes à la rue, soit de travailleurs sociaux – entre autres ceux du PAS (point accueil solidarité) qui assure la maraude – soit de l’hôpital, soit de particuliers qui ont repéré une personne en difficulté.
La personne qui reçoit l’appel ne se contente pas d’aiguiller le demandeur, quand cela est possible, vers telle ou telle structure disposant de places pour la nuit, le 115 a aussi une mission d’observatoire. Il est demandé, sans obligation de réponse, un minimum de renseignements : nom, âge, situation, nationalité… afin de nourrir les statistiques souhaitées par les financeurs et les structures d’accueil. Ces statistiques traitées par un logiciel sont hélas difficilement exploitables, tant au plan régional que national, car tous les 115 ne retiennent pas les mêmes critères.
La plupart des demandeurs qui ont sollicité le 115 durant mon passage étaient connus des responsables, ils appellent souvent, parfois plusieurs fois dans la même soirée, au cas où une place se serait libérée. Il leur est conseillé de rappeler après 20 h 30, heure limite d’entrée dans les structures d’accueil. Un point est alors fait par téléphone avec les responsables, et si une place est inoccupée elle est immédiatement attribuée. Ce soir-là, seul un homme en provenance de Laval était inconnu du service, il n’a pas eu de place.

Questions-réponses
Voici les réponses des travailleurs sociaux à quelques questions :
• Toutes les personnes à la rue appellent-elles le 115 ? Non, les refus successifs lassent et certains préfèrent dormir dans leur coin habituel; la maraude connaît ces personnes et les lieux où elles dorment, elle les rencontre dans la nuit et leur apporte nourriture, couvertures, boissons chaudes et un peu de réconfort.
• Quand une place est attribuée, est-ce pour une nuit ou pour une longue durée ? Nous préférons attribuer les rares places pour quelques nuits (2 ou 3) renouvelables, cela permet de toucher un plus grand nombre de demandeurs.
• Existe-t-il des critères administratifs dans vos choix ? Non, tous les appels quels qu’ils soient sont recevables, toutefois il y a des priorités : femmes maltraitées, enfants. Nous donnons aussi priorité à celui qui a dormi longtemps dehors.
• Les couples sont-ils hébergés ensemble ? Nous sommes souvent obligés de les séparer, certains foyers ne recevant que des hommes, d’autres que des femmes avec ou sans enfant.
• Après 22 heures il n’y a plus d’appel possible ? A cette heure nous basculons le téléphone vers le CHRS de « La Chambrerie » où le veilleur de nuit prend le relais.
• Quelles sont les personnes qui demandent un hébergement ? 60% des demandes émanent de personnes sans papiers ou déboutées du droit d’asile mais également des demandeurs d’asile en attente.
• Toutes les personnes qui n’ont pas obtenu d’hébergement dorment-elles vraiment dans la rue ? La plupart oui, mais certaines structures comme « Chrétiens migrants » ouvrent leurs locaux et mettent quelques personnes à l’abri.
• Votre travail doit être assez déprimant ? Oui, mais il y a des satisfactions importantes, ainsi nous avons trouvé récemment un hébergement durable à Amboise pour une famille qui errait depuis longtemps dans les rues de Tours, alors là c’est du bonheur.
• Est-ce que les appels sont cordiaux ? En général oui, mais notre collègue féminine se fait parfois insulter par certains hommes.
• Attribuer trois ou quatre places par soirée doit être très frustrant ? Oui, mais avec le plan hivernal, à ne pas confondre avec le plan grand froid, nous disposons d’environ 60 places supplémentaires, enfin un rayon de soleil !
• Avez-vous des appels de mineurs isolés ? De plus en plus de mineurs étrangers nous sollicitent. Nous les dirigeons vers le commissariat qui les oriente vers les structures de l’Aide sociale à l’Enfance.

J’ai demandé ce soir-là que le haut-parleur des téléphones soit branché afin que je puisse suivre les conversations, entendre les voix et percevoir les réactions aux réponses négatives. Vous avez le « ok » philosophe de celui qui téléphonait sans illusion pour un groupe d’Africains, vous avez la détresse de cette femme qui avoue dormir sous un escalier, vous avez la désespérance de cette famille d’origine russe avec quatre enfants de 13, 11 , 6 et 3 ans qui a appelé en vain plusieurs fois dans la soirée…
Vers 19 heures, plus de 65 appels avaient été reçus, une place avait été attribuée, et encore il s’agissait d’une reconduction ! Triste soirée, mais chapeau bas pour l’équipe du 115 qui, malgré ce travail ingrat, arrive à garder et à entretenir l’espoir.

Pierre Trinson

S’unir pour « sortir de l’urgence »

Publié le 08 jan 2015 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La conférence de presse s'est tenue au Centre d'hébergement Albert-Camus

Ce jeudi 8 janvier à l’initiative de l’Entr’Aide Ouvrière, une conférence de presse était organisée à Tours avec la CIMADE, le Secours catholique, Réseau Education sans frontières, Chrétiens migrants et La Barque. La dramatique actualité nationale n’a pas facilité cette rencontre avec la presse locale, mobilisée par la journée de deuil. Néanmoins, les participants ont pu exposer la situation de l’hébergement d’urgence aux représentants de La Nouvelle République, France Bleu Touraine, La Tribune de Tours et Radio Fréquence Luynes.
La première, Marie-Paul Legras-Froment, présidente de l’EAO, a expliqué que l’augmentation des crédits pour l’hébergement d’urgence, si elle est incontestable, pose deux problèmes. Leur répartition au sein de la région Centre d’abord (en chiffres ronds 900.000 € pour le Loiret et 200.000 € pour l’Indre-et-Loire) : on ne sait trop comment sont chiffrés les besoins ! Mais surtout : ces crédits sont affectés à un hébergement qu’on peut craindre provisoire, durant la période hivernale, et sans aucun accompagnement social alors que les personnes concernées sont là pour longtemps. Thierry Gheeraert, directeur du Pôle social et médical de l’EAO, a fait le point chiffré : la veille, 384 personnes ont été placées en hébergement dit d’urgence, alors que l’Indre-et-Loire compte 294 places « pérennes ». La différence, ce sont 87 places relevant du « plan hivernal », et des chambres d’hôtel.
« On focalise sur l’urgence comme si les besoins étaient ponctuels » dira Eric Le Page, directeur de l’EAO. Donnant l’exemple d’une famille de six enfants hébergée à l’hôtel depuis trois ans, il souligne : « ces lits d’urgence ne sont pas suffisants, il faut des solutions de moyen terme ». José Peres-Diez, directeur de la FNARS-Centre, a insisté : « L’urgence, ce ne devrait être que la mise à l’abri. Ce n’est plus le cas. C’est comme si on avait ouvert des urgences hospitalières sans créer l’hôpital qui va derrière…Les équipes de travailleurs sociaux sont fatiguées, car lorsqu’on les réduit à des agents de triage, le sens de leur travail disparaît. »
Pour autant, il faut se garder de créer des antagonismes entre différentes catégories. Ce fut aussi le sens des propos de Georges Rondeau, président de la CIMADE, sur le sort par exemple de jeunes étrangers, et de Louis Barraud, porte-parole de Chrétiens-Migrants, une association qui « prend en charge, sans aucune subvention, 80 personnes qui n’ont aucun statut aux yeux de l’administration… ». Présidente du Secours catholique, Anne Fages tirait la leçon de ce constat : « Il faut revoir toute l’organisation des hébergements d’urgence ».
Pour y parvenir, les participants sont d’accord pour se concerter avec toutes les associations et organismes locaux qui travaillent sur l’hébergement et le logement, dans le but notamment de définir précisément les besoins ; et pour lancer un appel au préfet d’Indre-et-Loire et au président du Conseil général, afin d’organiser une « véritable » réunion de travail qui débouche sur des solutions concrètes dès les prochains mois pour « sortir de l’urgence » .
C’est aussi, au niveau national, l’objectif des « Assises pour l’accès au logement des sans-abri » que la FNARS organise le 15 janvier à Paris.

Après le Marché, la soirée de Noël

Publié le 20 déc 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités


Comme l’an dernier, l’Entr’Aide Ouvrière et le Comité d’Aide aux Détenus étaient présents sur le Marché de Noël de Tours samedi 20 décembre, devant la gare.
Toute la journée des personnes accueillies, des salariés, des bénévoles et notamment des administrateurs, sont allés à la rencontre des passants pour parler de l’EAO-CAD et de la lutte contre l’exclusion. Des résidents de Dolbeau vendaient leurs productions, gâteaux et confitures variées, et le public était invité à faire un don pour réaliser une salle d’éveil sensoriel pour les tout-petits hébergés à Camus
Si vous n’avez pas pu vous rendre sur le Marché de Noël, vous pouvez envoyer un don à l’Entr’Aide Ouvrière, 46 avenue Gustave-Eiffel, 37100 Tours, en indiquant « pour les enfants de Camus ». Merci par avance.
Après ce Marché de Noël, un nouveau rendez-vous était fixé mercredi 24 décembre à Tours : une veillée pour les personnes seules ou en grande précarité, entre 18 h et 23 h aux Celliers Saint-Julien, au pied de l’église du même nom. Un collectif d’associations, dont l’EAO-CAD, appelait toutes les bonnes volontés à préparer et apporter des plats, sucrés ou salés, qui ont été partagés en plein air ou dans les celliers par des dizaines de convives (photo NR).

Des formatrices à l’EAO expliquent leur travail

Publié le 08 déc 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Christine Herpailler, référente Visas, et Catherine Leclerc, référente Foad (Formation ouverte et à distance), sont formatrices auprès d’un public « Français Langue d’Intégration » (FLI) – communément appelé « Français Langue Etrangère » (FLE). Au Centre de formation de l’Entraide Ouvrière, elles travaillent en binôme et dispensent des Visas en Foad depuis 2013. Le site de la Région Centre leur a demandé d’expliquer leur travail :

https://libres-savoirs.regioncentre.fr/uPortal/espace/informations/article/3856

Le blog consacré à ces activités est également en lien sur le site de la Région :

http://communiquerenfle.blogspot.fr/

A Chinon, l’épicerie solidaire fait son marché

Publié le 08 déc 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

L’Embarcadère, l’épicerie solidaire de l’EAO à Chinon, n’a pas toujours suffisamment de fruits et légumes frais. L’équipe a eu l’idée d’installer un stand sur le marché du jeudi place Jeanne d’Arc, où se relaient bénévoles et parfois des bénéficiaires eux-mêmes. Sur un panneau est affichée la liste des produits manquants, les clients du marché étant invités à acheter plus loin ces denrées et à les déposer ici. L’Embarcadère les vendra environ 20% de leur valeur, comme tous les produits qu’elle propose en rayon. Car rien n’est gratuit dans cette épicerie pas tout à fait comme les autres, c’est un principe de base. Les personnes admises à s’y fournir bénéficient en outre de conseils de nutrition, et de bon nombre d’autres services ou activités.
L’Embarcadère n’a pas besoin de grandes quantités, mais sur l’année la générosité des Chinonais pourrait lui faire économiser de deux à trois mille euros, sachant que la Ville lui fait grâce du droit de place. Bien sûr, ce stand est aussi un moyen de faire connaitre l’épicerie du 12, quai Pasteur, et de sensibiliser le public à la solidarité.

Que la lumière soit !

Publié le 08 déc 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Humeur

L’énergie coûte cher. La précarité énergétique, concept nouveau, a émergé lentement en France sans doute parce que les charges ont plus augmenté que les prestations sociales et les salaires. La pauvreté n’est pas seulement affaire d’alimentation ! Il y a ceux qui ne peuvent pas payer leurs factures, ceux qui ont des factures trop élevées et les personnes qui se privent et ne se chauffent pas.
La multiplication des sources d’énergie verte ne va pas simplifier le problème, le coût de cette énergie sera plus élevé que le prix de vente de l’électricité d’origine nucléaire. Malgré tout, le bon sens nous invite à développer ces énergies vertes non polluantes. Ainsi, à Larçay, un projet est en route pour implanter une ferme photovoltaïque sur un terrain de 20 hectares situé sur l’ancien champ de manœuvres de l’armée. Cette ferme couvrirait la consommation électrique de 12.000 personnes. Le terrain est une lande inculte et incultivable. Hélas, certains ont découvert sur cette zone dite « humide et naturelle » des bébêtes protégées : un papillon, l’azuré des mouillères (cousin de l’azuré du serpolet déjà célèbre), un triton crêté, une grenouille agile et quelques autres espèces protégées. Aussitôt, branle-bas de combat, on crie au scandale et on s’oppose à la construction de cette ferme qui entraînerait la destruction d’un écosystème remarquable.
Renseignements pris, la zone dite naturelle est un endroit où des déblais provenant de la construction de l’autoroute et de la ligne du TGV ont été entassés sur plusieurs mètres de hauteur, et où la ville de Tours a épandu des boues dont elle ne savait que faire. Enfin, la construction qui était initialement prévue sur 30 hectares a été réduite à 20 afin que les petites bestioles puissent s’ébattre et se reproduire à leur aise.
Une fois de plus on marche sur la tête ! Avant de lâcher l’azuré des mouillères dans la nature il vaut mieux regarder où l’on met les pieds.

Pierre Trinson

L’adjointe au maire en visite au CHERPA

Publié le 23 oct 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Mme Schalk-Petitot est entre Marie-Paul Legras-Froment et Eric Le Page

Le 17 octobre le CHERPA (Centre d’hébergement et de réinsertion pour l’autonomie) a reçu la visite d’Alexandra Schalk-Petitot, adjointe au nouveau maire de Tours chargée de l’action sociale et du logement, également responsable de la solidarité et des centres sociaux. Elle était accueillie par la présidente de l’EAO, Marie-Paul Legras-Froment, et le directeur général Éric Lepage, accompagnés de Pierre Trinson, administrateur. La visite fut conduite par Anthony Arlot, responsable du site.

Bien que l’élue connaisse l’EAO (elle a assisté à la dernière assemblée générale), il s’agissait d’une visite sans but particulier, une prise de contact à caractère informatif.  Rappelons au passage que les locaux du CHERPA, rue du Général-Renault,  sont la propriété de la Ville de Tours qui les loue à l’Entr’Aide Ouvrière.

Dans un premier temps, Anthony Arlot a livré un certain nombre de données  propres au foyer. Le CHERPA est un CHRS (Centre d’hébergement et de réinsertion sociale) qui dispose de 29 places – 15 en stabilisation et 14 en insertion – et de 12 places pour les urgences. Il ne reçoit que des hommes ou femmes seuls et des couples, sans enfant. L’encadrement des personnes hébergées est assuré par un personnel qui représente 13 ETP (équivalents temps plein) dont 8 ETP pour les travailleurs sociaux. Anthony Arlot a aussi donné un aperçu des grandes tendances de ces derniers temps : environ 100 personnes en attente d’un hébergement, présence de femmes de plus en plus jeunes (moins de 25 ans), moins de rotation des places, présence de 3 personnes sans papiers, durée moyenne des hébergements environ 12 mois et, grâce à l’efficacité des travailleurs sociaux, un taux de sortie du CHRS vers un logement de 40 à 45%.

Le responsable du site a ensuite conduit les visiteurs à travers les locaux ; après les bureaux il nous ouvre le BISOU (bureau d’information et de sensibilisation sur les outils utiles) lieu un peu secret où, entre autre,  est élaboré le journal  Le canard du CHERPA, puis c’est le bar, bien occupé à cette heure car il  fait aussi office de salle de télévision. Plus loin c’est le restaurant, où dinent alors une vingtaine de personnes, en grande partie des jeunes issus de l’ASE (Aide sociale à l’enfance) avec laquelle le CHERPA a passé une convention pour 27 bénéficiaires. Le restaurant sert entre 50 et 70 repas par service, préparés par des travailleurs en insertion qui viennent du centre IAE (Insertion par l’activité économique) de Chambray. Outre la préparation des repas, la propreté des locaux et la tenue du bar sont assurées par des travailleurs en insertion. Nous montons ensuite dans les étages pour voir une chambre qui est inoccupée : lit double, table, télévision, placard, salle d’eau, c’est simple mais un peu monacal.

La visite terminée, l’adjointe au maire a demandé des précisions sur le fonctionnement du foyer, et s’est informée plus généralement de la marche de l’EAO, des budgets, des besoins, des difficultés et de l’avenir. Puis nous échangeons quelques instants à propos du CAD (Comité d’aide aux détenus), de son rôle, de sa mission et surtout de l’importance de la « Petite maison » . Située face à la Maison d’arrêt,  elle accueille les familles de détenus les jours de parloir et permet de maintenir le lien familial, contribuant ainsi à lutter contre la récidive. Alexandra Schalk-Petitot promet de venir y boire un café dès que possible.

Pierre Trinson

On marche sur la tête !

Publié le 20 oct 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Humeur

Nous venons de connaître une série de manifestations de nantis : pilotes, notaires, huissiers, pharmaciens, céréaliers… qui en veulent toujours plus, ou au moins ne rien donner, ne rien perdre. A quand une énorme manifestation de ceux qui n’ont rien : les sans-abri, les sans travail, les sans ressources, les sans protection sociale, les sans famille, les sans culotte, les sans espoir ?

Chaque soir à Tours environ 80 personnes ne peuvent être hébergées et autant viennent au PAS (point accueil solidarité) pour manger un morceau qui sera parfois le seul repas de la journée.

Dans le même temps on apprend qu’à Orléans vient de s’ouvrir un hôtel pour chiens, 700 m² sur un terrain arboré de 3000 m² avec chambres et suites (TV, webcam), salon de toilettage, espace éducation, spa… et cerise sur le gâteau, un café canin animé d’ateliers (La Nouvelle République du 18 octobre page 53).

Je n’ai rien contre les toutous à sa mémère, mais avouez que nous vivons une drôle d’époque.

Pierre Trinson

D’autres images de la fête du 20 septembre

Publié le 28 sept 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

De 300 à 400 personnes – résidents, salariés en insertion, bénévoles, salariés de l’EAO, invités, personnalités – sont passées ce samedi-là sur le site du SIPAE (Service d’insertion par l’activité économique) à Chambray-lès-Tours. C’était une première et tout n’y était pas parfait. Mais l’ambiance fut vraiment festive, familiale et conviviale, de sorte que l’objectif est atteint et qu’il y aura probablement d’autres éditions…

La première fête « à portes ouvertes » de l’EAO-CAD : réussie !

Publié le 22 sept 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

C’était samedi dernier sur le site des chantiers et ateliers d’insertion, à Chambray-lès-Tours, et cette première fête « à portes ouvertes » fut épargnée par les orages, et seulement écourtée par la pluie en fin de soirée. Des centaines de personnes sont venues sur ce site, la plupart pour la première fois. Et à l’image de l’EAO-CAD, toutes les catégories étaient vraiment représentées parmi ces visiteurs : des personnes hébergées, des salariés en insertion, des salariés de l’association, des adhérents, des bénévoles en grand nombre, des représentants des associations partenaires…le tout dans une ambiance conviviale et familiale, avec des ribambelles d’enfants courant en tous sens et s’adonnant aux différents jeux. Forcément, des rencontres et des contacts se sont noués entre les uns et les autres qui ne se connaissaient pas forcément, et on souhaite qu’il y ait des suites. Un grand merci à tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette fête.
Les animations musicales avec les groupes Midjo et Plume en Si, ou ludiques et théâtrales (avec la compagnie Les Nuits Blanches de Pierre Trinson, ont été ponctuées par les visites de personnalités, au premier rang desquelles Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé. Elle avait cette fois une raison supplémentaire de visiter l’EAO : rencontrer et féliciter le médecin de notre cabinet médical, Aude Commin-Humeau, distinguée par le prix de l’investissement humanitaire au concours du « généraliste d’or » de la revue Le Généraliste.
Présidente de l’Entr’Aide Ouvrière, Marie-Paul Legras-Froment a rappelé les activités de l’association auprès des plus démunis, et chaleureusement félicité Aude, en soulignant la fragilité financière de notre cabinet médical. La ministre a assuré que l’Agence régionale de Santé serait à nos côtés pour la recherche d’une solution durable : « En période de difficultés économiques et financières, on peut être tenté de trouver des marges de manœuvre dans ce domaine, mais c’est au contraire dans ces moments -là qu’il faut renforcer la solidarité… » a-t-elle déclaré. Très émue, Aude Commin-Humeau a dit tout le bonheur qu’elle éprouve à œuvrer, sans distinction aucune, pour ceux qui ont le moins, et remercié tous ceux qui l’ont dirigée et soutenue dans cette voie.
Cet hommage s’est déroulé en présence notamment de Frédéric Thomas, président du Conseil général, Jean-Patrick Gille, député, Jean-Michel Bodin, vice-président du Conseil régional, Christian Gatard, maire de Chambray-lès-Tours, Jean-Gérard Paumier, maire de Saint-Avertin, Christophe Bouchet, adjoint au maire de Tours, Valérie Jabot, maire adjoint de Saint-Cyr, Marie-Noëlle Gerain-Breuzard, directrice générale du CHRU.
Remerciements
L’EAO et le CAD tiennent à remercier pour leur aide matérielle les municipalités de Chambray-lès-Tours et Saint-Avertin, l’association Arc-en-Ciel, la Chambre d’Agriculture, La Nouvelle République, Radio Béton, la librairie La Boîte à Livres, Orange, « Les Bouchers » (Tours nord, Chambray, La Ville-aux-Dames), l’hôtel-restaurant « Le Faisan » et la boulangerie-pâtisserie Drouault à Saint-Avertin, France Boissons à La Riche, « Il Ristorante » aux Deux-Lions, et la société Avertin Sécurité Incendie.

La borne à la Petite maison : le bout du tunnel

Publié le 22 sept 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Pour ceux qui n’auraient pas lu nos derniers numéros : la borne est un appareillage électronique installé à proximité des prisons et maisons d’arrêt, qui permet aux familles de détenus ou de prévenus de programmer, à l’aide d’une carte magnétique délivrée par l’autorité pénitentiaire, un certain nombre de visites (parloirs) sans passer par les gardiens. Pour tous ceux qui l’ont utilisée, cette installation représente un gain de temps et un plus grand confort pour les familles, les détenus, l’administration.
Comme il n’est pas possible d’installer cet appareil sur les lieux de détention, pour des raisons réglementaires, il est question, depuis des années, de le mettre en place dans la cour de la « Petite maison », située face à la Maison d’arrêt rue Henri-Martin à Tours. Au Comité d’Aide aux Détenus, tout le monde n’était pas d’accord. Après de nombreuses discussions, le bureau a donné un avis favorable. Il ne restait plus qu’à faire valider cette décision par le conseil d’administration : c’est fait depuis le 16 septembre. Bien entendu, cela a donné lieu à un nouveau débat fort intéressant.
Il sera donc passé une convention avec l’administration pénitentiaire, qui définira l’emplacement de la borne, les modalités d’installation et de maintenance, et le montant de l’indemnité pour la consommation électrique. Autre problème à régler : comment faire qu and la Petite maison est fermée ? Il faut qu’il reste possible de programmer par téléphone les visites au parloir.
Affaire à suivre, mais elle est cette fois bien engagée.

Pierre Trinson

Thierry Gheeraert dirige le Pôle social et médical

Publié le 04 sept 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La création du SIAO (Service intégré d’accueil et d’orientation) a accéléré à l’Entr’Aide Ouvrière une réorganisation du CASOUS , créé en 1991 et implanté aux halles dans l’immeuble de la place Jean-Meunier. Avec le SIAO, il constitue désormais le « Pôle social et médical » de l’Entr’Aide Ouvrière. Hélène Isingrini avait piloté le lancement du SIAO. Son départ, en juin dernier, a été l’occasion de placer l’ensemble de ce pôle sous une seule direction, confiée à Thierry Gheeraert, qui a pris ses fonctions début août. Il est secondé par Floriane Sarrade-Loucheur, elle aussi nouvelle en poste.
Thierry Gheeraert , 50 ans, marié, trois enfants et quatre petits-enfants, vient de Dunkerque, où il est né. Il arrive après un parcours qu’il qualifie d’atypique. Adolescent, il s’adonne à la musique, touche un peu à tout et surtout à la basse. Ce sera sa passerelle vers le social. Le projet présenté par son groupe, dans le cadre du développement social des quartiers, est en effet retenu à l’opération lancée par Jack Lang pour créer cinquante lieux de répétition. Thierry Gheeraert se retrouve président de l’association qui le porte, et qui va s’ouvrir aux centres de loisirs pour favoriser les « musiques actuelles ». L’univers du social lui tendait la perche.
Il se forme au fil des ans – BAFA, BAFD, BEATEP – et exerce dans le domaine de l’éducation populaire. Puis le hasard l’amène au social après un nouveau parcours de formation (diplômes de moniteur éducateur puis d’éducateur spécialisé). Il travaillera auprès des jeunes délinquants, à la création d’une maraude et à l’ ouverture d’un centre d’hébergement pour hommes seuls, et aussi en maison d’arrêt, un domaine qui l’intéresse beaucoup. En 2008 Thierry Gheeraert devient chef de service puis directeur adjoint de l’Association d’Action Educative, toujours à Dunkerque, directeur d’un pôle d’une soixantaine de salariés.
Un soupçon d’escroquerie (non encore jugé) qui aurait été commis par l’un de ses salariés, entraîne un long conflit social qui va l’amener à prendre le large. «J’ai été séduit par l’image de dynamisme et de militantisme de l’EAO, et je constate que la réalité est conforme à l’image. Une association comme celle-ci, dont le bureau se réunit chaque semaine, c’est incroyable ! Et une bonne gouvernance associative, pour moi c’est essentiel, ça doit permettre en particulier de lutter contre le cloisonnement des services… »
Thierry Gheeraert était à Dunkerque vice-président de l’un des sept SIAO du département, une expérience qui lui permet de piloter d’emblée celui d’Indre-et-Loire.
Nous lui souhaitons, ainsi qu’à Floriane Sarrade-Loucheur, la bienvenue et une pleine réussite dans cette ville et à l’EAO.

Floriane Sarrade-Loucheur, le retour…

Publié le 04 sept 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Son large sourire et son œil pétillant dégagent une énergie que Floriane Sarrade-Loucheur aurait beaucoup de mal à dissimuler. Et une sympathie qui a sans doute compté beaucoup dans son retour à l’ EAO. Car elle a effectué au CASOUS un stage de trois mois au printemps 2013, prolongé par des interventions à temps partiel sur la réorganisation du Service d’accueil et d’orientation. C’était dans le cadre de la préparation, à l’Institut du Travail social, d’un Certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement de responsables d’unités d’interventions sociales.
Agée de 35 ans, originaire de la région parisienne, psychologue clinicienne de formation, elle a travaillé sept ans à Châteauroux notamment à la création d’un réseau d’accès aux soins pour les personnes en grande précarité. Un stage à « l’ Eveil», à Tours, lui a permis d’approcher par ailleurs les problèmes des handicapés.
Floriane a souhaité installer son couple et ses deux enfants à Tours et revenir à l’EAO quand le départ de Véronique Livera, pour le foyer de la Chambrerie, a ouvert un recrutement au CASOUS.

Le docteur Aude Commin-Humeau obtient le prix du médecin humanitaire

Publié le 04 juil 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Aude Commin-Humeau en consultation au cabinet médical du CASOUS

Au titre du CASOUS, l’EAO avait déposé un dossier de candidature au concours du « Généraliste d’or » organisé par la revue médicale « Le Généraliste« . Dossier accepté fin avril. Et hier, 3 juillet, avait lieu la cérémonie de remise des prix. Six catégories de médecins allaient être récompensées:
– organisation des soins,
– prévention,
– formation-recherche,
– première installation,
– premier à avoir choisi médecine générale à l’internat
– prix de l’investissement humanitaire.
Et c’est Aude Commin-Humeau, « pilier » très dévoué du cabinet médical de l’Entr’Aide Ouvrière, qui a été choisie comme lauréate de la catégorie « médecin humanitaire ». Sa réaction ? « Joie, fierté, émotion! Une grande reconnaissance de notre travail et de cette consultation si particulière par la profession médicale. Un grand merci à toute l’équipe parce que, comme je le précisais hier à l’auditoire, c’est aussi une équipe qui est récompensée! »
Et dès aujourd’hui elle a reçu les félicitations de la présidente de l’EAO, Marie-Paul Legras-Froment, au nom de toute l’association :
« Lors d’un prochain conseil d’administration, où nous avons prévu de mettre à l’ordre du jour  » le secteur médical à l’EAO  » nous pourrons réaliser une  » Ola » d’honneur pour vous-même et toute l’équipe du pôle médical ! Une distinction très méritée ! Merci pour votre engagement au service des plus démunis, et au plaisir de continuer à travailler avec vous. »

Hélène Isingrini vers d’autres horizons

Publié le 16 juin 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Hélène, au centre, pendant l'intervention de la présidente Marie-Paul Legras-Froment

Elle avait eu un premier contact avec l’Entr’Aide Ouvrière en 1995 : « J’étais sûre de mon intérêt envers le public pour lequel travaillait l’association » se rappelle Hélène Isingrini. Deux ans plus tard, diplôme d’assistante sociale en poche, elle est recrutée par Madeleine Perret et entre à l’EAO. Elle ira en plusieurs allers-retours du CHRS de la Chambrerie au CHERPA, puis au CASOUS place Gaston Pailhou. Et en fin d’année dernière, Hélène Isingrini se voyait confier une délicate mission : la direction de la Commission unique d’Orientation issue de la fusion entre SIAO et COLAC. Très lourde tâche menée à bien en ce début 2014, et que tout le monde souhaitait voir se prolonger. Mais Hélène avait besoin de se ménager, et a saisi l’opportunité de retrouver une tâche « moins administrative, plus proche du terrain », dans un ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail) proche de Tours.
Lors de son « pot » de départ le 12 juin, fleurs et cadeaux ont concrétisé la sympathie unanime de ses collègues, et de plusieurs stagiaires qui avaient tenu à revenir la saluer. Mais c’est sa compétence reconnue qui fut soulignée successivement par la présidente Marie-Paul Legras-Froment et le directeur général Eric Le Page. La première a dit combien Hélène incarnait l’intérêt du travail en commun entre salariés et bénévoles. Le second a en outre mis l’accent sur son rôle en faveur de l’expression des salariés. Sur un registre plus affectif, Hélène a reçu les remerciements de Francis, ancien hébergé aujourd’hui administrateur, qui lui doit beaucoup ; de Guillaume, du CASOUS, pour « le plaisir et la joie » qu’elle insuffle dans le travail, de ses secrétaires, très émues. Et puis de Pascal Dabouis, directeur de l’hébergement, qui a côtoyé Hélène depuis son arrivée et espère la voir revenir un jour.
Hélène Isingrini a adressé « un grand merci à tous », en assurant : « J’ai aimé tous les postes que j’ai occupés, malgré les difficultés. J’y ai vécu et partagé des choses fortes, j’ai apprécié chaque instant et toute l’évolution de ma carrière, et je pars sans aucun ressentiment… »
Au 1er août 2014, Hélène Isingrini sera remplacée par Thierry Gheeraert, qui vient de Dunkerque où il avait déjà la responsabilité d’un SIAO (devenu Commission unique d’Orientation). Au 1er juillet Véronique Livera a pris la responsabilité du CHRS de la Chambrerie, et pour la remplacer comme chef de service du CASOUS est arrivée Floriane Sarrade-Loucheur.

Dans les coulisses de l’assemblée générale

Publié le 16 juin 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Salariés de l’EAO et salariés en insertion, ainsi que quelques hébergés, ont produit un gros travail avant et pendant l’assemblée générale du 24 mai, et ont donc pris une part importante à son bon déroulement. En cuisine aussi, pour la préparation et le service du buffet sous la houlette de Kamel . Tous ont reçu les félicitations du conseil d’administration. Celui-ci a par ailleurs salué et souhaité bonne retraite aux salariés qui ont quitté l’EAO au cours de l’exercice.

Assemblée générale : orientations et…encouragements

Publié le 07 juin 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Poursuivre la consolidation de l’association autour de projets qui préparent son futur est le premier objectif adopté pour 2014-2015 par l’assemblée générale du 24 mai. Ce qui passe par la mise en œuvre des mesures les plus urgentes du Plan stratégique : stabiliser notre situation financière, trouver des ressources privées pour avoir une marge d’autonomie en vue d’améliorer le service aux personnes accueillies, mobiliser encore davantage adhérents et bénévoles pour une vie associative plus active, et consolider la gestion des ressources humaines.
Cet objectif suppose aussi la réalisation cette année, par les professionnels salariés, du projet d’établissement qui doit fixer les objectifs des services. Et la mise en œuvre des mesures préconisées par le plan d’action contre les risques psycho-sociaux.
La deuxième orientation de l’EAO consiste à mobiliser dans ses rangs et autour d’elle pour que les exclus ne soient pas les victimes des restrictions budgétaires. Les budgets régionaux pour l’accueil et l’hébergement sont en diminution, et la fermeture de places d’accueil d’urgence pour les demandeurs d’asile est annoncée. L’association militera pour une juste répartition des crédits, pour un financement pérenne de son cabinet médical dont l’intérêt est reconnu et dont l’apport est essentiel, de l’épicerie solidaire de Chinon et du CAD. L‘EAO militera enfin pour que d’autres associations se mobilisent avec elle sur des initiatives à définir, afin de constituer un groupe de pression, un « lobbying des exclus » en quelque sorte.

Comité d’Aide aux Détenus
La mission de service du CAD consiste à assurer à la Petite maison l’accueil convivial et anonyme, l’écoute et l’information des familles des personnes incarcérées. En 2013 cet outil indispensable au maintien du lien familial a reçu 6.886 adultes et 1.631 enfants ; une activité à peu près stable, ponctuée d’événements comme la fête de Noël, l’atelier esthétique et photographique, la réalisation d’une fresque, la fête des pères, les animations par le Livre Passerelle, etc. En direction de l’opinion, le CAD s’est manifesté auprès de collégiens et d’étudiants, a reçu des stagiaires, participé à la Journée nationale Prison (action de rue et conférence sur la santé) et à une soirée-débat.
Le Service pénitentiaire d’Insertion et de Probation s’est engagé à verser une subvention pour le fonctionnement du CAD. Mais cela ne saurait compenser la suppression, par la Caisse d’Allocations familiales, de sa principale subvention. Pour l’instant, l’indispensable coordinatrice sociale a quitté l’association et son remplacement ne peut être assuré, ce qui compromet gravement la poursuite des activités. Au chapitre des orientations, sa présidente a donc affirmé qu’en l’état actuel des choses le CAD ne pourra œuvrer cette année qu’a minima dans les missions évoquées ci-dessus, tout en cherchant à fortifier ses convictions militantes : dynamisation du partenariat local, poursuite de la sensibilisation de l’opinion, amélioration de la mission de prévention auprès des jeunes.

Des élus à l’écoute
Pour cause d’obligation de réserve en période électorale, le préfet n’était cette année ni présent ni représenté. L’assemblée recevait en revanche des représentants d’associations et d’organismes partenaires, ainsi que des élus notamment des villes de Saint-Avertin, Fondettes et Tours. Jean-Patrick Gille, député (PS) a rappelé l’action du gouvernement contre la pauvreté : «Plan quinquennal, maintien des dispositifs de revalorisation des minima sociaux, reprise du financement des épiceries solidaires malmené par l’Europe… ». Il est de ceux qui, avec la FNARS, ont interpellé le Premier ministre sur la précarité des jeunes. Et si la Maison d’arrêt de Tours souffre d’une moindre surpopulation que d’autres, il a souligné le fait qu’on est loin ici comme ailleurs de respecter la loi qui impose des cellules individuelles. Enfin, le député voit dans les difficultés financières du CAD « l’occasion de monter un dispositif de service civique ou d’emploi d’avenir » auquel l’EAO n’a pas eu recours.
Représentant la toute nouvelle municipalité de Tours, Alexandra Schalck-Petitot, adjointe au logement, à l’action sociale, à la solidarité et aux centres sociaux, s’est dite « particulièrement touchée par les implications de l’EAO. Je prendrai le temps de venir dans vos structures pour mieux les appréhender, car nous sommes appelés à travailler ensemble… »
Puis le président du Conseil général Frédéric Thomas, fidèle à ce rendez-vous de l’EAO, s’est réjoui des évolutions de l’association « qui a su se réformer » et a rendu hommage à André Ledoux. Mais le patron du Département n’a pas caché les difficultés : « Des populations s’ancrent dans la précarité et y restent longtemps, elles représentent maintenant la moitié des bénéficiaires du RSA, et chaque mois soixante-dix dossiers supplémentaires sont présentés au Fonds de solidarité logement. L’EAO, association historique, est un partenaire essentiel du Conseil général en matière d’hébergement, de logement, de protection de l’enfance et d’insertion professionnelle pour laquelle nous menons une politique offensive de retour à l’emploi. Mais le contexte nous conduit à nous interroger sur nos pratiques. Tout comme nous interrogent les évolutions institutionnelles : il nous faut participer à la réforme annoncée des collectivités territoriales, mais nous sommes attachés à la pertinence de nos politiques publiques et nous les défendrons avec conviction… »

2013 : une situation consolidée

Publié le 07 juin 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Eric Le Page

Le directeur général, Eric Le Page, a commenté le rapport d’activité adopté à l’unanimité lors de cette assemblée générale, y compris le rapport de gestion. En voici un résumé.
Salariés : leur nombre a diminué d’une dizaine de personnes, à 130 équivalents temps plein, malgré l’augmentation de l’activité, et le nombre des CDD a également diminué (des remplacements n’ont pas été effectués, pour des raisons budgétaires). Le nombre d’absences s’est stabilisé mais reste très élevé (10,4% des heures contractuelles)
Accueil-Orientation : le SAO a reçu 9.174 visites (moins 3,7% en un an) – dont une moitié de personnes d’origine étrangère – qui ont donné lieu à 7.219 prestations, dont 2.562 orientations vers un entretien social à l’EAO. Ces entretiens se sont traduits par 3.659 actes d’accompagnement social. Pour faire face à la pression les horaires ont été réorganisés et l’accompagnement social sur rendez-vous privilégié. Mais la pénurie demeure : sauf urgence, il faut près d’un mois pour obtenir un rendez-vous. Le nombre de places d’urgence est passé l’an dernier de 282 à 415 en Indre-et-Loire, mais l’arrivée de nouvelles familles a fait remonter la pression sur le 115, qui doit trop souvent opposer un refus aux appels (près de 27.000 l’an passé). Aussi, les gens se découragent et la demande baisse. Le fort allongement des durées d’hébergement, faute de solutions, vient par ailleurs annihiler la création de places, puisque le taux de rotation se réduit progressivement.
Le service a évidemment été marqué à la fin de l’an dernier par la laborieuse fusion COLAC-SIAO, que l’Entr’Aide entend bien faire fonctionner de manière efficace.
Le Point Accueil Solidarité a accru son activité avec 151 maraudes de soirée et 57 de jour, qui ont donné lieu à 5.200 contacts et 2.196 actions (hébergement, santé, accès aux droits, etc.). Un atelier lecture dans la rue est engagé avec la SNCF et va tenter de s’implanter cette année.
Santé : une moindre présence du médecin bénévole explique une baisse de 10% du nombre de consultations au cabinet médical (665 en médecine, 54 en psychiatrie, et 912 actes infirmiers), pour un nombre de patients stable. La question de son financement n’est pas résolue. A la Chambrerie, le service des Lits halte soins santé fonctionne à plein. Et l’ATHOBA a une activité en hausse avec 563 séances de soins pour des hommes auteurs de violences conjugales.
Hébergement : le dispositif d’urgence (122 places, sur 280 dans le département) a comptabilisé 40.526 nuitées (plus 16,4% sur un an) et il est complet en permanence. La durée moyenne des séjours (62 jours) a doublé en un an, ce qui fait que le nombre de personnes hébergées (651) a été divisé par deux. Le 115 ne peut proposer chaque jour que 6 à 10 places.
L’hébergement d’insertion (337 places) a enregistré 112.000 nuitées, en augmentation de 6,3% sur un an, qui ont concerné un nombre de personnes stable (686) avec, là aussi, une tendance à l’allongement des durées d’hébergement. Mais les sorties vers le logement ont été en progrès de 15%. L’année a été marquée par la suppression de la restauration collective à Camus et, dans plusieurs centres, par des efforts d’aménagement et d’animation pour que les foyers restent des lieux de vie sociale.
Activité en hausse également à l’épicerie solidaire de Chinon, qui a aidé 247 personnes et propose de nombreux ateliers et animations.
L’insertion par l’activité économique a concerné 240 personnes (194 à Tours et 46 à Chinon), et 37,5% d’entre elles ont connu une sortie positive à l’issue de leur passage. Mais l’année est restée caractérisée par la difficulté à trouver des chantiers, surtout sur le secteur de Chinon, et qu’ils soient suffisamment productifs. Même si l’atelier de Chambray sera bientôt en situation de vendre du mobilier en bois de palettes, l’IAE est une activité en déficit, et l’EAO espère ne pas avoir à la réduire.
L’an dernier 685 stagiaires sont passés par le Centre de formation, qui a réalisé aussi 120 accompagnements socio-professionnels pour les bénéficiaires du RSA. Les actions contre l’illettrisme sont menées avec le concours d’un nombre important de bénévoles. Dans le cadre de son transfert sur le site du siège de l’association, ce service va renforcer son offre de formation pour les publics en situation d’exclusion.
Le directeur général a enfin déploré les difficultés rencontrées pour l’expression des usagers, bien que des élections aient eu lieu au conseil de vie sociale.
Le rétablissement financier
En juin 2013 le déficit prévisible était de 297.000€. En fin d’année, si le résultat d’exploitation reste négatif (moins 96.000) le déficit global est ramené à 10.000€. L’expert-comptable a donc confirmé cette consolidation de la situation financière, qui reste fragile, et le commissaire aux comptes n’a pas relevé d’anomalie, soulignant même l’optimisation du service comptable et l’amélioration de la vie associative.
Tous les rapports ont été adoptés à l’unanimité, et pour finir l’assemblée a modifié trois articles du règlement intérieur de l’association.

Christelle Dehghani, directrice adjointe chargée des ressources humaines

Publié le 03 juin 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Christelle Dehghani, 34 ans, mariée, mère de deux enfants, est la nouvelle directrice générale adjointe de l’Entr’Aide Ouvrière. Originaire de Dreux (Eure-et-Loir), elle est titulaire d’ un DESS (Diplôme d’études supérieures spécialisées) en Ressources humaines. Une spécialité dans laquelle le tourisme n’offre pas un grand nombre de débouchés. Aussi, c’est dans l’hôtellerie qu’elle a d’abord trouvé à l’exercer, et plus précisément au prestigieux hôtel Georges V à Paris. Une « super expérience » dit-elle, qui durera huit ans et qui lui a permis d’aborder tous les compartiments de la fonction – administratif, formation, paie, relations humaines – dans une entreprise de cinq cents salariés où, luxe ou pas, la gestion des ressources humaines connaît les mêmes problématiques qu’ailleurs.
« J’ai des attaches en Touraine, j’y suis venue régulièrement depuis toujours, et c’est pour des raisons familiales que j’ai souhaité m’y installer, indique Christelle Dehghani, tout comme j’ai toujours été attirée par le domaine social, davantage sur l’enfance d’ailleurs, sans jamais pouvoir concrétiser ce souhait jusqu’à maintenant… » La nouvelle DGA a pris ses fonctions mi-avril en remplacement de Marika Chauvel. Mais contrairement à celle-ci, elle n’a pas de responsabilité directe sur le CASOUS. Son poste prévoit qu’elle seconde le directeur général dans toutes ses attributions, mais il est clairement recentré sur la gestion des ressources humaines.
Christelle Dehghani perçoit la dimension associative de sa nouvelle entreprise comme un plus, de nature à « faire en sorte que tout le monde aille dans le même sens, que chacun se sente une partie d’un tout et pas seulement de son foyer ou de son service. » Dans cette perspective, souhaitons-lui la bienvenue et une parfaite réussite.

Marie-Paul Legras-Froment présidente de l’EAO

Publié le 28 mai 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Le conseil d’administration, renouvelé lors de l’assemblée générale du 24 mai, s’est réuni mardi 27 mai. Il a tenu à remercier et féliciter la direction générale et les salariés, ainsi que les salariés en insertion et personnes hébergées, qui ont participé à sa préparation et contribué au bon déroulement de cette assemblée. Il a également salué les salariés partis en retraite depuis la dernière AG.
Ce CA avait à élire pour un an le nouveau bureau de l’EAO. Marie-Paul Legras-Froment, jusqu’alors vice-présidente, devient présidente en remplacement d’André Ledoux. Yvon Charrier reste vice-président. Philippe Dailloux est élu trésorier, Jean-Noël Rouet trésorier adjoint, Georges Mougel secrétaire, Jean-Paul Mercier secrétaire adjoint, Bernard Bonnin et Patrick Minier membres.
Le bureau du Comité d’Aide aux Détenus est composé de Monique Carriat (présidente), Georges Rondeau (vice-président), Alain Manson (trésorier), Pierre Trinson (secrétaire) et Martine Fontenis, secrétaire adjointe.
Nous reviendrons sur le déroulement de l’assemblée générale du 24 mai.

Une page se tourne, en assemblée générale

Publié le 25 mai 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

L’assemblée générale annuelle du 24 mai, ce temps fort de la vie de nos associations, s’est déroulée au foyer Albert-Camus en présence d’une centaine de personnes. L’EAO-CAD y ont accueilli le président du Conseil général Frédéric Thomas, le député Jean-Patrick Gille, Alexandra Schalk-Petitot adjointe au maire de Tours, ainsi que de nombreux représentants d’autres associations. Pour cause de période électorale les représentants de l’ Etat étaient absents. Tous les rapports ont été adoptés, ainsi qu’une modification du règlement intérieur.

En fin de réunion, il s’agissait de renouveler le conseil d’administration. Celui-ci comptait quatre administrateurs sortants renouvelables après trois ans de mandat, qui ont été réélus (Monique Carriat, Alain Manson, Patrick Minier et Georges Rondeau). Et trois démissionnaires en cours de mandat, à remplacer (Pierre Volovitch , André Ledoux, président sortant, et Madeleine Perret, secrétaire sortante). Pour les remplacer, quatre candidates se présentaient – et la féminisation du CA a été saluée – qui ont été élues : Martine Fontenis, François Joyeux, Elisabeth Rebeyrolle et Frédérique Vallée.

On l’aura compris, le départ simultané d’André Ledoux et de Madeleine Perret, militante depuis plus de trente ans et qui a cumulé les responsabilités – au CAD, à la FARAPEJ, à l’EAO, ainsi qu’au CCAS de Tours – restera le fait marquant de cette assemblée annuelle. André Ledoux a dit son affection à celle « qui a consacré un temps considérable et une très grande compétence à son engagement bénévole, ce que l’assemblée a salué d’une ovation debout (photo: Madeleine, à gauche, sous les applaudissements). Ce qui fut aussi le cas pour rendre hommage au président sortant qui, très ému, a remercié les salariés pour les « rapports constructifs » entretenus, dit son souci constant du sort des personnes hébergées, et sa tristesse « de quitter un collectif de personnes compétentes et motivées, mais en qui j’ai confiance… » Madeleine a dit combien l’EAO lui avait apporté et quelle place considérable tient l’association en Touraine, et chaleureusement remercié l’assistance. Et tous deux d’assurer qu’ils resteront militants de l’EAO : « le contexte a changé mais les valeurs sont les mêmes : on continue ! »

Le conseil d’administration renouvelé se réunira dès le 27 mai pour constituer le nouveau bureau et les commissions.

Samedi 24 mai, assemblée générale EAO-CAD

Publié le 15 mai 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Tous les adhérents de l’association sont convoqués en assemblée générale annuelle samedi 24 mai à 9 heures (accueil, inscriptions et émargement à partir de 8h30) au Centre d’hébergement Albert-Camus (26 rue Albert-Camus à Tours-nord). Ils doivent penser à régler leur cotisation, le cas échéant donner pouvoir ou se porter candidat au conseil d’administration. Les formulaires nécessaires leur ont été envoyés avec les documents préparatoires, notamment le rapport d’activité 2013. Les travaux se prolongeront par un buffet.
D’ores et déjà, on sait que l’un des faits marquants de cette assemblée générale sera le retrait du président André Ledoux, et de la secrétaire Madeleine Perret. Ils ne sont plus candidats au conseil d’administration, mais resteront des militants actifs. A l’issue du conseil d’administration du 13 mai, la vice-présidente Marie-Paul Legras-Froment s’est fait l’interprète de tous, bénévoles et salariés, pour exprimer à l’un comme à l’autre de chaleureux remerciements pour tout le travail accompli, et leur remettre des cadeaux.

Ils vont quitter le conseil d'administration

C’est eux qui l’ont fait !

Publié le 24 avr 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Au point de départ, des planches de récupération...

Aux ateliers du SIPAE à Chambray-lès-Tours (Service d’insertion par l’activité économique) il y a un bout de temps que l’idée est dans l’air de recycler les palettes usagées autrement qu’en cagettes ou buchettes. Et d’éviter de jeter à la benne trop de bois jugé inutilisable. Cette idée vient de prendre forme à la faveur d’un stage effectué ici par Arnaud Caradec, qui veut devenir Educateur technique spécialisé. Ce grand gaillard souriant et volubile, Tourangeau depuis cinq ans, affiche un parcours diversifié du haut de ses 35 ans : BTS en automatismes, emplois dans l’agroalimentaire, travaux saisonniers d’hiver, missions à l’étranger, médiateur de réussite scolaire pendant deux ans au collège Pasteur à Tours, assistant d’éducation au lycée Becquerel et enseignant de français langue étrangère, enfin directeur de centres de vacances durant les intermèdes !
Autant d’ «acquis de l’expérience » à valoriser, sous l’égide de Pôle Emploi et du Conseil régional, ce qui sera fait quand il aura écrit son mémoire. « C’est pour appuyer ce mémoire que j’ai proposé à l’Entr’Aide Ouvrière d’effectuer ce stage de quatre-vingts heures, que je finance moi-même… ». C’est ainsi qu’il est arrivé au SIPAE avec son regard neuf et son enthousiasme, pour animer un petit groupe de salariés en CAVA (contrat d’adaptation à la vie active) afin, notamment, « de concevoir des objets avec des palettes recyclées » mais aussi et surtout « permettre aux personnes qui y participeront de se sentir revalorisées, leur redonner le goût de l’effort, favoriser le développement de la minutie et de la patience… »
Succès sur toute la ligne ! Le résultat est là : chaises, fauteuils, banquettes, tables basses, cache-poubelles et bacs à fleurs, tout un mobilier de jardin a été réalisé. Et Pierre-Tony Intsaby, moniteur-éducateur témoigne avec Arnaud du résultat humain : « Les gens sont fiers de voir ce qui est sorti de leurs mains, leur travail est mis en valeur et eux-mêmes , qui étaient auparavant renfermés, sont maintenant ouverts et remotivés… ». Ce stage aura donc débloqué quelque chose et ouvert des pistes, en montrant que la vieille idée qui couvait ici était réaliste. Il serait donc impensable qu’il n’ait pas de prolongements, sans attendre même les possibles débouchés commerciaux pour cette production nouvelle du SIPAE.

« Au revoir Delphine »

Publié le 15 avr 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Delphine, salariée à mi-temps du Comité d’Aide aux Détenus, nous quitte pour aller travailler à plein temps à « La Bazoche ».
Elle participait ce mercredi 9 avril, à la Petite maison, à sa toute dernière réunion avec les bénévoles qui gèrent régulièrement l’accueil des familles des personnes détenues à la Maison d’arrêt. L’enjeu était de taille car il s’agissait de mettre en place une organisation pour pallier son absence ; en effet, Delphine ne peut pas être remplacée, la suppression d’une subvention émanant de la CAF a mis à mal les finances du CAD qui ne peut donc pas financer un nouveau poste.
Comme il n’est pas question de mettre la clef sous la porte, une organisation a minima a été mise en place par les nombreuses bénévoles. Les tâches indispensables au bon fontionnement de l’accueil : tenue du planning, courses, ménage, documentation, accueil des nouveaux bénévoles…ont été listées et réparties sans trop de difficultés. Le débat a néanmoins porté sur les principes mêmes de l’organisation : hiérarchique ou cogestionnaire ?
La disparition de ce poste, qui est jugé indispensable pour la réalisation des objectifs que s’est donné le CAD, laisse un goût amer et il n’est pas exclu que quelques manifestations de protestation aient lieu : fermeture symbolique de la Petite maison, manifestation face à la Maison d’arrêt, pétitions, campagne de presse…Affaire à suivre.
A l’issue de cette réunion, place aux réjouissances. Il fallait fêter le départ de celle qui a si généreusement fait marcher la boutique pendant plusieurs années. La présidente, Monique Carriat, a exprimé au nom de tous, tout le bien qu’avait apporté Delphine à la bonne marche de l’institution, puis Delphine, non sans émotion, a dit le plaisir qu’elle avait eu à travailler avec une équipe si motivée et si dynamique.
Le vouvray, les jus de fruits et les nombreuses victuailles préparées par les uns et les autres furent ensuite partagées entre les bénévoles et les partenaires fidèles : le « Livre passerelle » et le GENEPI, mais aussi avec le directeur de l’EAO, Eric Lepage, qui nous a fait le très grand plaisir d’être présent à cette sympathique manifestation.

Pierre TRINSON

Fête du 20 septembre prochain: qui peut donner un coup de main ?

Publié le 10 avr 2014 — par Admin
Catégorie(s) Actualités

Pour développer la vie associative militante, le Plan stratégique prévoit, entre autres, l’organisation de manifestations – notamment festives – ouvertes à tous publics. Le conseil d’administration a retenu pour cette année le projet d’une fête à portes ouvertes. Elle se déroulera le samedi 20 septembre, de 15h à 22h environ, sur le site du SIPAE à Chambray. Avec divers jeux et activités, une exposition montrant ce que sont l’EAO et le CAD et ce qu’on y fait, des paroles d’usagers, etc. Ce doit être une fête pour tous les acteurs de l’EAO-CAD et leurs familles (salariés, hébergés, salariés en insertion, bénévoles, adhérents), à laquelle seront invités nos partenaires associatifs habituels et les institutionnels, et ouverte à tous en réalité.

Pour l’organiser, un groupe de travail s’est mis en place. Il comprend déjà salariés, administrateurs et bénévoles. Il a besoin d’être renforcé pour recueillir un maximum de bonnes idées, de talents peut-être méconnus, et de bonnes volontés. Car nous devons autant que possible faire les choses avec nos propres moyens, ce qui d’ailleurs ne peut qu’améliorer la connaissance et la cohésion entre les différents services et les différents sites.

La prochaine réunion du groupe est fixée au mardi 22 avril, à 16h à la Chambrerie. Mais que vous soyez disponible ou pas ce jour-là, si vous êtes intéressé(e) n’hésitez pas à vous manifester *car des « sous-groupes » vont travailler entre les réunions, pour mettre sur pied la plus belle fête possible. Merci à chacun de réfléchir à la contribution qu’il peut y apporter. Mettez la main à la fête !

Jean-Paul Mercier
(Administrateur, responsable de la commission Communication)

* Se signaler dès maintenant à Jean-Paul.mercier@orange.fr

Nouveau président au Conseil de Vie sociale

Publié le 22 mar 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Le conseil en réunion, avec à droite la secrétaire et le nouveau président

Le Conseil de Vie sociale de l’Entr’Aide Ouvrière s’est réuni le 19 mars au CHERPA. Un délégué élu de la Chambrerie (le deuxième est à élire) et deux du foyer Camus étaient présents. Ceux du CHERPA n’étaient pas disponibles, ni celle de Dolbeau, qui souhaite être remplacée. Comme le veut le règlement, président et secrétaire doivent être des personnes accueillies. M. Sébastien Massuleau a été élu président, et Mme Marie Mayoulou secrétaire. Tous deux sont résidents de Camus.
Lire la suite

Les bénévoles donnent du « Bien-être » à l’Embarcadère

Publié le 21 mar 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Après la fête de Noël et en attendant un voyage dans les prochains mois, les bénévoles de l’Embarcadère, l’épicerie solidaire de l’Entr’Aide Ouvrière à Chinon, organisaient ce vendredi, premier jour du printemps, une journée « Bien-être ». Avec leurs partenaires locaux et bien sûr l’équipe permanente – Laurent, directeur, Solène, Christophe et Aurélie, stagiaire – ils se sont « mis en quatre » pour que cette première soit une réussite. Et au terme de la journée, tout le monde affichait un grand sourire de satisfaction.
Depuis le matin, en passant par l’apéro et un buffet convivial, une bonne centaine de participants ont profité des stands et animations : une conteuse, des musiciens, un atelier cuisine, des exposants en socio-esthétique, sophrologie, un conseiller image, des jeux, de la pétanque et de la lecture…
Avec l’enthousiasme qu’on leur connaît, les bénévoles viennent de s’embarquer pour une manifestation qui aura sans doute des suites.
L’Embarcadère, 12 quai Pasteur, 37500 chinon, tel. 02.47.93.94.49

S’indigner, toujours et encore

Publié le 20 mar 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Humeur

La précarité ne cesse d’augmenter. Il faut que nous soyons nombreux à refuser cette « fatalité ». Vœux pieux, espoir vain ? En 2013, 453 personnes sont mortes dans la rue dans l’indifférence quasi -générale, la plus jeune avait un jour, la plus âgée 86 ans. Le collectif « Les morts de la rue » (www.mortsdelarue.org), qui leur rend hommage, pense que la réalité « se situe entre trois et dix fois plus ».
Lire la suite

Découvrez l’Entr’Aide Ouvrière

Publié le 10 mar 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

L’EAO propose plusieurs fois par an une « journée de présentation » de ses services et de son mode de fonctionnement. La prochaine, comme d’habitude ouverte à tous, est fixée au mardi 4 novembre, de 9h à 17h environ. L’association – qui gère notamment le SIAO, le Pôle social et médical (115, Service d’Accueil et d’Orientation, cabinet médical, Point accueil solidarité et ses maraudes), sept centres d’hébergement et d’insertion sociale à Tours, Chinon et Loches, des ateliers et chantiers d’insertion, un centre de formation et une épicerie solidaire – souhaite faire ainsi connaitre ses activités en toute transparence. Le programme est de nature à intéresser tout particulièrement les étudiants et salariés des filières sociales, et les bénévoles ou ceux qui souhaitent le devenir.

Le rendez-vous est à 9h au Pôle social et médical (ex-CASOUS, 2, place Jean-Meunier à Tours, près des Halles) pour une présentation générale de l’EAO et une visite des lieux, puis (en covoiturage) la découverte d’un Centre d’hébergement et de réinsertion sociale, suivie d’un déjeuner en commun (participation 5 euros). L’après-midi, visite aux ateliers de Chambray-lès-Tours du Service d’insertion par l’activité économique, qui gère les chantiers d’insertion, puis de la « Petite maison » du Comité d’aide aux détenus, association jumelle de l’Entraide ouvrière.

Renseignements et inscriptions: 02.47.31.87.00 auprès d’Alexandra Cailbeaux, ou infos@entraideouvriere.org

Vous pouvez aider les chantiers d’insertion

Publié le 04 mar 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Les chantiers d’insertion de l’Entr’Aide Ouvrière manquent de commandes, et chacun peut concrètement leur venir en aide en recommandant les compétences de nos équipes Espaces verts, Prestations extérieures, Second œuvre du Bâtiment, Propreté et hygiène des locaux, aux associations, collectivités, voire aux particuliers que vous connaissez en Indre-et-Loire.
Deux solutions pour nous mettre en relation avec ces clients potentiels :
• Vous transmettez leurs coordonnées à nos quatre chargés de clientèle ou au directeur du service :

Second œuvre du Bâtiment Jacky CLEMENT O6.70.16.65.04.
Environnement, Espaces verts Vincent DELAUNAY 06.72.79.26.97.
Prestations extérieures Stéphane CHERIOUX 06.88.20.42.71.
Propreté et hygiène des locaux Mohamed MOUSSAOUI 06.01.01.10.15.
Le directeur Patrick TAUVEL 02.47.27.62.84. ou 06.87.86.99.34.
Pour le secteur du Chinonais : Laurent CHANTREAU, 02.47.95.81.14 ou 06.76.05.51.16

• Vous transmettez les coordonnées ci-dessus aux personnes ou institutions auprès desquelles vous souhaitez nous recommander.

Quelques précisions sur le secteur « Prestations extérieures »:
Savoir-faire
1. Enlèvement de déchets industriels non dangereux à recycler (plastique, carton, papier, archives, métaux …)
2. Débarras de locaux avec mise en déchetterie
3. Montage, démontage et transport de site à site de petit mobilier de bureau (entreprises, administrations, institutions …)
4. Nettoyage de sites
5. Transport de mobilier pour personnes en difficulté via le réseau des Assistantes sociales du Conseil général

Références en Touraine: Conseil général, CPAM, CAF, Hôtel des Impôts, Préfecture, Mutuelle de la Police, Inspection académique, Eurodif, Palaf soldes, Clinique Saint Gatien, Parc routier de Parçay-Meslay…
Clients potentiels: entreprises de proximité, administrations, collectivités locales, services d’aide à la personne (ADMR, CCAS, Maisons de retraite…), particuliers.

Dix ans qu’on en parle, de cette borne!

Publié le 24 fév 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La borne, au Comité d’Aide aux Détenus, c’est à la fois le serpent de mer et l’Arlésienne : dix ans qu’on en parle sans aboutir ! Explications : la borne est un appareil électronique qui permet aux familles de prendre des rendez-vous pour visiter une personne détenue à la Maison d’arrêt (parloir) sans passer par l’administration pénitentiaire, donc un plus pour les familles. Une fois que la personne a obtenu le droit de visite, elle est munie d’une carte à code-barre qu’il suffit d’introduire dans l’appareil afin de programmer une ou plusieurs visites.

Lire la suite

Ils ont partagé le « Pot au feu géant »

Publié le 24 fév 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Samedi dernier aux Halles de Tours, le « Pot au feu géant » organisé chaque année au profit des Restos du Coeur, fut aussi l’occasion pour diverses associations tourangelles de se rencontrer et d’aller au-devant du public. L’ EAO et le CAD y étaient cette année encore, et quelques militants et responsables ont échangé avec le public venu partager ce moment fort de la solidarité en Touraine.

La prison hors les murs

Publié le 18 fév 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Sous ce titre est proposée une exposition qui se tient jusqu’au jeudi 20 février, dans le péristyle de l’hôtel de ville de Tours. Elle est organisée par des étudiantes de l’IUT Communication, et a été réalisée par des détenus de la Maison d’arrêt de Tours ainsi, en partie, que par les familles accueillies à la Petite maison du Comité d’Aide aux Détenus, en collaboration avec le graffeur Topaz et d’autres artistes.
Lors du vernissage mardi 18 (photo), et en présence de nombreux invités, les quatre étudiantes – Edwige Archambault, Claire Louis, Anne-Laure Huet et Charlotte Houard – ont remercié tous ceux qui ont contribué à la réussite de cette initiative, et souhaité qu’elle ait des prolongements.
Plus d’informations ici.

Faire entendre la voix des personnes hébergées

Publié le 11 fév 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Toutes les personnes hébergées dans les différentes structures de l’Entr’Aide Ouvrière ont la possibilité de faire entendre leur voix, leurs critiques, leurs souhaits et leurs propositions, directement sur leur lieu de résidence bien sûr, mais aussi par l’intermédiaire de délégués au Conseil de Vie sociale (CVS).
Le 21 janvier avait lieu à la Chambrerie, à Tours nord, une rencontre animée par Adeline Goyer et Christophe Colico, en charge de l’animation et de la participation dans ce CHRS. Les personnes hébergées intéressées ont pu échanger sur leur vision du rôle de délégué et profiter de l’expérience dans ce domaine de Francis Berthon, administrateur et ancien président du CVS. Appuyées par plusieurs outils et documents, leurs réflexions font apparaître le rôle de représentation du délégué tel que le conçoivent les sept participants : une charnière entre les personnes accueillies et l’institution à tous ses niveaux.
Les actuels délégués de la Chambrerie quittant l’Entr’Aide Ouvrière pour de nouveaux horizons, les candidats à leur remplacement peuvent donc s’engager en toute connaissance de cause, conscients à la fois des attentes de ceux qu’ils devront représenter et aussi des difficultés que cela comporte. Il s’agit en effet d’un engagement fort et prenant, qui exige du temps et de la disponibilité. Le temps nous dira si cette rencontre a suscité les vocations. Des rencontres du même type, pour susciter des candidatures au renouvellement des délégués, seraient les bienvenues dans les différents centres d’hébergement.
En tout cas, la prochaine réunion du Conseil de Vie sociale de l’Entr’Aide Ouvrière, regroupant les délégués des différents sites, est fixée au mercredi 19 mars, 18h au foyer de la Chambrerie.

L’équipe de l’EAO a perdu deux piliers

Publié le 31 jan 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Robert Gouron

Yves Denis

Le match n’est pas perdu, loin s’en faut, mais après le départ de Marika (directrice générale adjointe, lire ci-dessous), l’Entr’Aide Ouvrière a perdu ces jours-ci deux autres cadres avec les départs en retraite de Robert Gouron et Yves Denis. Deux piliers de l’équipe salués comme il se devait lors de réceptions conviviales, en présence de nombreux collègues, du président André Ledoux et du directeur général Eric Le Page.
La carrière de Robert Gouron a été évoquée avec humour par le directeur de l’hébergement, Pascal Dabouis, qui a pointé les passions et les manies de « la Belette ». Après une formation de pâtissier puis de cuisinier, il entre à l’EAO en 1977 comme…moniteur, de jour comme de nuit. Mais Robert revient assez vite à la cuisine, passe un brevet de maîtrise et se voit confier la responsabilité des achats, puis il est promu cadre et économe en 2009. Après plus de trente-six années à l’EAO, ce marathonien adepte des découvertes lointaines et des bonzaïs, estimé de tous, va pouvoir effectuer son voyage à Compostelle. Mais tout le monde s’attend à le revoir…
La carrière qu’achève ici Yves Denis est elle aussi riche de 43 années d’expériences variées, puisqu’il obtint d’abord un brevet de technicien agricole, avant un diplôme d’éducateur spécialisé décroché dans l’Oise. En novembre 1991 il intègre l’Entr’Aide Ouvrière, et devient l’année suivante chef de service au foyer Renault, qui deviendra le CHERPA en 1998. La haute silhouette d’Yves Denis passera ensuite par le service Emploi, puis l’antenne de Chinon, et en 2004 le CHRS Camus dont il va assumer la responsabilité jusqu’à l’heure de la retraite. Les responsables de l’association ont salué son sens de l’écoute, de la concertation, et son attention à l’autre, avant de lui souhaiter bien du plaisir au service des passions auxquelles il s’adonne à Montlouis, le jazz et le volley-ball…

Des bénévoles bien informés

Publié le 24 jan 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Le 23 janvier au CHRS de la Chambrerie, une rencontre a rassemblé une vingtaine de bénévoles – dont beaucoup de nouveaux – et des responsables de l’association dont le président de l’EAO André Ledoux, et la présidente du Comité d’aide aux détenus Monique Carriat. A l’initiative de Marie-Paul Legras-Froment, qui anime la commission Bénévolat, il s’agissait de mieux faire connaitre aux nouveaux les différents services, et d’échanger avec les plus anciens autour d’une table d’abord, puis en croquant la galette…
Ce fut aussi l’occasion d’indiquer que l’Entr’Aide Ouvrière et le Comité d’Aide aux Détenus ne cessent de mobiliser, puisque actuellement il y a plus de bénévoles que de tâches à répartir! Cette situation toute provisoire permet de mieux préparer et de bien « cadrer » les interventions de chacun.
Quant aux bénévoles déjà en place, il est fait appel à leur expérience pour collaborer au « Projet d’établissement » qui doit être adopté en avril prochain. Ils sont invités, chacun dans le service où il intervient, à faire part de leurs réflexions et suggestions pour améliorer très concrètement les choses autour de quatre thèmes : recréer du lien social, insérer par le travail, aller vers l’autonomie, et développer une démarche participative. Deux réunions avec les salariés concernés leur seront proposées.

Une salle réalisée par et pour les hébergés

Publié le 16 jan 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

C’était autrefois une salle de sport, mais plus personne ne pratique les activités sportives, en ce moment, au CHRS de la Chambrerie, à Tours nord. Alors c’est devenu une salle d’activités tout court. Inaugurée le 14 janvier, elle est destinée aux jeux, aux loisirs et à la détente des personnes hébergées. Mais avant d’avoir sans doute un bel avenir, ce lieu a une histoire. A l’origine de l’idée puis de sa réalisation, il faut citer deux stagiaires, Anthony et Benjamin. Mais bien sûr, il n’était pas question de faire sans les futurs utilisateurs. Les personnes hébergées ont donc été associées à la conception puis aux travaux pratiques, pour repeindre et réaménager ce nouveau lieu de vie, avec l’aide financière du Fonds associatif de l’Entr’Aide Ouvrière. Et c’est très réussi!
En accueillant ses invités pour l’inauguration, le responsable du Centre, Francis Plaesen, a expliqué la démarche et précisé pour finir : la direction et les travailleurs sociaux ont d’abord élaboré un règlement pour le bon usage de cette salle d’activités, et maintenant ils la « livrent » aux personnes hébergées. C’est dorénavant aux usagers de planifier et d’organiser les activités, et d’assumer la responsabilité de leur bon déroulement.
A cette occasion le président André Ledoux a souligné le fait que cette réalisation illustre parfaitement la volonté de l’association d’apporter un « plus » aux personnes hébergées, en insistant sur la dimension collective du projet ainsi mené à bien. Et de son côté Eric Le Page, directeur général, a mis en évidence l’intérêt d’un tel équipement pour aller vers davantage d’autonomie et d’ouverture sur l’extérieur.

Comment rester parent en prison ?

Publié le 15 jan 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Le CNP, la CIMADE et le CAD organisaient jeudi 9 janvier au cinéma « Studio », une projection débat sur le thème « comment rester parent en prison ? ». Le film qui a servi d’introduction aux échanges était un documentaire un peu daté, de Bernard Bellefroid « Pourquoi on ne peut se voir dehors quand il fait beau ?» (il est très difficile de trouver un film sur ce thème). Document malgré tout très émouvant qui montre à visage découvert des parents condamnés à de longues peines face aux problèmes posés par la séparation parents/enfants.
A l’issue de la projection, les divers intervenants prévus par les organisateurs présentaient leur domaine d’intervention.
Mme Larroque, responsable du service pénitentiaire d’insertion et de probation 37 (SPIP) intervient en milieu fermé (maison d’arrêt) mais également en milieu ouvert (TIG, libérations conditionnelles…) afin de maintenir des liens familiaux. Des progrès ont été réalisés : créations d’unités de vie familiale dans les centres de détention et maisons centrales, organisation d’ateliers de réflexion autour de la parentalité. Mme Larroque regrette le faible nombre de conseillers : un pour cent détenus.
Le « Relais familial » était représenté par deux jeunes femmes ; l’objectif de cette association est de préserver le lien familial entre enfant et parent en cas de rupture et en particulier lorsqu’il y a incarcération. L’association intervient à la Maison d’arrêt (permanences ) mais reçoit également les familles au siège. Elle agit aussi bien auprès des parents que des enfants.
Enfin « Le livre passerelle » procède à des lectures pour les enfants à la Petite maison, propriété du Comité d’Aide aux Détenus, des livres sont proposés aux pères détenus afin qu’ils puissent lire les mêmes histoires à leurs enfants au cours des parloirs, le livre devient alors une passerelle entre la prison et l’extérieur.
Après cette présentation, la parole fut donnée aux spectateurs qui posèrent de nombreuses questions, preuve de l’intérêt suscité par le thème du débat.
Extraits : comment l’enfant imagine-t-il son père ? Quelle préparation à la sortie ? Est-ce que tous les enfants de détenus savent que leur père est incarcéré ? Culpabilité du père vis à vis de l’enfant ?
Beaucoup de questions tournent autour du droit : quels sont les droits des parents incarcérés sur la santé, sur les études des enfants ? Comment les parents sont-ils informés ?
Comment se fait le passage de la Maison d’arrêt à la Centrale ? Comment se réorganise la famille lorsque le père est absent ?
Des réponses précises ont été apportées par les uns et les autres, la soirée fut donc parfaitement réussie au grand bonheur des organisateurs.

Pierre TRINSON

Marika Chauvel sur le départ

Publié le 13 jan 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Directrice générale adjointe de l’EAO, où elle était arrivée en mai 2011 d’abord comme directrice du CASOUS, Marika Chauvel était depuis 2012 chargée des Ressources humaines. Elle a choisi de rejoindre sa région, la Haute-Normandie, pour écrire une nouvelle page de sa vie professionnelle. Ses collègues et les administrateurs de l’association furent nombreux, lors d’un pot amical, à lui dire combien ils avaient apprécié ses grandes qualités, ce qu’elle avait apporté à l’association, et leurs regrets de la voir partir déjà.
Son remplacement est en cours.
Au CHERPA, pour remplacer David Girard nommé responsable du CHRS Camus, arrivera également début février Sylvain Ollivier, nouveau directeur adjoint issu d’un recrutement externe.

Noël à la Maison d’arrêt

Publié le 09 jan 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Le Comité d’aide aux Détenus a, comme tous les ans, fêté Noël sur deux fronts. Tout d’abord avec les enfants des personnes qui fréquent la Petite maison, puis en intervenant, avec les diverses associations impliquées à la Maison d’arrêt, directement auprès des personnes détenues.
Le 21 décembre il y avait une cinquantaine d’enfants autour du père Noël pour recevoir les cadeaux, cadeaux généreusement offerts par le « Kiwanis’club ». C’était la fête à la Petite maison ! Monique avait eu un peu de mal à trouver un père Noël, c’est un membre du club des donateurs qui a accepté cette grande responsabilité qu’il a assurée avec brio.
Le CAD est intervenu auprès des personnes détenues en offrant à chacune d’entre elles des chocolats; il a fallu en fournir quelques kilos ! Cette année, innovation, afin de préserver une certaine neutralité, tous les cadeaux offerts par les associations sont regroupés dans un unique paquet sans marque distinctive sur l’identité de l’organisme donateur. La distribution est faite par des personnes habilitées à pénétrer dans la prison, en l’occurrence les « visiteurs de prison ». G. Rondeau y était, il nous a décrit avec beaucoup d’émotion ce moment au rituel immuable: un gardien chef ouvre la cellule, le visiteur offre le cadeau et un autre gardien referme la cellule. Ce geste relaté ainsi peut sembler anodin, il est très apprécié et déclenche des scènes très touchantes. Madeleine, qui a participé longtemps à cette distribution, en garde des souvenirs émouvants qu’elle nous a également fait partager avec la fougue que nous lui connaissons.
Un peu de joie pour les enfants, quelques douceurs pour les parents, le CAD et son équipe de bénévoles, une fois de plus n’a pas failli à sa mission.

Pierre TRINSON

Le 1er janvier au Point Accueil Solidarité

Publié le 05 jan 2014 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Premier janvier ou pas, le camion du PAS est installé à 18 heures à proximité de la gare de Tours. Malgré la pluie, le vent et le froid, la table et les chaises sont en place et, surprise, alors que l’on craignait une pénurie de bénévoles en ces périodes de fête, ils sont cinq pour seconder Marie-Laure, la professionnelle. Bien emmitouflés, le bonnet ou la capuche sur la tête, ils distribuent, comme d’habitude, sandwiches et boissons chaudes aux quelques demandeurs qui sont déjà arrivés; ce soir, il y a en plus des toasts au foie gras que tous apprécient. Mais l’essentiel est d’écouter, et de parler avec eux. Ce n’est pas la foule de l’été ou de l’automne, Marie Laure me dit qu’ils sont environ 25 à venir régulièrement, les autres sont sans doute partis vers des contrées plus clémentes ou dans la famille.
Ce qui me frappe c’est la jeunesse des accueillis, la plupart ont entre 20 et 25 ans, deux sont un peu plus âgés, ce sont en majorité des hommes, seules deux jeunes femmes passeront dans la soirée. La plupart sont équipés d’anoraks ou de manteaux pour lutter contre les mauvaises conditions climatiques, cependant deux des plus jeunes n’ont qu’un mauvais pull pour se protéger. Marie-Laure, qui les connaît presque tous, me dit que ceux-là ont vraisemblablement des logements. Presque tous restent assez longtemps autour du véhicule, l’atmosphère est sereine, pas d’éclats de voix, pas la moindre violence, on se parle et on s’écoute.
Marie-Laure est très sollicitée. Elle a trouvé, par le biais du 115, un hébergement pour un homme assis seul dans son coin. Un autre, qui sort des urgences avec quelques points de suture au cuir chevelu, suite à une chute la veille, craint de dormir dans la rue ce soir: appel au 115, il reste une place, il l’accepte.
Autre cas, un jeune homme vient demander s’il peut avoir des couvertures pour « sa fille » qui va accoucher bientôt, elle est dans la gare; en fait, sa fille est une chienne de race berger allemand. Marie-Laure lui procure deux couvertures, c’est du bonheur pour ce garçon qui semble être nouveau dans le quartier, il dort habituellement du coté des Halles, sous un porche. Il dit ne pas connaître le 115 ( ????), nouveau coup de téléphone, un hébergement est trouvé pour l’homme et son animal, le camion les déposera au foyer au cours de la maraude, c’est du très très grand bonheur! Le garçon devient bavard, on découvre l’importance que représente pour lui son animal de compagnie, on sait tout de l’avenir de la portée; un chiot (avec les yeux vairons si possible) pour une jeune fille à la rue comme lui qu’il appelle sa sœur, lui en gardera quatre, les autres seront distribués à qui s’engagera à fournir des croquettes à la mère. On apprend même des choses sur le géniteur de la future portée, un chien compagnon d’un monsieur qui fait la manche rue Nationale.Tout cela n’a rien de pathétique, c’est tout simplement ordinaire.
Les gens continuent de passer, un groupe avec trois chiens vient se restaurer, puis c’est un autre couple qui vient prendre une boisson chaude. Je m’aperçois qu’ils se connaissent presque tous, ce sont manifestement des habitués qui viennent ici chercher un peu de chaleur et d’amitié.
Un jeune homme, ému par l’accueil prodigué aux sans-abri et en particulier à l’homme au chien, déclare qu’il fera un don de 100 € à l’association, mais il faut que je me porte garant de la bonne utilisation de son don.
Bientôt 20 heures, les derniers « clients » se dispersent et gagnent leur abri pour la nuit, Marie-Laure et son équipe rangent le matériel et vont partir en maraude. C’était une soirée presque ordinaire, place de la gare, au Point accueil solidarité.

Pierre TRINSON

Plan stratégique 2014-2016 : l’Entr’Aide Ouvrière prépare l’avenir

Publié le 19 déc 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Une partie du conseil d'administration lors d'une séance de travail

Sous le titre « Conjuguer militantisme et professionnalisme », l’Entr’Aide Ouvrière vient d’arrêter plusieurs dizaines d’engagements, pour adapter ses objectifs et ses pratiques à un contexte qui se durcit et se complexifie.
Partant d’une réflexion engagée par le conseil d’administration début 2013, l’élaboration de ce Plan stratégique a associé dans une dynamique participative les administrateurs, des membres du Comité de direction et des représentants des salariés, avec l’appui du cabinet Thomas Legrand Consultants.
Il se compose de 2 parties principales : un diagnostic de la situation de l’EAO et de son environnement puis les orientations stratégiques retenues, organisées selon 7 axes.
En voici les grandes lignes.

PREAMBULE

Fondée en 1947, l’EAO a entendu d’emblée ne pas limiter son action à une dimension uniquement caritative mais veut être aussi porteuse au sein de la société civile et en direction des décideurs, d’une volonté politique de lutte contre l’exclusion économique et sociale et d’actions concrètes en faveur de l’insertion.
Demeurée purement locale et principalement présente sur l’agglomération tourangelle, l’EAO s’est fortement développée depuis ses débuts puisqu’elle héberge actuellement 450 personnes et emploie environ 120 demandeurs d’emploi en chantier d’insertion. Pour mener ses activités elle compte 130 salariés permanents et un budget de plus de 10 M€.
Ses activités s’exercent principalement dans deux domaines : d’une part l’hébergement accompagné de personnes à la rue, en solutions d’urgence temporaires ou dans des démarches d’insertion de plus longue durée, et d’autre part des chantiers d’insertion qui ne s’adressent pas exclusivement au public hébergé.
L’association porte aussi d’autres activités d’accueil et d’accompagnement, dont la gestion du  »115 », la maraude, un service social d’urgence, un cabinet médical, une épicerie sociale et solidaire, des lits halte soins santé, un organisme de formation et un accueil des hommes auteurs de violences dans leur foyer.
Aujourd’hui l’association est confrontée à des évolutions du contexte de son action qui l’impactent fortement.
Forte d’environ 300 adhérents et de l’engagement actif de plusieurs dizaines de bénévoles, elle entend s’adapter sans renoncer à ses principes et ses valeurs. Pour cela, elle a engagé une réflexion prospective à trois niveaux :
-Un projet associatif revisité et adopté lors de l’assemblée générale de mai 2013, exposant les principes et les valeurs politiques et éthiques fondamentaux de l’association.
-Un plan stratégique décliné du projet associatif, adopté en novembre 2013 et résumé ici.
-Un projet d’établissement, en cohérence avec les exigences de la loi 2002-2 et les
orientations définies dans le plan stratégique, qui sera élaboré et adopté en 2014.

DIAGNOSTIC D’ENVIRONNEMENT
1. Dimension externe

Le renforcement de la précarité et des risques d’exclusion
L’Indre-et-Loire n’est pas le département le plus touché mais néanmoins l’augmentation du
chômage total a été de 9 % sur les 12 derniers mois. Au total le nombre de bénéficiaires du RSA devrait atteindre 17.000 à la fin de l’année.
Notre département comporte des zones de très faibles revenus principalement dans l’agglomération mais aussi à Chinon et dans le lochois.
Même si l’emploi redémarre début 2014, ce ne sont pas les chômeurs âgés ni les chômeurs de longue durée qui en bénéficieront, sauf si la reprise est très forte, ce qui paraît très improbable. Ainsi la population en situation de précarité va continuer à s’accroître, alimentée par le chômage de longue durée et l’arrivée en fin de droits des allocations de chômage.
Le contingentement global de la dépense
La réponse sociale apportée par l’EAO repose à 95% sur des financements publics. Dans un contexte global de contingentement, les financements obtenus n’apparaissent plus comme pérennes; ils sont affectés sur des thématiques de plus en plus spécifiques; et ils peuvent subir des fluctuations rapides et importantes dans leur affectation, parfois contradictoires.
Ce manque de ligne claire ne permet pas de jalonner ni de structurer notre action, mettant à mal les équipes qui doivent fréquemment changer leur attitude de travail pour répondre à la
commande des Donneurs d’ordres.
L’accroissement de la population des étrangers en situation administrative précaire
En conformité avec son projet associatif, l’Entr’Aide Ouvrière accueille tous les types de publics en situation d’exclusion. Nous constatons depuis plusieurs années un fort accroissement des demandes de la population des étrangers en situation administrative précaire, notamment des familles. Les besoins de cette population questionnent notre dispositif d’accompagnement et d’hébergement. Initialement centrés sur l’insertion sociale et professionnelle des personnes en difficulté d’insertion, nos dispositifs sont aujourd’hui largement mobilisés sur la mise à l’abri.
La montée en puissance de la logique de marché
L’EAO s’inscrit aujourd’hui dans un paysage concurrentiel, où elle se positionne en tant que prestataire, « opérateur social » sur des projets avec mise en concurrence.
La territorialisation des politiques publiques
Les financements d’Etat étaient précisément fléchés par le passé. On constate aujourd’hui un morcellement des financements entre une pluralité d’acteurs (région, département, communauté d’agglomération, communauté de communes, commune…). Ce morcellement apporte une complexité et une lourdeur dans le montage des dossiers et dans le suivi de leur mise en œuvre, il fragilise également la pérennité des montages réalisés.

2. Dimension interne
L’EAO : une « institution » locale
Par son antériorité, sa taille, son caractère local, son poids…l’Entr’Aide Ouvrière apparaît
aujourd’hui comme un acteur institutionnel du territoire. Cette institutionnalisation peut limiter sa souplesse ou son indépendance d’intervention, en l’enfermant dans un rôle de prestataire auprès des Donneurs d’ordres.

Des dispositifs saturés
L’accueil de toute personne en situation précaire est inscrit dans le projet associatif de l’EAO. Aujourd’hui pourtant, il ne s’agit pas d’une réalité…Nous posons le constat que nous sommes plus dans le traitement de l’exclusion, souvent en urgence, que dans sa prévention. Concernant l’urgence et malgré l’augmentation de 100 places il y a un an, on constate jusqu’à 80 refus d’hébergements sur certaines journées. Au niveau du CHRS, la liste d’attente avoisine les 100 personnes. Ces situations se retrouvent également au niveau des chantiers d’insertion avec des demandes d’emploi qui ne peuvent être pourvues.

Une cohérence insuffisante entre les différentes pratiques et dispositifs
Chaque dispositif (hébergement, formation, insertion…) s’identifie encore trop faiblement au projet global de l’Entr’Aide Ouvrière, avec une méconnaissance des autres dispositifs ou des autres pratiques au sein de l’association. Cette situation se traduit par un manque de cohésion interne, d’efficacité, et de fédération autour de valeurs communes.

La nécessaire structuration des ressources humaines
L’association s’y est engagée par exemple par le recrutement d’une directrice générale adjointe chargée des ressources humaines, ou par la mise en œuvre d’un diagnostic de prévention des risques psycho-sociaux. Cette structuration reste encore à poursuivre…

L’ambition associative de l’Entr’Aide Ouvrière
L’association manque d’une offre dynamique et globale, aussi bien en direction de ses
adhérents, pour les mobiliser et les associer à sa réflexion, qu’en direction du grand public, pour le sensibiliser ou le mobiliser sur des actions ponctuelles.

LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES
L’Entr’Aide Ouvrière a retenu sept orientations stratégiques structurantes, chacune étant déclinée en objectifs prioritaires qui constituent sa « feuille de route » pour les trois ans qui viennent.

AXE 1 : Développer la vie associative militante
-Recruter et fidéliser les adhérents et bénévoles
-Structurer l’organisation interne de la vie associative
-Proposer des manifestations ouvertes à tout public :
-Associer salariés et adhérents au sein des instances de réflexion sur le pilotage
-Développer un réseau d’influence externe : constitution d’un comité de parrainage

AXE 2 : Parvenir à un équilibre financier durable
-Rechercher des contractualisations pluriannuelles avec nos principaux financeurs
-Veiller à ce que le financement de chaque action soit équilibré (fonds publics ou fonds
propres)
-Rechercher des financements privés
-Construire un plan d’entretien du patrimoine immobilier et établir son financement

AXE 3 : Privilégier la qualité de l’action, au regard des moyens
-Formaliser les activités et le service à rendre
-Développer une démarche d’amélioration continue
-Renforcer la participation des usagers
-Recentrer l’activité des services en lien avec le projet associatif
-Développer des activités en fonction des besoins émergents

AXE 4 : Développer l’approche partenariale
-Structurer les partenariats existants et en développer de nouveaux
-Développer des actions en cotraitances
-Développer le mécénat de compétences

AXE 5 : Consolider la gestion des Ressources Humaines
-Adapter l’organisation générale au regard des orientations stratégiques
-Formaliser l’organisation du travail au sein des services
-Renforcer l’adéquation entre les postes et les compétences
-Renforcer les moyens nécessaires aux Relations humaines

AXE 6 : Clarifier le pilotage de l’association
-Préciser les délégations et les mandats
-Préciser les rôles et missions respectifs en lien avec le pilotage
-Formaliser les modalités de suivi du plan stratégique

AXE 7 : Harmoniser les pratiques de travail
-Généraliser le processus d’intégration des nouveaux salariés
-Favoriser les rencontres entre les mêmes corps de métiers
-Homogénéiser les procédures pour les activités identiques exercées sur des lieux différents :
-Identifier les bonnes pratiques mises en œuvre dans d’autres structures

Rencontre avec les nouveaux bénévoles

Publié le 18 déc 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La commission Bénévolat a rencontré jeudi 12 décembre un nouveau contingent de personnes volontaires pour aider l’EAO-CAD. La réunion a eu lieu au CASOUS, lieu qui a semblé plus pratique d’accès que la Chambrerie. Vingt personnes s’étaient manifestées, onze étaient présentes.
Le rituel est maintenant bien rodé : présentation de l’association (valeurs, services…), explications sur le bénévolat, questions pour éclairer tout cela et tour de table.
Le contingent est très varié : étudiants, salariés, retraités, personnes en recherche d’emploi. Pour les salariés, ou les personnes ayant déjà travaillé, nous trouvons, entre autres, une psychomotricienne, une employée à la SNCF, un éducateur spécialisé. Un homme ayant bénéficié des services de l’ association, a déjà participé à la maraude de l’ EAO, un autre à celle de la Croix-Rouge, une femme est déjà allée à la « Petite maison », d’autres sont engagées ailleurs dans le bénévolat et veulent en faire davantage. Une future retraitée anticipe et veut préparer sa retraite assez proche, une autre veut essayer plusieurs choses avant de s’engager. Enfin, parmi les étudiants, un jeune homme originaire d’Ouzbékistan, parle russe, perse et quelques autres langues, cerise sur le gâteau: il est aussi cuisinier.
Chacun fait part de ses désirs, les jeunes sont toujours attirés par la maraude (et certains seront libres le jour de Noël et le Jour de l’an, là où il y a pénurie), l’illettrisme a ses adeptes ainsi que la « Petite maison » du Comité d’Aide aux Détenus.
Chacun remplit sa fiche, il n’y a plus qu’à mettre tout cela en place : prise de contacts avec les chefs de service et période d’essai avant engagement définitif. On peut dire que le bénévolat se porte de mieux en mieux à l’ Entr’Aide Ouvrière.

Pierre Trinson

Le préfet en maraude…

Publié le 16 déc 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Jean-François Delage, préfet d’Indre-et-Loire, a rendu visite lundi soir 16 décembre au Point Accueil Solidarité de l’Entr’Aide Ouvrière stationné comme d’habitude devant la gare de Tours. Accueilli par André Ledoux, président, Eric Le Page, directeur général, ainsi que d’autres administrateurs et cadres, il s’est fait expliquer le fonctionnement du PAS par ses responsables, Xavier Collin et Marie-Laure Bonnin. Le préfet a également échangé avec quelques bénéficiaires habitués du PAS, et salué les trois bénévoles présents ce soir-là.
Le préfet rencontrait ensuite les salariés qui répondent au 115, ceux qui dirigent les appelants vers les places d’hébergement, mais sont contraints chaque jour de laisser plusieurs dizaines de personnes sans solution pour la nuit. La soirée de « maraude » de Jean-François Delage s’achevait au local voisin de la halte de jour, où viennent d’être ouvertes trente places de « mise à l’abri » pour la nuit.

Une campagne pour répondre aux urgences

Publié le 07 déc 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Samedi 14 décembre, l'EAO-CAD occuait le chalet des associations sur le marché de Noël de Tours

L’Entr’Aide Ouvrière (et le Comité d’Aide aux Détenus, association-soeur) ont lancé mi-novembre une campagne d’adhésions qui se poursuit sur plusieurs semaines. Association départementale à but non lucratif fondée ici il y a 65 ans, qui regroupe près de trois cents adhérents et gère de nombreux services au bénéfice des plus démunis, l’EAO n’est cependant pas assez connue des Tourangeaux eux-mêmes. Elle souhaite donc faire mieux connaitre ses nombreuses actions, et se renforcer. Pourquoi maintenant?
« L’insuffisance des moyens par rapport aux besoins ne va pas cesser prochainement: la demande augmente et les budgets publics sont à l’heure des économies,écrivait le vice-président Yvon Charrier dans l’éditorial du dernier numéro de « Perspectives », le journal de l’EAO… Il faut renforcer l’association. Cette campagne d’adhésions doit permettre de donner plus de force à la voix de l’Entr’Aide pour mieux faire entendre à nos interlocuteurs publics l’urgence des besoins des exclus… »
Chaque bénévole et chaque militant est donc invité dans cette période à s’efforcer de recruter autour de lui de nouveaux adhérents. Par ailleurs, des administrateurs bénévoles se relaient sur la voie publique pour présenter les activités de l’association et distribuer des bulletins d’adhésion. Vous pouvez encore les rencontrer le samedi 7 décembre, de 14h à 18h sur le marché aux fleurs de Tours, puis 14 décembre, de 11h à 20h au chalet des associations du Marché de Noël, place de la gare.
La plupart du temps ces bénévoles seront à proximité du camion du Point Accueil Solidarité, qui à longueur d’année va au-devant des personnes à la rue dans l’agglomération tourangelle. L’EAO fait d’ailleurs un appel aux dons spécifiquement destinés à rénover et réaménager ce véhicule indispensable aux plus démunis.
Merci par avance pour votre engagement et votre générosité.
Pour adhérer ou faire un don depuis ce site, il suffit d’imprimer le bulletin que vous trouverez avec ce lien.

Des bénévoles vont au-devant du public, près du camion du PAS.

et de l’envoyer avec votre chèque à l’Entr’Aide Ouvrière, 46 avenue Gustave-Eiffel, 37100 Tours.

Marisol Touraine à l’Entr’Aide Ouvrière de Loches

Publié le 03 déc 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Conseillère générale, députée, puis présidente du conseil général avant d’entrer au gouvernement: Marisol Touraine a toujours montré beaucoup d’intérêt pour le sort des plus démunis, ne serait-ce qu’en assistant aux assemblées générales de l’EAO-CAD. Et samedi dernier, c’est avec la même sensibilité qu’elle a rencontré et écouté les témoignages de familles hébergées par l’antenne de Loches de l’Entr’Aide. La ministre des Affaires sociales et de la Santé répondait ainsi à l’invitation du président de l’association, André Ledoux, destinée à lui présenter ce CHRS (Centre d’hébergement et de réinsertion sociale) ouvert en mai 2012…sans financement supplémentaire de l’Etat. En s’abstenant de tout discours, Marisol Touraine n’a pas fait de cette visite un événement politique, mais un moment de rencontre authentique et de contact avec les travailleurs sociaux.
Cette ouverture de huit appartements dispersés en ville correspondait à un besoin évident puisqu’ils sont tous occupés, et qu’il y a même une liste d’attente. Elle ne fut possible qu’avec le concours de la Ville (représentée samedi par Mme Pinson, adjointe au maire chargée des affaires sociales), du CIAS et de la Communauté de communes Loches Développement (le président Pierre Louault était également présent) et de Val Touraine Habitat. En présence également de Jean-Marie Beffara, député, André Ledoux a évoqué l’historique de cette création, et Pascal Dabouis, directeur de l’hébergement à l’EAO, en a présenté l’activité.Une activité dont les artisans au quotidien sont aussi ceux qui avaient remarquablement préparé cette réception : Camille Tellier, Fabrice Foret et Martine Baritaud.
La Nouvelle République Dimanche a rendu compte le 1er décembre de l’entrevue entre les hébergés de l’Entr’Aide et la ministre: http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2013/12/01/Se-retrouver-a-zero-c-est-tres-dur-1707827

Nouveau siège de l’EAO : c’est signé!

Publié le 28 nov 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Le mardi 26 novembre 2013 restera une date marquante dans la vie de l’Entr’Aide Ouvrière, longue déjà de 65 années jalonnées de nombreuses péripéties : l’association est devenue propriétaire de l’immeuble qu’elle occupe – en partie – depuis août 2012 au 46 avenue Gustave-Eiffel à Tours nord. L’acte authentique d’achat a été signé au Conseil général, propriétaire jusqu’alors, par son président Frédéric Thomas et le président de l’EAO, André Ledoux, sous l’égide de Maître Anne-Claire Marteau, notaire à Joué-lès-Tours. Un prêt-relais a permis à l’EAO d’effectuer cette transaction, dans l’attente de la vente de son ancien siège, rue George-Sand à Tours.
L’immeuble de Tours nord abrite depuis quinze mois la direction générale et les services du siège de l’EAO, ainsi que son service des logements extérieurs. Le rez-de-chaussée est occupé pour quelques mois encore par l’Institut technique de la vigne et du vin, qui s’installera à Amboise l’an prochain. Après travaux, c’est le Centre de formation de l’EAO (actuellement rue Jacques-Cartier à Tours) qui occupera ces locaux.
La signature de l’achat de l’immeuble s’est prolongée par un tour d’horizon des problèmes d’actualité entre la délégation de l’Entr’Aide et le président du Conseil général, assisté notamment de Stéphane Corbin, directeur général adjoint chargé de la « Solidarité entre les personnes ». Cet échange a porté en particulier sur la répartition régionale des crédits supplémentaires pour l’ hébergement d’urgence (au détriment de l’Indre-et-Loire), l’avenir du cabinet médical de l’EAO, celui du SIAO (Service intégré d’accueil et d’orientation), le financement de l’Epicerie solidaire de Chinon, et les chantiers et ateliers d’insertion confrontés à l’insuffisance des commandes émanant des collectivités publiques.

Journées « prisons » : le CAD a pris sa part

Publié le 28 nov 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Hier rue de Bordeaux, le CAD et les autress associations ont tenu un stand d'expression et de sensibilisation du public

Dans le cadre des « Journées nationales des prisons » qui ont pour thème cette année « La santé à l’épreuve de la prison ? », une conférence-débat était organisée jeudi soir 28 novembre à Tours sur « la santé mentale des personnes détenues ». Un médecin psychiatre et un médecin généraliste intervenants en prison ainsi qu’un médecin de l’Agence régionale de Santé animaient les débats de cette soirée due aux associations organisatrices : Association nationale des visiteurs de prison, CAD-EAO, CIMADE, Association culturelle de la Maison d’arrêt.
La veille, des animations de rue avec aussi le GENEPI avaient contribué à sensibiliser le grand public au problème de la santé en prison.

Les épiceries solidaires en question

Publié le 23 nov 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Le texte réglementaire du Fonds européen d’Aide aux Plus Démunis (FEAD), qui sera mis en oeuvre en 2014, stipule que « l’assistance alimentaire et/ou les articles d’assistance matérielle de base sont fournis gratuitement aux personnes les plus démunies, sans exception. »Le FEAD interdit donc toute forme de participation financière des bénéficiaires sur les produits issus de l’aide européenne, et impose de fait la distribution gratuite. Ce qui remet en cause l’un des principes fondamentaux d’intervention des épiceries solidaires. En effet, les épiceries solidaires ont instauré une participation financière symbolique, fixée entre 10% et 30% de la valeur « réelle » des produits. Cette participation s’inscrit dans un souci de respect de la dignité et de l’autonomie des personnes. Le fait de choisir librement les produits dans les rayons et de les payer, comme n’importe quel « client », même à un prix symbolique, affranchit les personnes d’un sentiment de dépendance. Il permet d’inscrire les personnes dans une véritable dynamique de droit commun. Et d’éviter, autant que possible, un sentiment de « déclassement » et de stigmatisation.
Les économies réalisées sur le budget alimentaire sont affectées par les personnes à un projet d’insertion sociale : reprise du paiement d’un loyer pour éviter l’expulsion, soins de santé (optique, dentaire), règlement d’une dette d’énergie etc. »
Aussi, l’Association Nationale de Développement des Epiceries Solidaires (ANDES) lance une pétition intitulée  » Défendons le modèle des épiceries sociales et solidaires  » pour interpeller l’État sur la place des épiceries sociales et solidaires dans les dispositifs publics de soutien à l’aide alimentaire.
Voilà pourquoi, vous citoyens, maintenant informés, êtes invités à signer la pétition si vous en avez convenance :
Signature en ligne ou à l’Épicerie solidaire – Entr’Aide Ouvrière 12 quai Pasteur 37500 CHINON

Rédigé par Jean-Noël Rouet et Solène Body pour l’Embarcadère, Epicerie solidaire – Entr’Aide Ouvrière de Chinon.

Ils ne l’ont pas volley…

Publié le 19 nov 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Samedi dernier salle Grenon à Tours, l’Entr’Aide Ouvrière bénéficiait comme d’autres associations (la Banque alimentaire, le Secours populaire…) d’une invitation du président de la région Centre, François Bonneau, pour le match de volley-ball TVB-Rennes. Des résidents de l’EAO, ici en compagnie du président Bonneau, ont pleinement apprécié cette trop rare sortie, et fêté après le match la belle victoire (3-0) des Tourangeaux lors du cocktail offert par la Région.

Crédits d’Etat : une répartition très injuste

Publié le 14 nov 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Le 14 novembre, des représentants des neuf associations ont tenu une conférence de presse commune (photo NR).

Il y a quelques semaines, le gouvernement a débloqué 107 millions d’euros supplémentaires pour l’hébergement des plus démunis. Sur ce total, 810.000 € ont été attribués à la région Centre. Sans qu’il y ait eu concertation, l’Entr’Aide Ouvrière a appris que le préfet de Région avait décidé de répartir ainsi cette somme :
– Loiret : 703.000 €
– Indre-et-Loire : 77.000 €
‘- Eure-et-Loir : 30.000 €
Une lettre de protestation a été adressée en octobre au préfet d’Indre-et-Loire, signée avec l’EAO par la Croix-Rouge, le foyer Albert-Thomas et le Secours catholique.
Cette répartition ayant été confirmée, c’est maintenant neuf associations tourangelles qui écrivent aux parlementaires du département:
« Nous avons eu l’occasion de vous alerter l’an passé sur la répartition régionale des crédits du BOP 177. Il s’agit des crédits affectés à la prévention de l’exclusion et à l’insertion des personnes vulnérables.
Les décisions sont prises par le préfet de Région assisté par la Direction régionale des Sports et de la Cohésion Sociale. Dans notre région cette répartition se fait au détriment de notre département et au bénéfice du Loiret, alors que la situation des personnes précaires est très semblable. L’intervention de nombre d’entre vous avait permis une amélioration de cette situation. Elle aura été hélas de courte durée.
Cette disparité au détriment des personnes démunies de notre département n’est pas acceptable. Nous vous rappelons que le département du Loiret compte environ 1.000 places
d’hébergement d’urgence, contre 400 en Indre-et-Loire. Nous sollicitons votre intervention auprès du préfet de Région afin que ces décisions soient revues… »

Ce courrier est signé par :
Secours Catholique, Croix Rouge Française Tours, Albert Thomas, La Barque, Chrétiens Migrants, Coallia, Cimade, RESF, Entr’Aide Ouvrière.

Il est vrai que depuis l’an dernier le nombre des places d’urgence est passé dans le département de 133 à 268. Mais, d’une part, les besoins demeurent insatisfaits : chaque soir en ce moment 70 à 80 personnes restent à la rue; et d’autre part ces efforts incontestés n’enlèvent rien à l’injustice de la répartition des nouveaux crédits.

Appel aux dons pour les sans-abri

Publié le 08 nov 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Chaque lundi, mercredi et vendredi, le camion du PAS (Point accueil solidarité) de l’Entr’Aide Ouvrière « maraude » dans l’agglomération tourangelle de 20h à 23h environ. Il va au-devant de ceux et celles qui vivent et dorment à la rue, pour leur apporter un peu de réconfort matériel et psychologique, et si nécessaire un secours ou une mise à l’abri.
Sans attendre le froid de l’hiver et en prévision des besoins qui ne manqueront pas de se faire sentir, le PAS lance un appel aux dons de couvertures, duvets, bonnets, gants et écharpes qu’il pourra distribuer aux personnes sans abri. Les dons peuvent être déposés les lundis, mercredis et vendredis, soit de 16h45 à 17h45 dans la cour du CASOUS (extrêmité sud de la place des Halles), soit de 18h à 20h au camion stationné place de la gare de Tours.
Pour tout autre renseignement : tel. 06.89.32.01.70 ou maraude@entraideouvriere.org

Ensemble contre la misère

Publié le 18 oct 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

]

Des rencontres qui renforcent la volonté d'agir ensemble contre la misère

Ce jeudi 17 octobre l’Entr’Aide Ouvrière participait à la « Journée mondiale du Refus de la Misère », relancée cette année en Touraine par un comité de pilotage constitué autour du Secours Catholique, d’Amnesty International et de l’association Arts Multiples. A l’espace Jacques-Villeret, dans le quartier des Fontaines à Tours, nombre d’associations et centres sociaux ont montré leur volonté de conjuguer leurs efforts pour s’opposer à la pauvreté grandissante, et accueillir ceux qui ont besoin de cette solidarité. Ces derniers ont pu s’exprimer sur un « mur » où leur parole se passait de commentaire. Tout l’après-midi et en soirée, de film en conférence, d’expo en spectacle, à travers jeux et débats se sont renforcés les liens qui tissent un front contre la misère.

L’accueil des nouveaux bénévoles

Publié le 12 sept 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La commission Bénévolat, sous la houlette de Marie-Paul Froment, a définitivement changé son mode de fonctionnement pour l’accueil des bénévoles. Les futurs bénévoles qui se manifestent, entre autre après les campagnes de presse, sont invités en groupe à des réunions d’information et non plus à des entretiens individuels. Ainsi lundi 9 septembre quelques-uns avaient fait le déplacement au siège.

Lire la suite

Aidez-nous, bénévolement!

Publié le 04 sept 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La rentrée doit être aussi le temps des bonnes résolutions. Pourquoi pas quelques heures de bénévolat, l’engagement solidaire auquel vous songez depuis longtemps sans être jamais passé à l’acte ? L’Entraide ouvrière (EAO), association tourangelle qui gère quatre centres d’hébergement et de réinsertion sociale, un centre de formation, des chantiers d’insertion, etc., assure également trois soirs par semaine, en alternance avec la Croix-Rouge, un « Point accueil solidarité » (PAS). C’est une camionnette qui stationne à la gare de Tours les lundis, mercredis et vendredis de 18h à 20h. Certains soirs des dizaines de personnes, pas forcément sans-abri, viennent y prendre une collation, un petit repas, une soupe ou un café, parfois surtout pour parler à quelqu’un et trouver un réconfort. Puis le PAS « maraude » dans l’agglomération jusqu’à 22 ou 23h, à la recherche des personnes à la rue.

Lire la suite

De la couleur à la Petite maison

Publié le 16 juil 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités


La Petite maison du Comité d’aide aux Détenus avait grand besoin d’un petit rafraîchissement : peinture du portail écaillée, protection de la toute nouvelle frise, peintures intérieures ternies, escaliers toujours en bois brut…Depuis quelques jours ces travaux de peinture sont assurés par une personne condamnée à des travaux d’intérêt général. (TIG).
Si ces travaux ont pu être réalisés c’est grâce à l’action conjuguée de Delphine (salariée du CAD), de Monique (présidente du CAD) et de l’administration pénitentiaire. Pour obtenir la mise à disposition d’un TIG, il faut présenter un dossier au tribunal de grande instance qui donne son agrément, puis rencontrer le conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation et enfin choisir parmi les candidats.
Le condamné choisi est engagé pour 60 heures (les condamnations s’échelonnent entre 20 et 210 heures en fonction de l’infraction commise), il travaille deux jours par semaine à la petite maison en présence – obligatoire – de Delphine (ce qui augmente ses heures de présence et a donc nécessité un avenant à son contrat de travail). Bien entendu, les ingrédients et outils nécessaires à ces travaux sont fournis par le CAD ; déjà plus de 200€ dépensés, ce qui n’est pas sans poser des problèmes de trésorerie.
Après la peinture le TIG enduira les portions de mur de la cour qui sont encore en parpaings bruts. Il faudra encore acheter la matière première, car les demandes de dons formulées par Delphine auprès des entreprises de négoce sont restées vaines.
Le résultat de ces travaux est déjà spectaculaire, compliments à l’artiste peintre ! Il restera un gros chantier à entreprendre, c’est le sol de la cour qu’il faudrait reprendre, il se dégrade et devient dangereux. Pour cela, pas de financement possible en vue, à moins qu’à la lecture de ces quelques lignes de généreux donateurs se manifestent.
Enfin signalons que cet été un autre condamné à des travaux d’intérêt général interviendra à la petite maison, il a un profil particulier qui lui permettra de participer à l’accueil des familles.

Pierre TRINSON

Service Propreté: une invitation appréciée

Publié le 11 juil 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Le service Propreté, à l’Entr’Aide Ouvrière, est désormais structuré, équipé, animé et motivé comme une véritable entreprise de nettoyage! Mais en plus, il assure la formation et favorise l’insertion d’environ 25 salariés : 21 assurent la propreté des locaux sur huit des sites de l’EAO dans l’agglomération tourangelle, et une équipe mobile est chargée de la préparation des logements pour les nouveaux résidents qui arrivent dans les différents centres d’hébergement de l’association.
Les salariés en insertion de ce service ont montré un jeudi de juin qu’ils avaient d’autres qualités: l’esprit d’équipe et le sens de l’accueil. En effet, ils avaient préparé dans la cour du CASOUS un barbecue (très) amélioré. Leur responsable et animateur, Mohamed Messaoui, avait lancé les invitations, et avec les autres encadrants techniques il a pu accueillir malgré la pluie plusieurs dizaines de salariés venus de différents services de l’EAO, ainsi que quelques bénévoles et administrateurs. Au-delà de la simple restauration, ce fut évidemment un temps d’échange comme beaucoup souhaiteraient les multiplier, afin de renforcer la connaissance et la cohésion entre les différents acteurs au service d’une même cause : la lutte contre l’exclusion…

De nouveaux bénévoles

Publié le 24 juin 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Les bénévoles sont toujours très recherchés par les associations, qui leur font une «chasse » opiniâtre afin d’améliorer les services offerts. L’EAO n’échappe pas à cette pratique et a de gros besoins, besoins recensés par la commission bénévolat. Après quelques appels dans la presse, sur le site et dans « Perspectives », il s’agissait mardi 18 juin de réunir ceux qui s’étaient manifestés afin de les renseigner sur le fonctionnement de l’association et de leur présenter les diverses travaux qu’ils pourraient y accomplir.

Lire la suite

Assemblée générale 2013: le tournant

Publié le 14 juin 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

De g. à dr. Eric Le Page, André Ledoux, Pierre Volovitch, Monique Carriat

Au premier rang de l'assemblée, les personnalités invitées

Parmi les adhérents, des représentants d'associations amies et partenaires

Refonte du projet associatif, réorganisation de l’hébergement, création de services et du fonds associatif, nouveau siège et début de regroupement des moyens, etc. On est loin de la routine, et le changement, c’était bien en 2012 à l’EAO !
Une centaine de personnes – adhérents, invités, représentants d’associations amies et partenaires, salariés – ont pu le constater en participant samedi 8 juin à l’assemblée générale annuelle de l’EAO et du CAD, réunie pour la première fois au foyer Albert-Camus à Tours nord. André Ledoux (président EAO) et Monique Carriat (présidente CAD) n’ont pas manqué de souligner ces importantes évolutions, en les confrontant aux orientations arrêtées l’an passé et sans masquer les difficultés et les insuffisances. De son côté Eric Le Page, directeur général, a retracé l’activité 2012 en chiffres. On lira ci-dessous l’essentiel de ces rapports, adoptés sans restriction. Mais il est intéressant de rapporter l’avis des personnalités qui ont également pris la parole.

Ainsi le président du conseil général, Frédéric Thomas, qui était accompagné des vice-présidents Christophe Boulanger (lutte contre l’exclusion) et Claude-Pierre Chauveau (développement économique, logement), voit en l’EAO « le partenaire essentiel du Département dans son domaine de compétence propre, la solidarité, domaine auquel le conseil général consacre 1,1 million € ». Il a souligné « la complémentarité des acteurs » et considéré l’EAO comme « partenaire privilégié sur la lutte contre l’illettrisme, à laquelle nous sommes très attachés, sur l’insertion professionnelle, sur l’aide aux familles et sur le logement…On fera le maximum pour que perdure la lutte contre l’exclusion ».

Représentant la Ville de Tours, Arlette Bosch, adjointe au maire, considère que « les difficultés de la période, loin de nous amener à baisser les bras, nous poussent à retrousser nos manches et réaffirmer nos valeurs. Nous maintiendrons au-dessus de 30% la part des logements sociaux, par exemple dans le nouveau quartier des casernes. Et nous sommes très attentifs au problème des gens en demande de régularisation, dont le nombre augmente…Mais sans le monde associatif et le bénévolat nous n’aurions pas les mêmes résultats. L’EAO est un monument et la Ville vous remercie de tout ce travail qui apporte réconfort et paix sociale. Elle ne vous oubliera pas… »

Enfin le directeur départemental de la Cohésion sociale, Daniel Viard, qui n’a pas l’habitude de ménager l’EAO, ce « monument historique qui a besoin de temps en temps d’améliorations », a félicité l’association « pour le travail de réorganisation interne accompli depuis deux ans ». S’agissant de l’urgence, « c’est en toute transparence que la gestion du nouveau foyer des Peupliers, à Saint-Pierre-des-Corps, a été attribuée à l’Adoma, a-t-il affirmé. Mais la convention s’achève en mars 2014 et je fais un nouvel appel : si vous connaissez un autre bâtiment susceptible d’abriter ce foyer, nous sommes preneurs… »

Le DDCS n’a pas caché que « le ministère n’est pas favorable à l’augmentation du nombre de places en CHRS, parce que c’est cher mais aussi parce qu’il est important de réfléchir à ce qu’on peut faire à la place. Transférer les CHRS vers l’urgence ou l’accueil des familles ? La question se pose à tous, il y a des restructurations à faire…Nous avons obtenu des crédits complémentaires, dont une partie doit aller aux pensions de famille et maisons-relais». Daniel Viard a réaffirmé qu’« il n’y a pas de désengagement de l’Etat sur ce secteur, auquel il consacre ici 11 millions € » pour conclure : «Sur tous ces sujets nous attendons beaucoup de vous, mettons plus de souplesse, et soyons forces de proposition… »
Lire le rapport moral et d’orientation (Rubrique « Association »)

Vous faites quoi, le lundi soir?

Publié le 11 juin 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

L’EAO a besoin d’un renfort bénévole le lundi pour la maraude du PAS : le camion appelé « Point accueil solidarité », qui fonctionne toujours sous la responsabilité d’un professionnel accompagné de bénévoles, stationne à la gare SNCF de Tours de 18h à 20h, puis « maraude » jusqu’à 23h à la recherche des personnes à la rue dans l’agglomération. L’autre semaine, cinquante personnes étaient présentes au camion pour une collation, un réconfort… En outre, contrairement aux autres années, le PAS ne fermera pas en août, et il a besoin pour les deux mois d’été de bénévoles disponibles les lundis, mercredis et vendredis.

Lire la suite

Gros besoins de bénévoles au cabinet médical de l’EAO

Publié le 04 juin 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La commission Bénévolat continue sa tournée des divers centres de l’EAO. Représentée par Marie-Paul Froment, Martine Fontenis et Pierre Trinson, elle était jeudi 23 mai au cabinet médical – place Gaston Paillhou – pour rencontrer les salariés : médecin, infirmier et infirmier stagiaire. Il s’agit toujours de faire le point sur le bénévolat existant et de recenser les besoins. Ces rencontres sont aussi, bien sûr, l’occasion de parler des pratiques et des vécus. Nous avons rencontré des salariés totalement investis dans leur mission.

Lire la suite

Petite maison: la fresque inaugurée

Publié le 25 mai 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Même s’il avait été repeint par un usager de la Petite maison – qui accueille, face à la maison d’arrêt de Tours, les visiteurs des détenus – le mur de la cour restait tristounet. C’est Emilie, étudiante en carrières sociales à l’IUT (option animation socio-culturelle), en stage durant deux mois auprès du Comité d’aide aux détenus, qui a eu l’idée de lui donner des couleurs.

Emilie a fait appel à une association de « street art » qui a des représentants à Tours : « les Grabouilleurs »(1). Et pour alimenter le (petit) budget afférent, elle a eu recours au site participatif « Kisskissbankbank »(2). Sur le thème de la nature, il n’a pas fallu plus d’une journée à Topaz et Cami, les graffiteurs tourangeaux, pour égayer ce lieu d’accueil de familles dans la peine.

Vendredi 24 mai lors de l’inauguration, chacun s’accordait à louer la qualité du travail accompli. En présence de l’un des artistes la présidente du CAD, Monique Carriat, et Delphine, la salariée, ont pu féliciter Emilie dont le passage ici laissera une trace heureuse.

(1) Ce collectif d’artistes propose notamment street art, graffitis, vidéo et sculpture. Ils exposent jusqu’au 1er juin salle Chabrier, derrière la mairie de Saint-Pierre-des-Corps. Pour les contacter : grabouilleurs.fr ou sur facebook (les Grabouilleurs).
(2) « Plateforme de financement participatif dédiée aux projets créatifs et innovants » : www.kisskissbankbank.com

La Chambrerie à Tours nord recherche différents bénévoles

Publié le 23 mai 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La commission Bénévolat, représentée par Marie-Paul Froment et Pierre Trinson, a rencontré les salariés du Centre d’Hébergement La Chambrerie, pour parler du bénévolat. C’est Annick, bénévole ici et au CHERPA (Tours centre) qui nous accueille. Nous échangeons quelques mots, elle nous apprend qu’il n’y a ici que deux bénévoles, l’autre étant Axel, qui tient régulièrement le bar.

Lire la suite

Des jeunes femmes accueillies au salon social de beauté « Joséphine »

Publié le 16 avr 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

A l’initiative de Delphine, salariée du Comité d’Aide aux Détenus, trois jeunes femmes, compagnes ou parentes de détenus à la maison d’arrêt de Tours, régulièrement accueillies à « la Petite maison », seront reçues le 22 avril au salon « Joséphine » afin de bénéficier de soins de beauté. Pour la modique somme de 4€, chacune de ces personnes bénéficiera d’un shampoing, d’une coupe de cheveux et d’un brushing.
En outre, une formatrice donnera des informations et des recettes pour la fabrication de produits de beauté maison.

Le salon social « Joséphine » (2 rue de la Victoire à Tours) est une association qui a pour mission de réconcilier les femmes les plus démunies avec leur image, et leur redonner le plaisir de prendre soin d’elles grâce à des soins de beauté réalisés par des professionnels lors d’ateliers de mise en beauté. Ainsi « Joséphine » offre à ces femmes un luxe qu’elles croyaient inaccessible. Outre les soins de beauté, l’association donne des conseils en image, organise des séances de sophrologie et parfois de yoga.

Pierre TRINSON

Le CAD intervient au collège Jacques-Decour à Saint-Pierre-des-Corps

Publié le 16 avr 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Delphine, salariée du Comité d’Aide aux Détenus, accompagnée d’Emilie (stagiaire, étudiante en carrières sociales) est intervenue le lundi 11 avril au collège Jacques-Decour à Saint-Pierre-des-Corps pour parler de la prison et du CAD à deux classes de quatrième. Une heure d’intervention par classe, dans le cadre d’une semaine blanche.

L’objectif étant la prévention par l’information, l’intervention a porté sur trois points :
• Pourquoi est-on en détention ?
• La prison, c’est comment ?
• Relations entre famille et détenu.

Les questions nombreuses et variées ont mis en évidence une méconnaissance quasi-totale du milieu carcéral à laquelle il a fallu remédier, mais l’essentiel de l’intervention a été consacré à lutter contre des idées reçues. L’importance de la télévision et des séries américaines marque beaucoup les jeunes esprits.
Ce type d’action, très positive est manifestement à renouveler et à promouvoir.

Pierre TRINSON

Son « Projet associatif » réaffirme la dimension militante de l’EAO-CAD

Publié le 13 avr 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Trop peu d’adhérents avaient répondu à l’invitation du 12 avril au centre de la Chambrerie. Il n’empêche : une vingtaine de participants ont permis de franchir une étape décisive vers la refonte du « Projet associatif » de l’Entr’Aide Ouvrière, avant son adoption lors de l’assemblée générale du 8 juin prochain.

Le texte, amendé et allégé à la faveur de trois contributions écrites, a été une nouvelle fois passé en revue, commenté et explicité en réponse aux questions des adhérents. Ces échanges animés par Patrick Minier, responsable de la commission Vie associative, ont notamment été l’occasion de réaffirmer, au chapitre des valeurs, la spécificité de l’EAO-CAD : ni un organisme caritatif, ni un simple « opérateur » chargé de mettre en oeuvre les crédits publics, mais bien une association militante. La différence? Son indépendance et sa liberté de parole à l’égard des financeurs.

Cette dimension militante s’exerce et doit se développer grâce à une coopération originale entre adhérents (quelques centaines), bénévoles (environ 140) et salariés (125 permanents, et autant en contrat d’insertion). Une collaboration délicate parfois, qui consiste à articuler deux formes de compétences, mais destinée à apporter un « plus » aux usagers et enrichissante pour tous.

La discussion n’a pas éludé non plus la difficulté croissante que rencontre l’association dont l’un des objectifs est d’assurer l’accueil de toute personne en situation précaire: si l’hébergement pose les problèmes qu’on sait, il arrive que l’accueil lui-même soit problématique face à une précarité accrue et des moyens limités. Dans ce contexte, l’EAO-CAD recherche la complémentarité des actions entre associations, et réclame la transparence de la répartition des financements.

Le CHRS Camus et le bénévolat

Publié le 11 avr 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La commission Bénévolat, représentée par Marie-Paul Legras-Froment et Pierre Trinson, a rencontré le 9 avril l’équipe de salariés du centre Albert-Camus à Tours nord, afin d’évoquer avec eux les questions relatives à la présence de bénévoles dans l’institution.

La discussion a permis d’aborder quelques sujets fort intéressants : rapports salariés et bénévoles, domaines d’intervention des uns et des autres, complémentarité entre salariés et bénévoles, fonction et perspectives de la commission Bénévolat.

Un bilan des actions des bénévoles de Camus a été dressé : deux personnes à l’accueil (entre deux et quatre après-midi par semaine), un initiateur sportif (boxe), et des interventions ponctuelles de quelques personnes pour les fêtes.

Des besoins sont apparus : aide aux devoirs pour les enfants, accompagnement de résidents vers les administrations (ambassades en particulier), besoin ponctuel de traducteurs, des animations culturelles seraient les bienvenues et l’intervention d’une coiffeuse voire d’une esthéticienne appréciée.

La mise en place dans les mois qui viennent sur le site de l’EAO-CAD d’une « bourse du bénévolat » dans laquelle on pourrait « puiser » – objectif de la commission – est une idée unanimement appréciée.

Enfin, l’idée d’usagers qui seraient aussi ou deviendraient des bénévoles après leur sortie est évoquée, et sera reprise par la commission.

  • La commission Bénévolat poursuit ses visites aux différents services de l’Entraide et du Comité d’aide aux détenus. Pour la contacter ou la rejoindre (elle est ouverte à tous), qu’il s’agisse d’une offre de bénévolat ou de tout autre sujet :

EAO-CAD, 46 avenue Gustave-Eiffel, 37100 Tours, tel. :02.47.31.87.00,  ou:

infos@entraideouvriere.org

La gestion du foyer des Peupliers attribuée à l’ADOMA

Publié le 27 mar 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

La résidence des Peupliers, avenue de Stalingrad à Saint Pierre-des-Corps, va finalement ouvrir, en principe dès avril : la gestion en a été confiée à l’ADOMA (ex-SONACOTRA), société d’économie mixte où l’Etat est majoritaire, a-t-on appris le 16 mars. Dans le département, l’ADOMA gère notamment une résidence sociale rue du Chemin vert à Joué-lès-Tours. A Saint-Pierre-des-Corps, le nouveau foyer d’urgence recevra des familles, qui devront passer par le 115. Son ouverture va coïncider avec la fermeture du foyer Georges-Collon et du bus de nuit.

Bénévoles : une rencontre prometteuse

Publié le 04 fév 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Bénévoles: une rencontre prometteuse

Les hébergés du CHRS de la Chambrerie, à Tours nord, ont été témoins d’une animation très inhabituelle le 24 janvier en fin d’après-midi :  près de trente-cinq bénévoles de l’Entr’Aide Ouvrière et du Comité d’Aide aux Détenus s’y retrouvaient pour la première fois.
Lire la suite

Insertion : Chantier exemplaire à Berthenay

Publié le 23 jan 2013 — par Jean-Paul Mercier
Catégorie(s) Actualités

Insertion : Chantier exemplaire à Berthenay

La commune a fait appel à l’Entr’Aide Ouvrière pour réhabiliter une prairie sous l’égide du Conservatoire des espaces naturels. Satisfaction sur toute la ligne.
Lire la suite

Nuit de la solidarité : Mobilisation réussie

Publié le 06 déc 2012 — par André Ledoux
Catégorie(s) Actualités

Nuit de la solidarité

Mercredi 5 décembre, la nuit était tombée depuis longtemps déjà lorsque la place de la Préfecture a vu affluer les militants rassemblés pour cette nouvelle « nuit de la solidarité ». Et pas seulement des militants, mais aussi des salariés, des bénévoles, et nombre « d’usagers » de la douzaine d’associations à l’origine de la manifestation.
Lire la suite