Des parcours vers l’emploi : Louis Gallois éclaire les routes qui mènent à l’insertion

Pas de commentaire
Publié le 19 Oct 2017 dans Actualités

La conférence-débat organisée hier, 18 octobre, à l’hôtel de Ville de Tours, fera date dans la vie d’Entraide et Solidarités. Pour plusieurs raisons : Louis Gallois, président de la Fédération des Associations de Solidarité, en était l’invité d’honneur et a fait des interventions remarquées; plus de 300 personnes y ont participé; des acteurs locaux ont témoigné concrètement de ce qui se fait en Touraine (salariés en insertion et employeurs, responsables de la direction du Travail et du Conseil départemental); cette réunion publique était la première des manifestations qui vont marquer durant un an le 70e anniversaire de la création de l’Entr’Aide Ouvrière; enfin et pour la conclure en beauté, Louis Gallois a remis les insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite à la présidente Marie-Paul Legras-Froment (lire ci-dessous), saluée par une « standing ovation » !

Le président de la FAS, qui a dirigé pendant 23 ans de très grandes entreprises, a d’abord réaffirmé : « je crois profondément aux actions associatives ». Il y croit notamment pour lutter contre le chômage de longue durée, dont il disait dès 2012 que ce devait être « une priorité absolue ». Pour le combattre, il pilote par exemple l’expérimentation « zéro chômeurs de longue durée », menée sur dix territoires en France. Mais il soutient aussi les structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) et les actions qu’elles mènent du type de SEVE (SIAE Entreprises Vers l’Emploi). Il est impératif selon lui de conjuguer deux actions. D’une part, permettre aux personnes de « se remettre dans des parcours : les mettre en situation d’emploi, leur apporter de la formation mais aussi – beaucoup en ont ras le bol des formations-parking – de l’accompagnement. De l’accompagnement social et professionnel, les deux sont indispensables ! Et deuxième axe, il faut des politiques nationales. Nous demandons une augmentation significative du nombre d’emplois en insertion… » Louis Gallois avait redit tout cela au président de la République la veille même de sa venue à Tours, en insistant : « la formation ne suffira pas ! »
La table ronde qui a suivi, et les échanges avec la salle, ont mis en évidence au moins deux nécessités. Il faut que les structures d’insertion par l’activité économique, qui sont de quatre types différents, coopèrent davantage notamment pour mieux communiquer et changer l’image de l’IAE (ce qui doit se faire en Touraine par le biais d’une association de création récente qui les regroupe). Et par ailleurs, il faut qu’elles fassent connaitre leurs savoir-faire auprès des entreprises et des collectivités. Un savoir-faire qui consiste souvent à redonner aux salariés en insertion le « savoir-être » dont ils ont pu s’éloigner.


Ajoutez votre commentaire