De jeunes réfugiés en Touraine espèrent trouver ici des « familles solidaires »

Pas de commentaire
Publié le 08 Oct 2017 dans Actualités

Deux des réfugiés accueillis en famille, ici lors d’une séance de cinéma en plein air

La France, on le sait, n’accueille les migrants qu’avec parcimonie . Certains, persécutés chez eux, font le choix de demander l’asile pour intégrer la société française. Hommes et femmes, avec ou sans enfants, ils sont de tous milieux sociaux, souvent qualifiés professionnellement. Après de périlleuses pérégrinations, et l’interminable parcours administratif des demandeurs d’asile, certains obtiennent la protection de notre pays : ils ont dès lors le statut de réfugiés, peuvent obtenir un logement, une formation, un emploi, bref s’intégrer.

Mais en obtenant le statut, ils perdent l’allocation aux demandeurs d’asile, et beaucoup sont sans ressources. Ils ont besoin par ailleurs, avant d’atteindre à l’autonomie, d’une période de transition notamment pour apprendre le français, s’initier à nos règles et coutumes, choisir une orientation…C’est ici qu’intervient le programme d’ « hébergement citoyen » lancé par le précédent gouvernement. En Indre-et-Loire, l’association Entraide et Solidarités (ex-Entraide ouvrière) s’est portée volontaire pour organiser l’hébergement de réfugiés dans des familles. Depuis presque un an, une douzaine d’accueils ont été réalisés dans des « familles solidaires » (c’est le nom donné ici à l’opération).
Aujourd’hui, quinze réfugiés sont candidats à ce type d’hébergement, mais l’association manque de familles volontaires. Le fonctionnement est très encadré : un contrat est signé entre la famille, le réfugié et l’association, pour régler tous les détails de la vie quotidienne. La famille assure le gîte et le couvert, et l’association veille au bon déroulement de la relation et surtout, se charge de tout l’accompagnement social.
Au-delà de l’aspect matériel, des échanges très riches et une relation humaine profonde se nouent entre ces réfugiés et les familles d’accueil.

Pour se renseigner, sans engagement, tel. 02.47.05.48.48 ou laisser ses coordonnées à : familles.solidaires@entraideouvriere.org


Ajoutez votre commentaire