Thierry Gheeraert dirige le Pôle social et médical

Pas de commentaire
Publié le 04 Sep 2014 dans Actualités

La création du SIAO (Service intégré d’accueil et d’orientation) a accéléré à l’Entr’Aide Ouvrière une réorganisation du CASOUS , créé en 1991 et implanté aux halles dans l’immeuble de la place Jean-Meunier. Avec le SIAO, il constitue désormais le « Pôle social et médical » de l’Entr’Aide Ouvrière. Hélène Isingrini avait piloté le lancement du SIAO. Son départ, en juin dernier, a été l’occasion de placer l’ensemble de ce pôle sous une seule direction, confiée à Thierry Gheeraert, qui a pris ses fonctions début août. Il est secondé par Floriane Sarrade-Loucheur, elle aussi nouvelle en poste.
Thierry Gheeraert , 50 ans, marié, trois enfants et quatre petits-enfants, vient de Dunkerque, où il est né. Il arrive après un parcours qu’il qualifie d’atypique. Adolescent, il s’adonne à la musique, touche un peu à tout et surtout à la basse. Ce sera sa passerelle vers le social. Le projet présenté par son groupe, dans le cadre du développement social des quartiers, est en effet retenu à l’opération lancée par Jack Lang pour créer cinquante lieux de répétition. Thierry Gheeraert se retrouve président de l’association qui le porte, et qui va s’ouvrir aux centres de loisirs pour favoriser les « musiques actuelles ». L’univers du social lui tendait la perche.
Il se forme au fil des ans – BAFA, BAFD, BEATEP – et exerce dans le domaine de l’éducation populaire. Puis le hasard l’amène au social après un nouveau parcours de formation (diplômes de moniteur éducateur puis d’éducateur spécialisé). Il travaillera auprès des jeunes délinquants, à la création d’une maraude et à l’ ouverture d’un centre d’hébergement pour hommes seuls, et aussi en maison d’arrêt, un domaine qui l’intéresse beaucoup. En 2008 Thierry Gheeraert devient chef de service puis directeur adjoint de l’Association d’Action Educative, toujours à Dunkerque, directeur d’un pôle d’une soixantaine de salariés.
Un soupçon d’escroquerie (non encore jugé) qui aurait été commis par l’un de ses salariés, entraîne un long conflit social qui va l’amener à prendre le large. «J’ai été séduit par l’image de dynamisme et de militantisme de l’EAO, et je constate que la réalité est conforme à l’image. Une association comme celle-ci, dont le bureau se réunit chaque semaine, c’est incroyable ! Et une bonne gouvernance associative, pour moi c’est essentiel, ça doit permettre en particulier de lutter contre le cloisonnement des services… »
Thierry Gheeraert était à Dunkerque vice-président de l’un des sept SIAO du département, une expérience qui lui permet de piloter d’emblée celui d’Indre-et-Loire.
Nous lui souhaitons, ainsi qu’à Floriane Sarrade-Loucheur, la bienvenue et une pleine réussite dans cette ville et à l’EAO.