C’est eux qui l’ont fait !

Pas de commentaire
Publié le 24 Avr 2014 dans Actualités

Au point de départ, des planches de récupération...

Aux ateliers du SIPAE à Chambray-lès-Tours (Service d’insertion par l’activité économique) il y a un bout de temps que l’idée est dans l’air de recycler les palettes usagées autrement qu’en cagettes ou buchettes. Et d’éviter de jeter à la benne trop de bois jugé inutilisable. Cette idée vient de prendre forme à la faveur d’un stage effectué ici par Arnaud Caradec, qui veut devenir Educateur technique spécialisé. Ce grand gaillard souriant et volubile, Tourangeau depuis cinq ans, affiche un parcours diversifié du haut de ses 35 ans : BTS en automatismes, emplois dans l’agroalimentaire, travaux saisonniers d’hiver, missions à l’étranger, médiateur de réussite scolaire pendant deux ans au collège Pasteur à Tours, assistant d’éducation au lycée Becquerel et enseignant de français langue étrangère, enfin directeur de centres de vacances durant les intermèdes !
Autant d’ «acquis de l’expérience » à valoriser, sous l’égide de Pôle Emploi et du Conseil régional, ce qui sera fait quand il aura écrit son mémoire. « C’est pour appuyer ce mémoire que j’ai proposé à l’Entr’Aide Ouvrière d’effectuer ce stage de quatre-vingts heures, que je finance moi-même… ». C’est ainsi qu’il est arrivé au SIPAE avec son regard neuf et son enthousiasme, pour animer un petit groupe de salariés en CAVA (contrat d’adaptation à la vie active) afin, notamment, « de concevoir des objets avec des palettes recyclées » mais aussi et surtout « permettre aux personnes qui y participeront de se sentir revalorisées, leur redonner le goût de l’effort, favoriser le développement de la minutie et de la patience… »
Succès sur toute la ligne ! Le résultat est là : chaises, fauteuils, banquettes, tables basses, cache-poubelles et bacs à fleurs, tout un mobilier de jardin a été réalisé. Et Pierre-Tony Intsaby, moniteur-éducateur témoigne avec Arnaud du résultat humain : « Les gens sont fiers de voir ce qui est sorti de leurs mains, leur travail est mis en valeur et eux-mêmes , qui étaient auparavant renfermés, sont maintenant ouverts et remotivés… ». Ce stage aura donc débloqué quelque chose et ouvert des pistes, en montrant que la vieille idée qui couvait ici était réaliste. Il serait donc impensable qu’il n’ait pas de prolongements, sans attendre même les possibles débouchés commerciaux pour cette production nouvelle du SIPAE.