L’équipe de l’EAO a perdu deux piliers

Pas de commentaire
Publié le 31 Jan 2014 dans Actualités

Robert Gouron

Yves Denis

Le match n’est pas perdu, loin s’en faut, mais après le départ de Marika (directrice générale adjointe, lire ci-dessous), l’Entr’Aide Ouvrière a perdu ces jours-ci deux autres cadres avec les départs en retraite de Robert Gouron et Yves Denis. Deux piliers de l’équipe salués comme il se devait lors de réceptions conviviales, en présence de nombreux collègues, du président André Ledoux et du directeur général Eric Le Page.
La carrière de Robert Gouron a été évoquée avec humour par le directeur de l’hébergement, Pascal Dabouis, qui a pointé les passions et les manies de « la Belette ». Après une formation de pâtissier puis de cuisinier, il entre à l’EAO en 1977 comme…moniteur, de jour comme de nuit. Mais Robert revient assez vite à la cuisine, passe un brevet de maîtrise et se voit confier la responsabilité des achats, puis il est promu cadre et économe en 2009. Après plus de trente-six années à l’EAO, ce marathonien adepte des découvertes lointaines et des bonzaïs, estimé de tous, va pouvoir effectuer son voyage à Compostelle. Mais tout le monde s’attend à le revoir…
La carrière qu’achève ici Yves Denis est elle aussi riche de 43 années d’expériences variées, puisqu’il obtint d’abord un brevet de technicien agricole, avant un diplôme d’éducateur spécialisé décroché dans l’Oise. En novembre 1991 il intègre l’Entr’Aide Ouvrière, et devient l’année suivante chef de service au foyer Renault, qui deviendra le CHERPA en 1998. La haute silhouette d’Yves Denis passera ensuite par le service Emploi, puis l’antenne de Chinon, et en 2004 le CHRS Camus dont il va assumer la responsabilité jusqu’à l’heure de la retraite. Les responsables de l’association ont salué son sens de l’écoute, de la concertation, et son attention à l’autre, avant de lui souhaiter bien du plaisir au service des passions auxquelles il s’adonne à Montlouis, le jazz et le volley-ball…